6 minutes de lecture

69 nuances de Anne : la décoratrice

Partie 2

Je regardai Tony en lui faisant un clin d’œil et m’éloignai. Je pris les clés de l’appart d’Isa et Marc, qu’ils nous avaient laissées pendant leur absence pour arroser les plantes, sortie pour allez chez eux et me dirigea directement dans la caverne aux milles plaisirs d’Isa. Je mis quelques minutes à trouver ce que je cherchai. Je le pris et retournai dans notre appartement. Je dissimulai l’objet dans mon dos afin qu’aucun ne le voit.

A mon retour, Tony avait pris les choses en main, au sens strict. Il avait dans sa main, sa grosse queue qu’il tenait bien droite et de l’autre, il tenait la tête de Mélissa par les cheveux et il lui faisait faire de long va et vient afin qu’elle prenne entièrement en bouche son mat. Et il la maintenait en position haute de temps en temps pour qu’elle s’amuse avec son gland. Il laissait échapper de long râle. Je me mis accroupi à coté de lui et lui dit :

- On dirait que cela te plait ce qu’elle te fait, notre chère décoratrice.

- Aaahh putain, ouiii... Sa bouche... sa langue... elle a un piercing, la gaaarce... hummm... Trop boon... Je ne vais pas tarder à tout lâcher... rhaaa...

- Un piercing ? J’ai hâte d’essayer. Vas-y, mon chéri, laisse toi aller dans sa jolie petite bouche de suceuse. Et toi, ma belle, tu vas tout avaler ce qu’il va te donner.

Elle descendit une dernière fois le long de sa tige et je vis Tony se cambrer au fond de la gorge de Mélissa, des spasmes le traversant. Elle remonta en aspirant bien la queue qui sortait de sa bouche. Aucune goutte ne s’échappa. J’étais impressionnée, surtout connaissant la quantité de semence que pouvait produire mon homme.

Elle se redressa, me regarda, ouvrit la bouche et je vis la semence de mon mec dans le creux de sa langue, le piercing dépassant en son centre. Elle referma la bouche et je l’entendis déglutir. Elle venait de tout avaler.

Je passai ma main dans ses cheveux et saisi sa crinière :

- Tu es une belle petite garce. Tu vas me déshabiller et ensuite tu vas lécher mon minou. Reprends des force mon chéri pour tout à l’heure. J’ai prévu un final en apothéose.

Nous nous mîmes les deux debout et elle commença à m’enlever mon top dévoilant ma poitrine gonflée et de petites gouttes de sueur entre mes seins. Elle me les caressa, me pinçant les tétons bien durs au passage m’arrachant un soupir d’extase. Elle descendit sur mes hanches, passa ses pouces entre ma peau et l’élastique de ma jupe et la fit descendre en même qu’elle descendait aussi, mettant son visage à hauteur de ma chatte ruisselante et odorante de mon excitation.

J’écartai largement les jambes. Elle approcha son visage, ouvrit sa bouche, sortit sa langue et vint me lécher ma petite chatte. Je sentis son piercing passer entre mes lèvres. Quelle sensation !! J’adorais !!! Elle vint débusquer mon bouton et le titilla du bout de langue. Je posai une jambe sur la table basse pour écarter encore plus. Elle m’introduisit un puis deux doigts dans mon volcan en éruption et commença à me doigter bien profondément, m’aspirant le clito.

Comme mon chéri, j’appuyai sa tête fort contre ma chatte et torturai mes tétons avec mes ongles. Je sentais la mouille coulée le long de mes cuisses. J’haletai de plus en plus fort. Je l’insultai, la traitant de salope, de garce, de petite chienne... L’orgasme n’était pas loin, grondant au fond de mon ventre.

Je la relevai en tirant sur ses cheveux. Je lui arrachai son string littéralement. Je voulais la goutter à mon tour. Je m’allongeai sur le canapé à l’opposé de Tony, la tête pausée sur l’accoudoir et je lui fis comprendre de venir sur moi pour un 69.

Elle se plaça au-dessus de moi et je découvris une petite chatte rose totalement lisse, grasse de mouille. Son odeur plutôt forte m’électrisait. Elle se posa sur ma bouche et je commençai à lui fouiller sa fente avec ma langue tel un serpent. Je buvais son jus d’abricot à la source. Quel délice !!

Elle gémissait déjà très fort. Elle se baissa sur mon corps moite et enfui sa tête entre mes cuisses.

Son piercing me rendait folle. Je sentais ses râles raisonner dans mon intimité ce qui décuplait mon excitation. Nos deux corps ne faisait plus qu’un. Nos mains, nos langues nous donnaient mutuellement du plaisir en nous fouillant de plus en plus intensément.

Soudain, je sentis les fesses de Mélissa s’écarter encore plus. Je regardai et vis Tony qui avait repris toute sa vigueur présenter sa queue à l’entrée de sa chatte. Notre petite salope sentant une nouvelle intrusion imminente se cambra, et Tony la pénétra d’une traite. Cela lui coupa le souffle et ses lèvres se contractèrent et pincèrent mon clito. La vue de la queue de mon homme si près limant cette petite salope et ce pincement de clito m’arracha un orgasme foudroyant et totalement inattendu. J’hurlai mon plaisir contre sa chatte dégoulinante.

Je restai pantelante sous le corps de Mélissa secoué sous les coups de boutoir de Tony. Il eu pitié de moi, se retira et la souleva pour me libérer. Il la posa sur le fauteuil en face, les genoux sur l’assise et les coudes sur le dossier. Elle écarta les cuisses au maximum et il s’empala à nouveau en elle, lui défonçant la chatte.

- T’aimes te faire défoncer comme une chienne... tu la sens bien ma grosse queue en toi...j’aime ta chatte bien chaude... lui dit-il tout en lui mettant une claque sur les fesses de temps en temps.

Elle se retourna et le regarda avec un regard dégoulinant de sexe :

- Vas-y prends moi foooort... Défonce-moiii... Aaaaaaaaaah... encore plus foooort.....Ouiiiii.....

Il se retira à nouveau, la pris par la taille et l’amena à nouveau sur le canapé où il s’allongea. Elle vint s’empaler sur lui et entama une danse des hanches à un rythme effréné. Tony avait ses seins dans les mains et je le voyais vriller ses tétons dans tous les sens. Elle criait tout se qu’elle pouvait.

Je repris mes esprits et les voir baiser ainsi me faisait couler à nouveau. C’était le moment pour sa surprise et pour le bouquet final. Je passai la main à coté du canapé et me saisi de l’objet récupéré chez Isa : un magnifique gode ceinture rouge avec un sexe d’un gabarit plus que raisonnable. Je l’enfilai, c’était la première fois, et découvrit qu’un appendice non négligeable rentrait dans ma fente. La lanière qui passait entre mes fesses appuyait contre mon rosebud. Et me voici affublé d’un sexe d’homme. Sensation étrange et plus qu’excitante. J’étais en train d’inonder l’intérieur de cette ceinture.

Tony me vit m’affublé de cet objet et eu un sourire carnassier. Il pencha Mélissa vers lui et lui écarta les fesses. J’enduisis le sexe d’un peu de lubrifiant et me positionna derrière elle, le sexe en latex à l’entrée de sa rondelle. Se demandant ce qu’il se passait, elle se retourna et me vit sur le point de la sodomiser.

- Hummm..... Mon premier sandwich....J’en salive déjà.....

Je poussai lentement mon sexe de latex à l’intérieur de son fondement. Je ne voulais pas lui faire mal. Chaque centimètre pénétré lui arrachait un petit cri :

- Ah...Ah...Aaah...Ah putain...c’est trop bon..... Vas-y... Enfonce moi là jusqu’au bout... Aaah...

Je vins buter contre ses fesses. Cette poussée avait également introduit plus profondément l’appendice présent dans ma fente.

Avec Tony nous commençâmes nos va et vient, très lent au début puis accélérant au fur et à mesure. Je tenais Melissa par les hanches et l’amenait à moi pour la pénétrer encore plus fort. Cette sensation de puissance était indescriptible. Je ressentais chaque coup de boutoir au plus profond de moi. Un instinct bestial montait à n’en plus finir. J’accélérais encore. Mes cheveux me collaient au visage dégoulinant de sueur, tout comme nos trois corps enchevêtrés. La pièce empestait la sueur et le sexe. Nos cris et nos râles se mêlaient les uns aux autres.

- Aaaahh... J’en peux pluuuus...... vous allez me faire mouriiiir de plaisiiiir...... c’est trop bon de se faire..... défoncer par les deux trouuuus......Ooooohhh...... Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii​......

Et dans un dernier assaut, je plantai mes ongles dans les flancs de notre petite salope et me bloquai au plus profond de ses entrailles. Nous explosâmes dans un triple orgasme titanesque. Des flots de cyprine coulèrent le long de mes cuisses et je m’effondrai sur Melissa, qui elle-même s’écroula sur Tony. Nos corps haletaient à l’unisson.

Nous mîmes de longues minutes à nous remettre de nos émotions. Je me relevai et sorti ce chibre du cul de Mélissa et détachai le gode ceinture ruisselant de cyprine. Elle se leva à son tour et la bite de Tony sortie de sa chatte. Elle vient vers moi et m’embrassa à pleine bouche. Tony nous rejoignit dans notre baiser pour une valse à trois langues.

Je regardai Melissa et lui demandai :

- On signe où le contrat et nous éclatâmes de rire.

Nous prîmes chacun une bonne douche, signâmes les papiers et Melissa nous quitta, attendant avec impatience la première réunion de chantier. Je nettoyai le gode ceinture d’Isa et le remis à sa place et nous rentrâmes chez nous pour finir le week end sous la couette.