9 minutes de lecture

69 nuances de Anne - Une nouvelle vie

Partie 2

Nous passâmes quasiment le reste de la journée dans mon dressing. Elle essaya toute ma garde robe, dessous y compris. Ce ne fut pourtant pas une mince affaire que de la convaincre de le faire. Elle ne voulait pas se mettre totalement nue devant moi. Elle se disait complexée.

- Comment ça complexée ?? Avec le corps que tu as ??

- Comparée à toi, je ne peux que l’être. Tu es absolument parfaite. Je trouve que j’ai des grosses fesses, des petits seins ...

- Je t’interdis de te comparer à qui que ce soit et de te rabaisser ainsi. Tu es comme tu es et il faut mettre tes atouts en valeur. A ton avis, comment crois-tu que je fasse. Je ne suis absolument pas parfaite. Alors maintenant tu vas me faire le plaisir d’enlever tes dessous Petit Bateau.

Avec beaucoup d’hésitation elle enleva son soutif mais mis ses mains devant ses seins.

- Je ne te pensais pas aussi timide ma cousine.

Je décidais de lui montrer l’exemple pour l’aider. Je défis mon jean et le fis glisser le long de mes jambes et l’enleva puis je retirai le petit pull moulant que je portais ainsi que mon soutif et mon shorty. J’étais maintenant complètement nue face à elle.

- Alors tu vois, ce n’est pas difficile. D’autant plus qu’on est entre fille.

Elle hésita toujours. Je m’approchai donc d’elle, me mis derrière, la pris par les épaules et la poussa jusque devant le grand miroir. Je passai mes mains devant et lui pris délicatement les poignets. Elle opposa une petite résistance mais je réussis à lui enlever de devant sa poitrine. Je la vis rougir.

Ses seins étaient superbes. Bien dessinés, en forme de poire. Fiers. Ni trop petits, ni trop gros. Elle avait de belles aréoles roses, assez large il est vrai, avec en leur centre deux petits tétons légèrement durcis. Je mis les bras le long de son corps. Elle avait la taille fine et les hanches bien dessinées. Je me permis alors de glisser mes pouces dans l’élastique de sa culotte. Par réflex, elle plaque ses mains sur les miennes afin de m’empêcher d’aller plus loin.

- Tttttttt… je veux juste te montrer comme tu es belle !!!

Elle relâcha la pression sur mes mains. Je fis donc glisser sa culotte le long de ses longues jambes. Je lui tapai sur la cheville afin qu’elle lève le pied pour que je puisse l’en débarrasser définitivement. Je le jetai à l’autre bout du dressing. Je me redressai et la fis tourner d’un quart de tour pour la mettre de profil devant le miroir.

- Qu’est ce que tu vois ? Lui demandais-je

- Euuuhh...Moi ?!

- Pfff... Bécasse !! Oui toi forcément !! Mais comment tu te vois ?

- Comme une nana banale et mal foutue. Des petits seins, un gros cul. Des cheveux moches et impossibles à coiffer. Au réveil on dirait un mouton ...

Surprise par cette dernière constatation je lui demandais :

- Comment ça ? De quoi tu parles ?

- En fait, ils ne sont pas lisses. C’est moi qui mets une heure à essayer de les lisser tous les matins. J’ai des grandes anglaises naturellement et je n’arrive rien à en faire.

- N’importe quoi !!! On remédiera à ça quand mon coiffeur sera là. Moi ce que je vois, c’est une jeune femme splendide. Une poitrine très bien proportionnée aux aréoles larges et aux tétons fiers. (J’en fis le tour avec mes mains et pinça légèrement ses tétons). Une taille fine et des hanches magnifiquement dessinées (je les dessinai du bout des doigts) et un cul superbement bombé qui ne demande qu’à être mis en valeur par de la belle lingerie (je caressai le galbe de ces fesses. Sa peau fut recouverte d’une chair de poule. Caresser la belle Lola ne me laissai pas de marbre. Mes tétons s’érigèrent. Je retirai mes mains de son corps car ce n’était pas le moment). Ton Paulo ne te le disait pas ?

- S...Si. Il aimait beaucoup mes fesses .

- Crois-tu que les surfeurs t’auraient abordé si tu étais quelqu’un de banal ?

- Peut être pas !

- Aies confiance en toi Lola !! C’est la base de la séduction. Si tu n’as pas confiance, tu te feras marcher dessus par les hommes, si tu as confiance, ils te mangeront dans la main. On va commencer par souligner tes formes et les mettre en valeur.

J’allai dans mon tiroir à sous vêtement et ramena presque tous mes ensembles. Comme on avait la même silhouette et la même taille de bonnet, cela ne posa aucun problème. Je savais déjà ce que je voulais qu’elle porte mais je lui réservais pour la fin.

Elle essaya donc des shortys, des strings, des tangas, des soutifs balconnets, des guêpières, des tours de taille. J’en passe et des meilleurs. Elle prenait de plus en plus d’assurance.

Prenant quelques poses suggestives même. Cette petite commençait à me donner chaud.

Le moment était venu de lui faire passer ce que je lui réservais. Je lui tendis donc un shorty/string en dentelle et satin rouge et noir dont le large élastique en dentelle cintrait sa taille, un petit triangle de satin cachait son minou presque lisse et une fine ficelle remontait derrière soulignant ses deux globes fessiers. Cela lui allait à merveille.

Pour le haut, elle me regarda surprise :

- Euh...il ne manque pas quelque chose là ??

- Absolument pas, lui dis-je, un sourire allant d’une oreille à l’autre. Je t’ai dit tout à l’heure qu’il fallait mettre en valeur et souligner tes formes. Et ceci est parfait pour cela.

Et cela devrait te faire ressentir certaines sensations, pensais-je. Elle sembla dubitative.

- Tu me fais confiance ou pas ma cousine ?

- Entièrement, me dit-elle avec un clin d’œil.

Elle enfila donc le superbe remonte-sein assorti au bas. Elle ferma les accroches, le plaça parfaitement et se tourna vers moi. Elle était superbe. Sa poitrine était divinement mise en valeur, aguichante je dirais même. Je ressentis de petits picotements dans mon bas ventre et une légère humidité entre mes cuisses. Je l’aurais bien croqué mais il n’en était pas question... enfin pour l’instant.

- Tu es sublime ainsi !!

- C’est peut être un peu trop osé pour une première fois, non ? Un balconnet et un shorty tout simple aurait peut être suffit.

- Mais bien sûr !! Et pourquoi pas une culotte de grand-mère tant que tu y es. Ce soir, je te veux désirable pour sortir. Je veux que tu fasses tourner les têtes des garçons. Et maintenant, passons aux habits.

Elle essaya a nouveau toute ma garde robe. Je ne me souvenais même plus que j’avais certaines fringues kitschissimes. Un vrai défilé de mode et de grandes crises de fou rire. Elle choisis une dizaine de tenue pour tous les jours. Mais j’avais en tête la tenue que je lui ferai porter ce soir. Classe et sexy. Rien de trop ostentatoire et vulgaire.

Soudain, on sonna à la porte. J’allai regarder par le judas et vit mon coiffeur. Déjà ?! Je n’avais pas vu le temps passé.Je ne voulais pas qu’il nous voit ainsi même si je savais qu’il s’en fichait, aimant les garçons. Je filai donc dans la salle de bain pour récupérer deux peignoirs de bain. Je donnai le mien à Lola et moi j’enfilai celui te Tony. Je me dépêchai d’aller ouvrir au coiffeur.

Il s’occupa magnifiquement de Lola mettant en valeur ses boucles qu’elle s’évertuait à lisser (j’ai bien cru qu’il allait faire une attaque quand elle lui a dit) et lui fit une couleur rouge foncé du plus bel effet. Une de ses assistantes arriva peut avant son départ afin de s’occuper de la manucure et du maquillage, léger, subtil mais follement sexy de ma chère cousine.

Elle n’avait encore rien vu de ces changements car j’avais mis un drap devant le miroir comme le font les relookeuses à la télé.

Tout ce petit monde parti, je m’attachai à l’habiller. Je lui fis donc enfiler une jupe beige arrivant au-dessus du genou et légèrement fendu sur le coté, un chemisier noir, décolleté, à manche très courte transparent mais avec deux poches sur le devant qui ne laissaient rien voir de sa poitrine, et une paire d’escarpin noir à talon.

Ainsi coiffée, maquillée et vêtue, elle était plus que craquante. Je sentais mes lèvres intimes s’humidifier de plus en plus. Je décidai alors de m’habiller à mon tour et décidai de mettre l’ensemble bustier/string, la robe en cachemire grise et les bottes que j’avais achetés pour mon premier rendez-vous avec Bertrand.

Lola me regarda avec de grands yeux.

- Que se passe-t-il, ma belle ?

- Euh... tu... es... très belle ainsi vêtue. Je dois faire vraiment pâle figure à coté de toi.

- Ah tu ne vas pas recommencer, dis-je énervée. Moi non plus je n’avais pas d’assurance, il y a encore peut et c’est cet ensemble qui m’a fait découvrir d’autres horizons. C’est un peu ma tenue porte bonheur. Et j’espère que celle-ci sera la tienne. Viens devant la glace et dis-moi ce que tu vois maintenant.

Elle se plaça devant le miroir et je retirai le drap. Elle resta bouche bée.

- Alors ?

- Je... je ne me reconnais pas !! Je... je suis belle... sexy... les larmes lui montèrent aux yeux.

Je m’approchai d’elle et la pris dans mes bras.

- Aie confiance en toi. Tu es une jeune femme splendide. Et je ne veux plus t’entendre te rabaisser.

- Merci... me souffla-t-elle dans l’oreille.

Elle se détacha de moi et arbora un magnifique sourire.

C’est à ce moment là que Tony rentra. Nous sortîmes de la chambre et arrivâmes dans le salon. Il était de dos en train de pendre sa veste au porte manteau. Nous étions l’une à coté de l’autre.

- Bonsoir mon chérie. Ta journée a été bonne ?

- Plutôt pas mal. Et toi ta journ... Vache !!!! S’éclaffa-t-il en se retournant. Je suis en train de rêver ou quoi ?! Pourquoi tu t’es mise sur ton 31 ? Et surtout qui est cette jeune femme si séduisante à coté de toi ?

- Tu vois ma belle, tu viens de passer le test des mecs avec succès. Et en plus, il ne t’a même pas reconnu.

- La reconnaître ? Pourquoi je devrais ?

- Plutôt deux fois qu’une, mon chérie.

Il s’avança et détailla sa cousine sous tous les angles. Elle arborait un sourire radieux et je la sentais à deux doigts d’exploser de rire.

- En effet, ce visage me dit quelque chose. Mais il y a quelque chose qui fait que je n’arrive pas à mettre un prénom dessus... Peut être la coiffure...le maquillage ...

- Bonjour cousin !!!

Il fit un pas en arrière, ouvrant grand les yeux :

- Lola ??!! 

 - Et oui c’est moi. Comment tu me trouves ?

- Beaucoup trop sexy pour ma cousine... mais terriblement sexy pour une jeune femme... Tu vas en faire tourner des têtes ainsi.

- Mais c’est exactement le but mon chéri.

- Ouhla, vas y doucement avec ma cousine préférée. Je te connais, ma belle. Tu sais que certaines ne s’en sont toujours pas remises d’être passées entre tes mains.

- N’importe quoi ! Mais ne t’inquiète pas ! Je te promets que je saurai rester sage. Bon ce n’est pas tout mais on a décidé de sortir ce soir, juste entre fille. Allez en route, cousine.

Nous passâmes devant Tony et lui fîmes un baiser sur chaque joue. Lola lui glissa à l’oreille

:

- Ne t’inquiète pas, Tony, je sais que je suis entre de bonnes mains et qu’elle ne me fera pas faire ce que je n’ai pas envie.

- Allez jeune fille, hop hop hop ! On va déjà passé par le Liberty Bar, histoire de tester ton pouvoir de séduction.

Et nous quittâmes l’appartement, laissant Tony au milieu du salon.

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche