42 minutes de lecture

Jérém et moi, dernière ligne droite avant le bac

Episode 22 : Jérém et moi, dernière ligne droite avant le bac

Et ce fut cela pendant toute la semaine avant le bac. Des après-midi de révision et de baise. Le plus souvent, il se laissait sucer avant même de se mettre au travail : j’arrivais, la porte était décrochée, il me suffisait de la pousser pour rentrer dans sa chambre ; je le retrouvais affalé sur son canapé, avec un débardeur moulant ou même torse nu… son bassin moulé dans un petit short très mec mettant en relief une bite déjà raide sous l’effet des caresses que sa main lui avait prodiguées dans l’attente de mon arrivée… ce short qui était posé directement sur sa peau, ce short d’où on voyait dépasser sa chute de reins si bandante… Jérém était là, les jambes écartées, une étincelle lubrique dans le regard… prêt pour se laisser faire une bonne gâterie…

Viens me faire jouir, sinon je ne vais pas pouvoir me concentrer…

Explications.

Le mois de juin avançait et le beau temps persistant donnait à ces derniers jours de cours une allure de vacances avant l’heure. Dans la cour du lycée, dans les couloirs, dans les classes, ça sentait la fin de l’année scolaire ; tout le monde semblait suivre le mouvement, y compris les profs. L’heure n’était plus au travail mais à la détente: c’était la fin de l’année, les jeux étaient faits, ce qui était fait était fait et qui ne l’était pas ne le sera jamais. On sentait flotter dans l’air une sorte de relâchement général.

Le repas de classe de samedi dernier semblait avoir accéléré les choses, comme si à partir de ce moment là on était tous projetés vers le bac, et même déjà après le bac, en train de nous dire au revoir, de nous dire adieu, de partir chacun de notre coté.

Tout le monde semblait excité à l’idée d’en découdre avec ce foutu bac, tout le monde semblait pressé que tout cela se termine. Pas moi. Depuis quelques temps déjà j’avais commencé à redouter cette échéance après laquelle ma vie allait être chamboulée…

J’ai toujours eu du mal à m’adapter à un nouveau groupe… il m’a fallu presque la moitié des années du lycée pour trouver ma place, pour me sentir à l’aise ; et maintenant que j’y arrivais à peu près, que j’avais mes repères, que j’avais quelques potes, voilà que tout cela se terminait, ma vie allait changer du tout au tout et j’aurai à nouveau à chercher mes marques ; à m’adapter, non sans mal, à un nouveau quotidien, à une nouvelle vie.

Encore cela n’eut pas été si grave… ce qui m’angoissait le plus dans l’échéance du bac, c’est qu’elle enlevait toute raison d’être aux « révisions » avec Jérém… car je savais bien que si on se voyait, si on se voyait pour baiser, c’était sous couvert de révisions… on n’était rien l’un pour l’autre… on était tout juste potes, potes de baise… on n’était même pas copains, encore moins amis… je commençais à connaître sa sexualité par cœur mais je ne savais rien de lui, jamais il ne s’était ouvert de quoiqu’il soit avec moi… lui non plus il ne connaissait rien de moi, mais lui il s’en foutait pas mal… en fait entre nous il n’y avait que la baise… fallait bien regarder les choses en face… certes je ressentais des trucs, des sentiments de dingue pour ce petit con… mais je savais bien que ça ne servirait à rien de lui montrer, à part le faire fuir en courant… les quelques câlins que j’avais pu lui faire accepter la dernière fois n’avaient été possibles que sous couvert de son épuisement, de sa prostration passagère… je me disais qu’il devait m’en vouloir à présent, une fois revenu à lui…

Je réalisais qu’après le bac il y aurait un long été avant ma rentrée à la fac à Bordeaux… qu’est ce que j’allais faire pendant tout cet été ? Partir à l’étranger, comme avait été mon rêve depuis longtemps ? Faut dire que depuis le printemps, mes priorités avaient un brin changé… Jérém était rentré dans ma vie et mes jours, mes nuits, ma vie toute entière étaient désormais réglés suivant le bon vouloir de ce petit con d’anthologie… je vivais dans l’attente qu’il me propose ou qu’il m’impose une révision et je réagissais au quart de tour dès qu’il claquait des doigts…

Alors, est ce que j’aurai eu le cran de partir quand même plusieurs semaines ou alors, est ce que j’aurai passé l’été sur place en attendant de voir Jérém, à essayer de voir Jérém, à essayer de prolonger une histoire sans issue ? Sans compter que je n’avais absolument aucune idée de ce qu’allait faire Jérém de son été… je l’ignorais, mais une chose était sure, c’est qu’il aurait poursuivi ses projets sans tenir compte de moi…

Déjà… est ce qu’il allait l’avoir, son bac ? Ses notes n’étaient franchement pas folichonnes… et nos révisions qui n’en étaient pas, ne l’avaient pas fait avancer… je regrettais un peu de ne pas l’avoir vraiment aidé, mais putain, c’est lui qui m’avait entraîné dans ces plans de dingue… je commençais à espérer qu’il avait su trouver le temps de réviser tout seul entre deux baises, il fallait vraiment qu’il ait son bac car je savais que je m’en voudrais en cas contraire…

Oui, ça sentait vraiment la fin des cours, l’été arrivant à grand pas… ça m’attristait de penser qu’après le bac on allait partir chacun de son côté, se perdre de vue, s’éloigner comme si de rien n’était, comme si on n’avait pas vécu tous ces moments de dingue entre nous… après le bac il y avait l’été… mais après l’été il y avait bien pire… c’était la rentrée… ma rentrée à moi allait se faire à la fac de Bordeaux, dans un cursus de Sciences de la Terre et de l’Environnement. Quant à celle de Jérém, là encore, aucune idée… il me baisait mais il ne me disait rien de lui et il ne me demandait rien à mon sujet… sacrée relation…

Bordeaux-Toulouse, deux bonnes heures… je reviendrais sur Toulouse les week-ends, et encore… est ce que Jérém resterait dans la région ? il me semblait l’avoir entendu dire une fois que s’il avait le bac, il arrêterait les études pour gagner sa vie… apparemment il avait vraiment envie de prendre son indépendance, de s’assumer entièrement et de ne plus dépendre de son père… est ce qu’il n’aurait pas eu envie de mettre aussi de la distance physique avec sa famille ? où est ce que sa vie professionnelle l’aurait amené ? là encore j’étais certain qu’il aurait fait ses plans sans m’y inclure dedans…

Quant à Jérémie, il ne semblait pas du tout affecté par l’approche du bac et du grand inconnu qui se profilait après… en effet, tout ce dont il semblait avoir envie c’était que tout cela se passe vite et de se tirer ensuite… jamais il ne m’en parlait ouvertement, mais ses attitudes et certaines petites réflexions captées au détour d’un phrase, d’une conversation, le montraient plutôt clairement… il lui tardait de s’extirper de ce lycée dans lequel il se sentait trop à l’étroit pour se lancer dans la vie…

Je ne disais rien, mais j’en étais meurtri… je sentais très bien que notre relation n’était qu’un détail de son existence alors qu’en quelques semaines seulement, elle était devenue le pilier central de la mienne… une simple question me taraudait l’esprit à l’approche du bac : qu’est ce qu’allait devenir mon rapport avec Jérém par la suite ? Est ce que le futur nous réservait tout juste l’option « se perdre de vue » ? Ca me paraissait bien cruelle comme unique perspective…

En attendant, voilà que pendant la semaine entre la fin des cours et la première épreuve du bac, Jérém décréta qu’on allait se voir tous les après midi pour réviser. Vraiment pour réviser… il décréta donc qu'il fallait moins baiser pour se pencher sur sa remise à niveau avant le bac. Ainsi soit-t-il… Oui, des révisions, car à quelques jours du bac c'était bien temps de s'y mettre. Jérém avait des lacunes, mais le mec était loin d’être con, il suffisait de lui montrer une fois et que son attention soit présente, qu’il captait au quart de tour…

C’était dur de réviser l’après midi car il faisait déjà vraiment très chaud… j’aurais préféré le matin mais je savais que Jérém sortait le soir avec ses potes du rugby et qu’il dormait jusqu’à midi ou presque… oui, le printemps se terminait et à l’approche de l’été la température montait… et tout le monde sait qu’avec la chaleur, c’est l’éveil des sens qui arrive…

Faut dire qu’avec un mec comme Jérémie, mes sens auraient été éveillées par des températures polaires… et les siens au même titre, le mec était chaud comme la braise… Evidemment, on n’arrivait jamais à se passer d’une ou plusieurs petites gâteries par séance…

Et ce fut cela pendant toute cette semaine là. Des après-midi de révision et de baise. Le plus souvent, il se laissait sucer avant même de se mettre au travail : j’arrivais, la porte était décrochée, il me suffisait de la pousser pour rentrer dans sa chambre ; je le retrouvais affalé sur son canapé, avec un débardeur moulant ou même torse nu… son bassin moulé dans un petit short très mec mettant en relief une bite déjà raide sous l’effet des caresses que sa main lui avait prodiguées dans l’attente de mon arrivée… ce short qui était posé directement sur sa peau, ce short d’où on voyait dépasser sa chute de reins si bandante… Jérém était là, les jambes écartées, une étincelle lubrique dans le regard… prêt pour se laisser faire une bonne gâterie…

Viens me faire jouir, sinon je ne vais pas pouvoir me concentrer…

C’était devenu le leit motiv de cette semaine de révisions. Putain que c’est faible un mec… il prend de bonnes résolutions mais à la fin c’est sa queue qui gouverne sa conduite… c’était bien lui qui avait décrété qu’il fallait consacrer moins de temps à baiser et plus de temps aux révisions… et maintenant il ne pensait qu’à se faire sucer… Moi non plus je n’étais pas vraiment raccord avec mes résolutions : à chaque fois je me disais que coucher avec lui pendant ces dernières révisions allait me perturber et me ralentir… je me disais qu’il fallait que j’évite ça… et puis je le voyais, bandant comme toujours… je voyais également que Jérém avait une envie débordante de jouir dans ma bouche ou de me prendre… alors, jamais je n’aurais pu lui dire non… jamais… car déjà moi aussi j’en avais très très envie… et puis faut être réaliste… on ne peut pas dire non à un canon pareil quand il est partant pour te laisser accéder à sa virilité…

Alors, devant ce mec souvent torse nu, n’attendant autre chose que je vienne poser mes lèvres et ma langue sur sa queue, devant cette invitation silencieuse mais oh combien explicite et excitante, je m’exécutais avec le plus grand bonheur : je fermais la porte derrière moi, je laissais tomber mon sac au sol, j’enlevais mon t-shirt ; je me mettais à genoux entre ses jambes, je caressais sa queue raide à travers le tissu léger de son short… je finissais par extraire son manche viril, je baissais son short et je commençais à le sucer comme si ma vie en dépendait…

Une fois son sexe bien calé dans ma bouche, je sentais illico tomber toutes mes réticences à ce genre de faiblesse… tant pis pour les révisions… quand on a une queue aussi bien foutue et un corps aussi bien gaulé à disposition, on ne peut pas faire autre chose que de céder à la tentation, saisir la chance… je me disais ainsi, sans être chatouillé par le moindre scrupule, que bien sur, à ce moment là ma bouche toute entière n’agissait que dans l’intérêt exclusif de l’efficacité de nos révisions… pour que Jérém, l’esprit enfin libéré de ses envies de jeune mâle, soit disponible pour se concentrer sur le travail… je comprenais bien l’argument avancé dans son leit motiv… et j’adorais m’y aligner… j’admettais facilement que si je ne l’avais pas fait jouir dans ma bouche avant de commencer à travailler, il n’aurait pas pu se concentrer, les couilles pleines…

Mais mon beau Jérém… faudrait aussi que tu admettes une autre vérité… est ce que t’imagines un seul instant comment est-ce que je vais pouvoir me concentrer, moi, avec ton goût dans la bouche, le goût de ce nectar délicieux… comment est-ce que je vais pouvoir me concentrer avec le parfum de ton déo qui émane de ton torse dénudé ou tout juste couvert d’un fin débardeur… ou tout simplement en étant là à coté de toi, de tes débardeurs moulants et de tes short sexy laissant entrevoir de façon trop explicite tes envie précises en matière de révisions particulières…

Oui, je cédais très volontiers à l’argument imparable inscrit dans son leit motiv. Ainsi, pour rendre plus efficaces nos révisions, il m'arrivait également de me faire enfiler pendant une pause : ça se passait en général de retour de sa cigarette… je le voyais franchir la porte vitrée, le regard fuyant… je le voyais baisser légèrement le store pour couper le vis-à-vis… il avançait lentement, il passait sa main dans le short… je sentais son envie remplir l’espace de la chambre, en saturer l’air… comme guidée par de puissants phéromones, son envie m’était transmise de façon coordonnée et irrésistible… je laissais tomber mon crayon, mon cahier, mes notes… je me déshabillais, je m’allongeais sur le lit, ventre en bas, les fesses offertes à ses envies de mâle…

J’avais bien compris que c’était dans cette position qu’il prenait le plus son pied, la position qui lui permettait de doser son plaisir suivant son envie… dans cette position il pouvait faire durer la montée de son plaisir aussi longtemps qu’il le souhaitait, mais il avait également la latitude d’en finir plus rapidement, avec de coups de reins plus puissants…

J’avais envie de lui faire plaisir, de lui donner le plus de plaisir possible… j’avais envie de le laisser décider de la durée de son plaisir, du temps qu’on allait retirer à non révisions pour nous adonner à ces galipettes… en attendant qu’il vienne prendre possession de mon intimité, en attendant de sentir passer son manche viril entre mes fesses, je m’enduisais mon ti trou avec de la salive; je préparais son arrivée, son assaut, frémissant d’envie ; je sentais son regard sur moi, le regard du mâle dominant qui observe sa proie, qui savoure cette attente de l’instant où il va prendre son pied… qui sent monter sa fierté de mâle en voyant sa femelle frémir dans l’attente d’une bonne saillie…

Je devinais que Jérém aimait ça… me voir complètement dingue de lui, de sa queue, de me savoir impatient qu’il rentre en moi, qu’il se vide en moi… et quand je sentais enfin le bout du matelas sous mes pieds plier sur le poids de son corps s’approchant de mon intimité, un frisson puissant parcourait mon ventre, mon sexe, mon anus… et je mouillais comme un malade…

Je le sentais s’approcher encore, écarter mes jambes, se pencher sur moi, écarter mes fesses avec ses mains puissantes, viser directement mon ti trou avec son gland, ce ti trou dont il connaissait désormais l’emplacement exact sans possibilité d’erreur… je sentais son gland appuyer sur le relief de ma rondelle et pendant que sa queue glissait en moi, je voyais ses bras prendre appui sur ses mains qu’il plantait d’une part et d’autre de mon dos… je sentais sa queue glisser en moi millimètre après millimètre et je la sentais disparaître en moi sous la puissance de son érection et de la pression de son bassin…

Putain il était en moi et comme d’hab il marquait une pause avant de commence à me besogner… un instant plus tard je sentais ses castagnettes percuter lourdement mes fesses pendant que sa queue glissait en moi par des amples allées venues… quel délice que de sentir ses râles virils, de sentir le changement d’allure de ses coups de reins annonçant qu’il était en train de se vider en moi… il allait bientôt jouir et j’allais partir fourré par sa semence…

Il lui arrivait aussi de se décharger en moi lorsque notre révision butait sur une difficulté particulièrement tenace; devant la difficulté, il renonçait plutôt facilement, il me laissait m’en sortir tout seul, mâcher le travail pour lui… il partait fumer sa clope…

Cinq minutes après j’avais trouvé… je me retournais et je le voyais allongé sur le lit, une main posée sur sa queue raide… il me lançait alors un sourire bien coquin et me lançait :

Viens me sucer… j'ai envie de me vider dans ta bouche de salope…

Je m’exécutais à chaque fois avec un plaisir renouvelé.

Je m’exécutais, tout en ayant l’impression qu’il me narguait, qu’il profitait de moi pour me laisser faire tout le boulot et en plus m’utiliser comme vide couilles dès que l’envie lui en prenait… mais c’était tellement excitant de lui rendre service et de me faire payer en nature…

C’était d’autant plus excitant que, si c’était bien vrai que j’étais payé en nature, je ne l’étais pas de la façon dont un mec se ferait payer généralement… c'est-à-dire en exigeant sa propre jouissance en échange d’un service rendu…

Au contraire, ma récompense à moi c’était de le voir jouir lui… nos révisions, le travail que je faisais à sa place, c’était le prix que je payais pour avoir accès à sa queue… en fait je ne payais pas pour baiser comme le font la plupart des mecs… en réalité je payais pour me faire baiser…

Parfois, toujours fidèle au leit motiv de Jérém (Viens me faire jouir, sinon je ne vais pas pouvoir me concentrer…), je me laissais sodomiser juste avant de partir, pour le faire décompresser… c’était beau au point que c’était devenu une entente tacite entre nous…

Je commençais à disposer mes affaires pendant qu’il fumait sa cigarette en terrasse… je faisais traîner mon rangement jusqu’à que je le voyais jeter son mégot… j’avais remarqué que ces cigarettes de fin d’après midi étaient particulièrement rapides… il rentrait, il s’avançait dans la salle de bain, la porte ouverte… il n’avait pas fini d’enlever son short que moi aussi j’étais à poil…

Je le rejoignais et je m’installais devant le miroir, le cul cambré, offert à sa queue déjà bien raide que je ne tardais pas à sentir parcourir ma raie de haut en bas pour me faire languir… je l’entendais alors cracher dans sa main, enduire sa queue, son doigt chercher l’entrée de mon intimité, la titiller pendant un petit moment, la faire frémir d’envie, la préparer à l’assaut de sa queue… et puis, magique, il était en moi… le réflexe dans le miroir me ramenait l’image de ce beau mec, bien foutu, viril, en train de prendre son pied en moi… j’étais fou de cette image… de son torse en V, de sa chaînette, de son brassard, de sa peau mate, de son regard viril… je me sentais complètement offert à lui… je n’avais qu’une envie… qu’il se décharge en moi…

Il le fit une première fois le mardi… il recommença le jeudi mais en changent le final… le jeudi il commença par me baiser devant le miroir… mais à un certain moment il sortit de moi, il recula, il prit à se branler tout doucement et je l’entendis me lancer, la voix cassée par l’excitation :

A genoux…

Je m’exécutai, conquis par ce que je comprenais qu’il me réservait. Je regardais sa main coulisser lentement sur sa queue, ma bouche pile à bonne hauteur, à 30 centimètres de mon nez… Il s’avança et posa son gland sur mes lèvres qui s’ouvrirent tout naturellement sous la pression exercée par son bassin… sa queue glissait dans ma bouche et rencontrait l’accueil dévoué de ma langue bien intentionnée…

J’imaginais qu’il allait me pilonner la bouche pour se finir et j’attendais ça avec impatience… ses mains se posèrent délicatement sur ma nuque pour maintenir ma tête pendant sa pénétration et sa queue avança tout doucement dans ma bouche, son gland allant se caler à l’entrée de ma gorge… je sentis que grâce à cette douceur, je l’avais toute avalée, jusqu’à la garde… je sentais ses couilles chaudes chatouiller mon menton, je sentais les poils courts au dessus de sa bite titiller ma lèvre supérieure… je l’avais complètement en bouche et c’était une sensation de plénitude jouissive… ça s’était fait tout en douceur, naturellement, c’était le bonheur… je n’avais même pas de haut le cœur, je me sentais complètement soumis à sa virilité dont cette queue bien tendue était le symbole le plus visible et tangible… ses deux mains puissantes toujours fermement posées sur ma nuque, symbole de domination masculine…

Je le sentais frissonner de bonheur, sa queue bien au chaud en moi… il y resta un instant… j’arrivais tout juste à respirer, mais j’avais envie qu’il y reste longtemps, je sentais qu’il aimait ça, et j’avais envie de le sentir frissonner tant que ça lui chantait… au bout d’un instant, il remua légèrement son gland au fond de mon palais et je sentis ses jets jaillir bien chauds et denses et couler lentement à l’entrée de ma gorge. Ses couilles posées sur son menton étaient en train de se vider dans ma bouche bien accueillante.

Le mercredi il n’avait vraiment pas la tête aux révisions… il avait juste envie de baiser…

Dès mon arrivé je dus le sucer, plaisante contrainte, le laisser jouir dans ma bouche et, évidemment, tout avaler. On se mit alors aux révisions, mais je voyais bien qu’il n’en avait pas franchement envie… on le voyait à son attitude, à sa tenue… le mec il n’avait qu’une envie, c’était de baiser…

Déjà, à mon arrivée, il était torse nu avec un boxer blanc Athena moulant son bassin et son paquet… et il moulait tellement bien que je voyais tout ce qui s’y passait à l’intérieur… d’ailleurs sa main n’arrêtait pas de tripoter le paquet, et j’avais même l’impression qu’il se touchait pour entretenir une érection qui n’avait d’ailleurs pas besoin de ça pour se maintenir…

Depuis mon arrivée, je le sentais surexcité et je sentais son odeur de mec flotter dans la petite pièce… je sentais franchement l’odeur de son sexe, l’odeur de son jus passer à travers le lycra du boxer… j’avais trop envie de lui et lui aussi… de plus il ne regardait même pas les cours, son regard était braqué sur moi… je le croisai plusieurs fois, cherchant à éviter son sourire coquin qui me rappelait celui de notre première révision…

Il essayait de me faire craquer, j’essayais de résister, de lui montrer un minimum d’amour propre, un minimum de détachement de sa sexualité… bataille perdue d’avance, plus les minutes avançaient, plus son attitude charmeuse, son envie, sa queue déjà raide frémissant sous la caresse de sa main, son torse nu magnifique, sa petite chaîne, son sourire ravageur avaient raison de ma volonté de travailler… je n’arrivais plus à me concentrer, les chiffres se mélangeaient devant mes yeux… ces yeux dont le coin d’abord, et le regard tout entier bientôt, allaient être entièrement accaparé par le désir que m’inspirait ce mec…

Sentant que j’étais prêt à craquer, comme un fruit bien mur prêt à tomber, comme une citadelle assiégée prête à capituler, Jérém lança l’assaut final, sur de lui, sur de ma réaction, sur de sa victoire. Je déteste ce mec, putain !!!!!!!!!!!!!!! il peut faire de moi ce que je veux….

T’as envie que je te baise…

Son regard était tellement lourd de sensualité, de sexualité que ça en devenait vraiment affolant. Je me sentais à sa merci. Je me sentais mis à nu, percé à jour. Une proie pris au piège. Ce n’était même pas une question. C’était un constat. Une évidence à ses yeux, comme pour les miens.

Oui, Jérém, j’en ai envie…

T’aimerais que je rentre dans ton cul et je le baise bien à fond…

Oui, pile ça…

C’est baloo… moi je n’ai pas envie de te baiser aujourd’hui… j’ai envie que tu me suces encore… que tu me vides les couilles avec ta bouche…

Et ce disant, il alla s’installer sur le lit, exit le boxer, sa queue magnifique dévoilée au grand jour, tendue, droite comme un I en direction de son nombril, posée sur cette petite ligne de poils bruns qui me font tant d’effet, le chemin du bonheur…

Viens sucer, mec, aujourd'hui ta chatte va serrer la ceinture mais ta bouche va prendre cher…

Putain de mec, putain de petit macho à la con, tête de merdeux sexy à gifler, doutant de rien… osant tout en raison de sa virilité renversante… bah, oui, il avait bien raison… j’étais tellement subjugué par sa sexualité… et alors… putain… comment lui résister ? … je le regardais allongé sur le lit, appuyé sur ses coudes, dans cette position qui lui permettait de bien me regarder m’occuper de sa bite, cette position que je trouvais terriblement excitante et virile… putain d’abdos bien dessinés, putain de relief de pecs ressortant d’une façon scandaleusement érotique… putain de regard lubrique et tellement masculin… ce mec était une provocation sur pattes, c’était un instrument du Malin… c’était le Fruit Défendu du Jardin d’Adam, c’était la Tentation… celle à qui on ne peut vraiment pas résister…

Un instant plus tard sa queue était dans ma bouche et mes mains caressaient à tour de rôle la peau douce et soyeuse se ses bourses, jouant délicatement avec ses couilles bien fermes et lourdes… putain de mec, putain de jeune mâle…

Vas-y comme ça… Tu vas te faire remplir ta bouche et garder mon goût jusqu’à demain…

Il était vraiment excité et il savait pertinemment de quoi il avait envie. J’ai toujours aimé les mecs qui savent de quoi ils ont envie. Surtout au lit. Parfois c’est excitant de recevoir des ordres bien précis. Alors que dans d’autres occasions c’est également excitant d’amener les garçons en terre inconnue, leur faire découvrir des bonheurs inédits et surprenants… c’est beau et divertissant que de savoir varier les plaisirs…

Ce jour là je le sentais très directif… ça me plaisait et j’avais envie de sentir encore son autorité sur moi… je me dis qu’un bon moyen de le pousser à me montrer son autorité c’était de la défier… c’est dans ce but précis que à un moment je délaissai sa queue pour aller sentir ses couilles… je savais qu’il n’aimait pas particulièrement ça, que je délaisse sa queue, et il ne tarda pas à me rappeler à l’ordre…

Allez, viens me sucer…

Je n’attendais que cela, me faire bousculer par la volonté du mâle dominant… j’ai adoré le ton sur lequel il m’ordonna, comme si rien de plus naturel, de plus établi, de plus orthodoxe ne soit au monde, comme si j’étais en train de contrevenir à une loi naturelle, la loi de sa supériorité virile, cette loi qui prévoyait que l’assouvissement de ses envies devait primer sur ma volonté, devait être ma priorité absolue, ma volonté même…

J’ai tellement frissonné sous l’effet du ton autoritaire de ses quelques mots que j’ai eu envie de m’en prendre une autre couche… une envie de dingue de provoquer encore et de subir sa putain de réaction de jeune mâle macho… je le regarde dans les yeux, j’esquisse un sourire de défi… je fais durer l’attente. Et ça ne tarde pas à tomber… je vois son regard se noircir, vois ses pecs se soulever sous l’effet d’une inspiration en train de s’accélérer sous l’emportement qui le gagnait face à m’insubordination…

Putain, tu vas sucer à la fin…

Et là, joignant le geste puissant au ton viril et autoritaire, il relève son torse, il avance ses bras et il vient poser lourdement ses mains à l’arrière de ma tète, exerçant une pression ferme, très ferme, pour que mon buste se plie vers son bassin, dirigeant ma tête pour que ma bouche aille s’empaler pile sur sa bite. Les mains désormais serrés d’une part et d’autre de mon visage, il entreprend alors à diriger le mouvement de ma tête et de ma bouche sur sa tige, dosant le rythme et l’ampleur des allées et venues suivant son bon vouloir… ses pressions sont tellement puissantes que son gland s’enfonce dans ma gorge jusqu’à la limite du haut le cœur, surtout lorsqu’il maintenait lourdement et longuement ma tête au plus bas de son voyage au long de sa queue…

Tiens, putain, avale-la bien, avale bien ma queue, vas-y !!

Putain de Jérém, on n’est jamais déçus quand on chatouille sa virilité. C’est une réflexion que je me fais à ce moment là, sans savoir à quel point plus tard dans la semaine elle se révélerait exacte. Au bout de quelques bons aller retour, Jérém relâche enfin son étreinte et retrouve cette putain de position accoudé en train de me regarder le sucer qui me fait délirer.

Ses mains s’étaient dégagées, mais j’avais l’impression que la présence, la prise puissante de ses mains sur mes oreilles et sur mes joues n’avait pas cessé… c’est ça un mec… laisser son souvenir de son passage dans le corps ou dans l’esprit. Ou les deux. Oui, je sentait toujours ses mains appuyer fermement sur ma tête : alors, suivant le mouvement précédemment imprimé, je reprends à le pomper avec un entrain renouvelé, comme pour me faire pardonner mon petit égarement…

Tu l’aimes, l'odeur de ma bite et de mes couilles… t’aime mon odeur de mec… vas-y, dis le…

Je me fis violence pour quitter un instant son gland et lui répondre, plein d’excitation…

Oui, oui, oui…

Suces, putain… tu l’aimes mon jus, tu aimes mon goût… t’es une vraie salope, je te le dis depuis le début…

Waaaa … douce musique pour mes oreilles. Je sentais que ça montait et qu’il allait bientôt me rincer la bouche avec son éjaculation… je ne pouvais me résoudre à quitter sa bite, j’avais trop peur de rater son orgasme, de rater sa première giclée, en général la plus copieuse… je me limitai à couiner plusieurs fois pour lui signifier mon assentiment à ses considérations que je partageais à fond, évidemment…

Suces bien, vas y, je viens, plus vite, plus vite…

Je sentais que son orgasme venait… j’allais de plus en plus vite, pendant mes allées et venues sa queue disparaissait presque entièrement dans ma bouche, son gland percutait violemment mon palais surtout depuis qu’il avait pris à mettre des coups de reins à son tour… ce qui eut d’abord pour effet pervers de couper le rythme de mes allées venues, de gâcher la mélodie de ma fellation… oui, ses coups mis avec une violence aveugle s’opposaient aux mouvements de mes lèvres… ma bouche me faisait mal tellement ses assauts étaient violents et de sens contraire à mon allure… alors, n’arrivant pas à trouver le moyen de reprendre le rythme pour l’amener à l’orgasme, je quittai sa queue… Jérém dut comprendre mon malaise car je le vis arrêter ses mouvements de bassin, poser ses fesses sur le matelas et m’intimer de finir le travail…

Dépêches, viens sucer…

Ma bouche avala sa queue d’un seul trait et je recommençais à le pomper avec des va-et-vient de plus en plus rapides… Jérém reprit ses coups de reins, mais cette fois ci on arriva, certainement par pur hasard, à nous synchroniser… pendant un court instant j’arrivais à seconder son rythme… à le sucer pendant qu’il me défonçait la bouche avec ses coups de reins… nos mouvements se complétaient, se donnaient de l’ampleur réciproquement… et il jouit enfin…

Oui, oui, oui, prend ça, prend ça, encore, oui, oui, encore… aaaaahhhhh… putain….

Ma langue était couverte de sa jouissance de jeune mâle. Ainsi, les révisions de math ne furent que théoriques ce jour là… Après m’avoir rempli la bouche, il resta allongé sur le lit et alluma la télé sur la quotidienne de cette nouvelle émission à la con nommée Loft Story. Eté 2001, la télé réalité était née.

Je sentais que la journée était foutue, et je tentai de me concentrer sur mes notes pour essayer de repérer les sujets les plus importants à traiter dès le lendemain. Aujourd’hui Jérém n’avait pas du tout la tête à ça et je me disais qu’il ne nous restait que deux jours pour revoir tout un tas de choses…

J’essayais de me concentrer mais je finis par me faire happer par le histoires passionnantes de ces pionniers de la niaiserie télévisuelle moderne… oui, le loft, cette sublime bouse télévisuelle, pour citer le grand Carlier, mère de tous les émissions de ce genre qui abrutissent chaque année un peu plus les écrans télé depuis une quinzaine d’années ; des émissions qui ne présentent de mon point de vue qu'un intérêt très spécifique mais de taille, celui de montrer des beaux gosses, des petits cons tellement sexe à en faire pleurer.

Hélas, cette année là la prod n'était qu’à ses balbutiements, il n'y avait pas de vrais canons, mis à part peut être un charmant Christophe, un sexy petit con nommé Jean Edouard qui aura le mérite d’être le premier mec qu'on verra baiser en vrai à la télé… bien avant les exploits du bien plus charmant Cyril Paglino dans Secret Story… on aura droit également à Jean Pascal, le petit con (petit con tout court) de service ; à Steevy, le premier pd, hélas un peut trop folasse, affiché dans une émission télé avec son Bourriquet ; à Aziz, pris pour l’affichage du quota reubeu ; à Loana, pour le coté « Pamela Anderson » de l’émission ; on aura droit à Lauren, à Delfine, à Akima, des nanas pas encore trop putes comparées à leur jeunes sœurs sévissant de nos jours, ainsi qu’à tout un tas d’autres mecs franchement pas beaux mais censés représenter la jeunesse française.

Depuis, des rejeton bien plus cul-turels de ces émissions pionnières ont fait leur apparition sur les écrans, nous amenant chaque année un bon lot de petits cons sexy à pleurer… Dilemme… Secret story… Les princes de l’amour, L’île de la tentation… Les marseillais… Hollywood Girls… tout un tas d’émissions de merde débordantes de mecs le plus souvent cons comme pas permis mais gaulés et sexy à se damner, des masses de muscles tatouées… avec une queue qu’on ne verra jamais mais que l’on devine (ou qu’on fantasme) bien frétillante, tout juste deux neurones pour faire marcher tout cela et voilà, le tour est joué… on est devant l’écran en train de se demander quel bonheur on éprouverait à devenir les salopes de ce genre de bourrins… des bourrins pour qui la maîtrise de deux expressions type « viens me sucer » et « je vais te baiser, salope » leur seraient suffisantes pour jouer le rôle de leur vie.

Ce soir là, après la fin de la quotidienne, je ne me tirerai pas de la chambre de Jérém sans l’avoir eu une dernière fois dans ma bouche, sans l’avoir sucé à genoux, lui débout près de la porte d’entrée, avant qu’il décide de finir tout seul la quête de son plaisir en coinçant ma tête contre le mur comme lors de notre première révision… son éjaculation arriva au bout d’un petit moment et je sentis, de par le volume, bien moins important, la consistance, bien moins dense, le goût, franchement moins fort, que le mec s’était carrément vidé les couilles…

Je pense que ce jour là j’ai bien fait mon boulot de petite pute soumise… vider mon homme… le faire jouir jusqu’à que la queue lui en tombe… j’éprouvais une certaine fierté devant ma performance et je ressentais une certaine satisfaction en pensent que peut être ce soir là Jérém n’aurait eu besoin de rien de plus pour trouver son sommeil, ni d’une nana à baiser, ni même d’une petite branlette…

Quand il se dégagea de moi, le mec avait franchement l’air repu … sa respiration était profonde et lourde, son regard perdu dans le vide… il remonta son boxer et partit fumer en terrasse…

La semaine passa ainsi, rythmée par la baise… pas un jour sans qu’il ne jouisse au moins une fois dans ma bouche, pas un jour sans qu’il ne trempe sa queue dans la chaleur accueillante de mon intimité… je sortais de nos révisions rempli de son jus, son goût dans ma bouche, le cul démonté par le passage de son magnifique gourdin… j’était un mec heureux… heureux de cette débauche de plaisir que je prenais en le laissant jouir en moi sans retenue, suivant ses envies…

Vers la fin de la semaine, je dut admettre que mon corps était près d’atteindre ses limites… son goût ne quittait plus ma bouche, mon petit cul n’en pouvait plus de ses assauts… je finissais par m’avouer que après cette semaine de marathon sexuel, mon corps réclamait répit… cependant, comme à d’autres occasions, si mon corps n’en pouvait plus, mon désir était toujours là, impossible à étancher, inépuisable… je finissais pas comprendre que le plaisir ne calme en rien le désir… bien au contraire, le plaisir entretient le désir, tout comme le désir entretient le plaisir : c’est un cercle vertueux, c’est un cercle vicieux, un cercle qui commence quand même par le désir… oui, le désir, tant qu’il dure… le plaisir et le désir, voilà deux potes qui marchent main dans la main…

Oui, j’étais un mec heureux… du moins je l’étais heureux tant que j’étais avec lui, tant que je l’avais en moi, tant que j’attendais de me faire baiser… je l’étais beaucoup moins une fois la porte de sa chambre passée… me retrouvant une fois de plus dans le couloir sombre du dortoir… me disant que jour après jour la date fatidique du bac approchait et que, après le bac, c’était le grand saut vers l’inconnu…

Putain de mec… vraiment je l’avais dans la peau… j’avais envie de lui tout le temps… j’avais envie de sentir le contact de sa peau, de humer son parfum, son odeur de mec… j’aurais voulu être le t-shirt ou le débardeur qui caressait ton torse, qui s’imbibe de ta transpiration, la chaînette qui se baladait autour de ton cou, le boxer qui serrait sa queue et qui retenait ses couilles.

Oui, se réincarner dans le slip d’un beau mec… C’est Boy Georges qui a l’époque avait déclaré dans une interview qu’il voulait se réincarner en slip de Matt Dillon, mec qui a l’époque ou la phrase a été dite était en effet a hurler !!! Boy Georges, on se comprend. Tu es mon héros… tapes cinq…

Ou bien, être un ptit chat, un petit chat tout mignon et innocent qui irait se cacher dans le panier de linge sale, au milieu des t-shirts et des slips porté en attente de passer à la machine…

Le vendredi soir on révisa tard, tellement tard qu’on décida de se faire livrer une pizza… immanquablement on tomba sur le prime de Loft Story et on goba ça jusqu’à la lie… c’était plus de 11 heures lorsque le générique à la con retentit dans la télé… je voyais dans le regard de Jérém qu’il avait encore envie de se faire soulager…

Le voilà qui s’allonge sur le lit, me voilà en train de le sucer une fois de plus… et voilà se présenter à mon esprit l’envie de réessayer ce truc « à la main » que j’avais trouvé une semaine plus tôt et qui avait eu l’air de le faire délirer… je voulais vraiment lui faire plaisir pour la fin de nos révisions, lui faire retrouver cet orgasme de dingue qu’il avait vécu la dernière fois et que, à en croire à ses mots, avait été remarquable… lui laisser un souvenir incroyable de mes talents… je voulais qu’il se souvienne de moi, je voulais qu’il se souvienne que j’étais capable de le faire jouir comme personne d’autre… j’avais envie qu’il ait envie de me revoir et de me baiser après le bac, pendant l’été…

Il était allongé sur le lit, j’étais en train de le sucer, tranquille, comme samedi dernier… je sentais son excitation monter et sa jouissance approcher… ma bouche quitta alors sa queue laissant le mouvement lent de sa main entretenir comme en suspension l’excitation du beau mâle… je commençais à goûter au bonheur de faire monter petit à petit son plaisir et de lui offrir une nouvelle jouissance délirante quand je le sentis se relever, dégager sa main, me repousser violemment, me plaquer contre le matelas, essayer de descendre mon pantalon en force, presque rageusement, pendant que j’essayais de défaire ma ceinture... et comme dans la précipitation je n’y arrivais pas, il finit par me plaquer à nouveau contre le matelas ; et pendant que j’essayais de comprendre ce qui était en train de se passer, quelle mouche l’avait piqué, je sentis qu’il se branlait vigoureusement… je m’attendais à qu’il veuille se lâcher dans ma bouche, alors je fus très surpris quand je sentis plusieurs jets s’abattre lourdement sur mon short et sur mon t-shirt… putain de Jérém… j’allais avoir l’air propre de me balader dans la rue dans cet état là…

Je le sentis s’essuyer la queue sur mon short et il partit fumer en terrasse, sans un mot.

Me voilà allongé sur le lit, les vêtements souillés de son jus, de questions plein la tête… qu’est ce qui s’était bien passé ? putain, il avait l’air carrément énervé quand il m’a repoussé… carrément enragé quand il a essayé de m’arracher le short… est ce qu’il n’avait pas apprécié que j’enlève ma bouche de sa queue et je commence à le branler? pourtant il avait aimé la dernière fois… j’ai fait quelque chose de travers ? je m’y suis mal pris ?

Hélas, je ne connaissais rien des considération qui s’étaient déjà amorcées dans sa tête une semaine plus tôt quand j’avais pris le contrôle de sa jouissance ; et encore moins je pouvais me douter des réflexions qui allaient le secouer après mon départ ce soir là : non, c’était pour moi inconcevable que l’on puisse en vouloir, et à fortiori imaginer de punir quelqu’un qui nous donne du plaisir… autant de plaisir…

Pourtant… c’est si mystérieux et con la sexualité d’un mec hétéro…, surtout celle de l’hétéro qui se sent partir vers l’autre bord et qui ne sait pas l’accepter…

Dérouté, presque choqué par sa réaction, j’eus un peu de mal à trouver la force de vaincre l’humiliation qu’il venait de m’infliger et qui me semblait gratuite vis-à-vis de l’entente sexuelle parfaite que j’avais ressenti cette semaine… depuis le début de notre relation, et cela était d’autant plus marqué dans la débauche sexuelle de la semaine qu’on venait de passer, j’acceptais de me laisser dominer par ses envies et tout semblait rouler comme sur des roulettes… mais ce soir quelque chose s’était enrayé et putain, vraiment je n’arrivais pas à comprendre quoi… j’aurais bien voulu être dans sa putain de tête de mec pour voir ce qui s’y passait…

Je pris sur moi pour trouver enfin la force de me relever, j’attrapai du Sopalin et je passai à la salle de bain pour essayer d’essuyer mes vêtements… peine perdue car son jus avait pénétré les fibres et des traînées bien marquées étaient imprimées sur les tissus… putain de petit con !

Quand je sortis de la salle de bain, il était toujours en terrasse, dans le noir… je commençai à rassembler mes affaires en prenant mon temps, au fond de moi j’attendais qu’il revienne pour voir son état d’esprit… pour essayer de comprendre… hélas, lorsque je l’entendis allumer une deuxième cigarette, je compris qu’il attendait juste que je me tire…

C’était vendredi soir… le week-end arrivait… on ne serait pas vu jusqu’à mardi, jour du bac philo… peut être que c’était carrément la dernière fois qu’on baisait… et ce petit merdeux me traitait de cette façon, après tout ce qu’on avait vécu ensemble au pieu… il fait chier ce mec !

J’étais tellement contrarié par son comportement inexplicable, par son attitude à la con… je décidai de me tirer sans rien dire non plus. Je passais la porte en la faisant légèrement claquer derrière moi. Pas claquer assez fort. C’est l’histoire de ma vie. Ne pas écouter mon raz le bol et ne pas savoir claquer les portes assez vigoureusement.

Une fois sorti de l’immeuble, je me retournai pour regarder en direction de sa terrasse… il était toujours appuyé au rebord, torse nu, en train de finir sa clope… dès qu’il me vit, il éteignit son mégot et disparut dans sa chambre. Un véritable con de mec.

Nico est parti et Jérém se retrouve tout seul dans son lit… ce que Nico a tenté ce soir là l’a replongé dans le truc qui lui avait fait une semaine plus tôt… un putain d’orgasme… tellement puissant qu’il avait cru que les couilles allaient lui en tomber… tellement bon et tellement… tellement… tellement humiliant à la fois…

… c’était samedi dernier, le soir de ce putain de repas de classe… avoir bu et oser aller le voir en boite, lui balancer de rentrer ensemble sans autre explication… et malgré ma brutalité de la fois d’avant, le voir capituler devant moi sans un seul mot, juste sous la vibration de ma voix… il est dans ma voiture, c’est grisant de penser que je vais encore le baiser jusqu’à que la queue m’en tombe. Sentir que j’ai tout pouvoir sur lui. Malgré tout ce que je lui fais subir. Sentir que mon impunité est totale. Que son envie de moi est sans limites. Qu’il n’y a que mon plaisir qui compte…

Et une fois dans la chambre, le voir en adoration devant ma chemise ouverte, devant mon torse… sursauter d’excitation quand il me mordille les tétons. Et quand il remonte vers mon cou avec sa bouche, remettre les pendules à l’heure, poser mes mains sur ses épaules, l’obliger à descendre, le faire revenir à mes tétons, pendant que ses doigts, adroits et impatients, partent ouvrir ma ceinture et déboutonner ma braguette… ça c’est rudement bon… ma queue gonfle encore dans mon boxer, ça y est, il l’a presque toute avalée, je pose ma main sur sa tête pour l’enfoncer encore davantage… et puis je pars sur le lit : il se précipite pour me sucer, encore et encore. Sans répit, infatigable, inlassable de donner du plaisir à ma queue. Il y met tant de fougue que je sens vite l’orgasme approcher.

Je m’attends à qu’il continue droit au but, affamé d’avaler mon jus comme d’hab… et là tout bascule… Nico arrête net de me sucer… je suis chauffé à bloc, tout près de jouir… je suis pris de court, je me demande où il veut en venir... il entreprend alors de me branler tout doucement… j’ai envie de lui ordonner de me faire venir tout de suite mais au même temps je suis intrigué, je sens mon excitation monter, mon plaisir prendre de l’ampleur… putain, qu’est ce qu’il est en train de me faire, où est ce qu’il est en train de m’amener ?

Et la, au milieu des vagues de plaisir, voilà que d’un coup je me rends compte que je suis pris au piège… je suis complètement à la merci du mouvement de sa main… Nico a dans ses mains le pouvoir de me donner du plaisir ou de me le refuser… suivant son bon vouloir… je voudrai, je devrais trouver le cran de me rebeller, de casser le lien invisible qui me retient prisonnier de sa main, de mon propre plaisir mais je n’en ai pas la force… c’est faible un mec, surtout quand il s’agit de sa queue, de son pied…

Le rapport de force a changé du tout au tout… c’est lui à avoir la main du jeu, au sens propre comme au sens figuré… je n’ai d’autre choix désormais que de le suivre là où il veut m’amener ou alors prendre le risque, inacceptable à mes yeux, de rater mon orgasme…

Le mouvement de sa main est une véritable tuerie… il me regarde, sans un mot. Il me regarde languir, il cherche à voir sur mon visage les signes de la venue de mon orgasme… mais je crois bien qu’il n’y a pas que cela… son regard en dit long sur ce qui se passe dans sa tête : en prenant le contrôle de mon plaisir, Nico est en train d’assouvir une petite vengeance… je crois bien que ça le fait sacrement bander de me voir dérouté, de deviner en moi cette envie de lui ordonner de conclure juste au bord de ses lèvres, envie qui est retenue justement par ce qu’il est en train de me faire, ce qui annule ma volonté de mâle impatient… je suis à la merci de Nico comme lui il l’a été, à ma merci, tant de fois… oui, je suis pris au piège de mon propre plaisir et Nico détient la clef de ce piège invisible mais bien réel…

Il tient ma bite fermement dans le creux de sa main et il me branle tout doucement; je sens cette chaleur qui monte dans le bas ventre, ce frisson qui parcourt la queue, les couilles, jusqu'à l'anus, cette attente intolérable de laisser exploser ma jouissance; il suffirait de quelques allées venues un peu plus rapides de sa main pour libérer cette tension qui continue de submerger mon corps et de le faire monter en pression, mais ce petit con fait traîner, encore et encore…

Au point où j’en suis, je ne peux plus qu'attendre son bon vouloir, attendre cet orgasme que je sens monter à des sommets incroyables, la frustration de l’attente me le rendant de plus en plus nécessaire… j’ai de plus en plus envie de précipiter tout cela… mais je sens que dans l’attente ça monte, ça monte encore, j’ai même l’impression que la vague de plaisir qui se prépare à percuter et à traverser mon corps est d’un puissance jamais atteinte auparavant… mon cœur cogne comme jamais dans ma poitrine, chaque cellule de mon corps est parcourue pas des frissons électriques…

Ça ressemble à ces vents déjà puissants qui précèdent l’arrivée de l’ouragan ravageur… je suis au même temps impatient de voir arriver cet ouragan, cette vague de plaisir suprême, et au même temps j’ai peur que mon corps, que mon cœur ne soient pas assez solides pour y faire face… au fond de moi, je me prépare à partir dans un dernier orgasme dévastateur, je me prépare à partir en venant.

J’en peux plus… mon cœur va exploser, mon excitation et ma frustration vont me rendre fou… bordel, il faut que ça vienne… il me faut jouir ! S’il continue encore je vais bientôt avoir mal aux couilles… et voilà que je le sens enfin augmenter légèrement la cadence, je sens tout mon corps se crisper, se raidir, la vague monte, monte, monte, je perds pied, je m’évapore, je vais jouir enfin… et puis….

Et puis, encore une folie… il arrête de me branler et ouvre sa main, coupant ainsi tout contact avec ma bite... il ne va pas me faire ça… couper mon orgasme… se venger ainsi de toutes les humiliations que je lui fais subir… naaaan il ne va pas faire ça… ou bien… je commence à flipper…

Tout cela ça ne dure qu’un instant, un instant qui me parait une éternité… je crois que mon cœur s’est arrêté de battre… mon orgasme est là, il parcourt mon corps, mais il est momentanément suspendu au bien vouloir de ce petit con de Nico… je suis à un rien de rater l’explosion de mon plaisir quand je sens enfin sa langue se poser sur mon gland, sa main reprendre à branler ma queue avec la cadence la plus parfaite qui soit.

La vague de plaisir qui secoue mon corps monte encore d’un cran, je vis une jouissance tellement extrême que pour un peu ça en serait de la douleur : j’ai l'impression que ce frisson démesuré va avoir raison de moi, de ma raison et que jamais plus je ne trouverai le calme... mon cerveau est débordé, ma conscience défaillit, emportée par une tempête sensorielle d'une puissance inouïe ; je ne suis plus là, mes yeux ne voient plus, mes oreilles n’entendent plus, j’ai l’impression que mon cœur ne va pas tenir le choc, que je vais partir à tout jamais… je me sens emporté par la vague, je n’essaie même plus de retrouver mes repères, je me laisse aller, je m’abandonne, rien ne compte plus, rien n’est plus, je perd le contact…

Et puis plus rien, le noir, le silence. L’apaisement. La tension est partie et mes sens sont comme éteints. Ma conscience est vide, je ne ressens plus rien. Je n’ai plus conscience du temps, je ne sais pas si ce moment d’absence a duré une minute, une heure ou une nuit entière. Je ne sais même pas si je suis encore vivant.

Quand je reviens un peu à moi, je me rends compte que je ne suis plus qu’un corps épuisé. Je nage en sueur. J’ai chaud, je n’arrive pas à respirer, je sens les battements de mon coeur tellement forts et rapprochés que j’ai l’impression qu’ils secouent mon corps tout entier. Je ne peux pas bouger ni parler… je suis un être inerte, sans défenses… je sen la présence de Nico à coté de moi… je suis encore et complètement à sa merci… il aurait voulu me tuer ou me couper les couilles à ce moment là, je n’aurai pas pu réagir…

Je nage encore entre inconscience et lente récupération de mon esprit… je ne comprends pas encore bien ce qui m’est arrivé… je crois que j’ai eu tout simplement… oui, tout simplement l’orgasme de ma vie… putain de truc de dingue… c'était puissant et… long, tellement long… je n'ai jamais joui aussi longtemps… putain, j’ai eu l’impression que pendant une fraction de temps infinitésimale, j’ai été plus proche de l’autre côté que de celui-ci… je n’ai pas vu le tunnel avec la lumière, mais j’ai vraiment eu l’impression qu’il n’était pas loin…

Je me sens sans défense… ces larmes que je sens couler sur mon visage… ce n’est pas moi ça… je me sens secoué, triste, impuissants, seul, désarmé… c’était incroyable… ça m’a secoué au point de faire ressortir des larmes qui ne sont pas sorties depuis si longtemps… et putain que ça fait du bien de se laisser aller… putain que cet ouragan de plaisir a balayé tout mon esprit en emportant toutes ses tensions… je me sens vidé, ma tête est une page blanche qu’aucune rature, aucune souillure n’ont encore terni…

Au bout d'un moment, je finis par pousser un premier souffle venant du plus profond de mes poumons, presque un souffle libérateur : comme un bébé qui s’ouvre à la vie, comme un noyé qui revient à la vie…

Et là je sens ses doigts glisser dans mes cheveux… putain que c’est bon ce contact tendre et rassurant… son autre main parcourir la peau de mon cou, de mon torse… je l’ai pourri la dernière fois mais là je le laisse faire… certes, je n’ai pas vraiment le choix… je suis tellement épuisé que je ne peux même pas m’y opposer… et d’ailleurs, pourquoi m’y opposerais-je ? Au bout du compte, ses caresses, me sont plutôt agréables… c’est bon de sentir de la tendresse dans un moment comme celui là…

C’est fou, je ne devrais pas céder à cette faiblesse, surtout pas avec un mec, mais j'en ai tellement envie… ses doigts sont d'une douceur incroyable, ils caressent ma peau lentement, centimètre après centimètre. Sous la chaleur rassurante de sa main, je sens ma respiration changer, s’apaiser. Les battements de mon cœur, encore rapides, ralentissent peu à peu…

Il me faut de longues minutes avant de récupérer assez la maîtrise de mon corps et trouver le courage d'aller fumer ma clope; je traverse la pièce presque chancelant, et une fois arrivé sur la terrasse, j’allume mon briquet avec un geste incertain, je tire la première taffe et je suis obligé de me laisser glisser en position assise tellement mes jambes ne me portent pas. Je n'ai besoin de rien de plus ce soir là. Je me sens vidé, apaisé, calme ; je me sens bien. Nico part sans faire de bruit.

Mais une fois seul dans ma chambre, je sens soudainement mes émotions changer de polarité… je commence à revenir à moi, à retrouver ma fierté de mâle, à la sentir blessée, outragée, je me surprends à détester l’idée d’avoir été livré à son arbitre le plus total et d’avoir même aimé ça à un moment ; à maudire l’idée de lui avoir offert tout pouvoir sur moi, d’avoir été à sa merci... certes, ça n’a été que pendant un court instant… mais je m’en veux terriblement d’avoir perdu le contrôle de la situation, de lui avoir permis de l’usurper, de lui avoir permis te me tenir par la queue, d’avoir été prisonnier et non pas maître de mon propre plaisir de mec… et surtout je m’en veux de lui avoir laissé le pouvoir de me priver, s’il le voulait, de mon orgasme…

Moi qui le plaisir l’ai toujours pris, dérobé, volé comme, quand et où je le voulais, j’ai été à la limite de le supplier de me faire jouir… non pas à commander, en male dominant, de m’apporter du plaisir, mais à supplier, à quémander… heureusement ma fierté de mec à m’en a empêché, mais à bien de moments elle a failli ne pas être assez solide pour m’empêcher de m’humilier et de perdre définitivement mon panache…

Je sens la colère monter en moi, je sens que je commence à lui en vouloir, à m’en vouloir ; et je sens que plus les minutes vont passer, plus je vais lui en vouloir et plus je vais m’en vouloir aussi…

Oui, Nico est en train de prendre un pouvoir immense sur moi, le plus fort des pouvoirs que l’on puisse posséder sur un homme, le pouvoir de me faire jouir au delà de tous mes espoirs les plus fous… à cet instant précis je jure à moi-même que jamais je ne le laisserai recommencer cela… recommencer quoi ? L’orgasme de ma vie ? Peu importe… jamais ne lui laisserai reprendre ce contrôle sur moi…

Une fois, ça a déjà été la fois de trop… je ne peux pas laisser passer ça… c’est ma fierté et ma réputation de mec qui est en jeu… faut le punir pour avoir voulu me montrer que mon plaisir puisse être pris dans la soumission… ça ce n’est pas possible, et ne le sera jamais… faut que je lui montre que c’est moi le mec et que c’est moi qui dirige le jeu… faut le punir de… oui, faut le punir de m’avoir donné autant de plaisir…

Cette résolution rassurante pour sa virilité désormais gravée dans son esprit, Jérém sentit monter son orgasme sous les allées et venues bien dosées de sa main. Oui, Jérémie jouit à cet instant précis, son sperme allant une nouvelle fois souiller ses draps…

Et le sommeil ne tarda plus à venir…