7 minutes de lecture

Épisode 19 : Partie 19

(Merci à toi, mysterieuse fan, pour ton commentaire toujours plaisant. J'aimerais vraiment converser avec toi sur ce recit. Donc n'hésite pas si tu en as l'envie également :-) bonne lecture )


En arrivant au bungalow, nous rencontrâmes Isa et Marc qui nous informèrent qu’ils avaient prévenu Amadou et Guillermo. Celui-ci avait failli refuser car il ne voulait pas laisser son bar mais devant le pouvoir de persuasion d’Isa, il avait fini par accepter. Et du coup, c’est lui qui amenait toute la boisson, les amuse gueule ainsi que quelques salades. Nous n’avions donc plus grand-chose à préparer, hormis nous faire tout beau pour ce soir. Mais nous avions encore un peu de temps pour cela.

Nos amis nous suivirent et nous nous installâmes sur la terrasse. Nous nous mîmes à l’aise. Les garçons en bermuda, Isa en monokini et moi avec mon shorty en dentelle riouge. Tony alla à la cuisine pour nous préparer une citronnade dont il avait le secret et nous la ramena. Il nous servit dans 4 grands verres. Elle était délicieusement fraîche. J’en eu la chair de poule et mes tétons se dressèrent illico.

Isa vit la réaction et faillit s’étrangler avec sa citronnade :

- Et ben alors ?! Qu’est ce qui t’excite encore ??

- Espèce de cruche !! C’est la fraicheur de ce breuvage qui me fait cet effet .

- Mais bien sur !! me dit-elle en pouffant derrière son verre. Et au fait, qu’est ce qu’il s’est passé avec Jess et Lilas ? Elles viennent ou pas ce soir ? Parceque sinon, on risque d’être en infériorité face à ces messieurs ce soir.

- Et cela te dérangerait lui demanda Marc ?

- Pas du tout, mais je suis la seule à ne pas encore avoir gouté à la rousse volcanique. Donc j’aimerais bien combler cette lacune avant de partir.

- Et bien réjouis-toi, elles viendront !! Et tout cela grâce à bibi !!

- Cooooooooool. Allez raconte ce qu’il s’est passé.

- Ok….

Et je leur racontai les raisons pour lesquelles elle avait décidé de ne plus venir, mon entrevue au début chaotique avec le directeur, ma lamentable tentative de séduction, la photo sur le bureau et la découverte de qui était le propriétaire de l’hôtel …

- Bertrand est le proprio ?? me coupa Tony.

- Yes. Et du coup, j’ai fait jouer mes relations pour faire réintégrer Jess et lui obtenir une promotion par la même.

- Et donc tu as une dette envers lui maintenant ?

En guise de réponse, je lui fis un grand sourire et un petit clin d’œil.

- Et ben ça promet …

- C’est qui ce Bertrand ? Et pourquoi ça promet ? demanda Marc.

- Un très gros client de notre concession et je te raconterai une autre fois pourquoi Tony dit cela. C’est une trop longue histoire à raconter maintenant. Une prochaine fois ou alors tu demanderas à ta moitié.

Isa me regarda, interloquée.

- Rappelle toi ce que je t’ai raconté sur la plage l’autre matin. Elle réfléchit quelques instants puis :

- Oh punaise !! C’est ce Bertrand là ??!!

- Et ben tu en as mis du temps… espèce de blonde, lui dis-je en lui tirant la langue.

- Oui ben après la nuit qu’on avait passé, j’avais du imprimer que la moitié. En tout cas, en effet ça promet …

- Ca va les trois, je vous gêne pas trop ?? Je suis donc le seul con à ne pas savoir pourquoi ça va promettre, nous dit-il en se renfrognant.

Isa se leva et vint s’assoir sur les genoux de son homme. Elle passa ses bras autour de son cou et colla son front au sien :

- Ne Fais pas la tête mon biquet. Je te promets de tout te raconter…Ca devrait beaucoup te plaire je pense. Et elle déposa un doux baiser sur les lèvres de Marc.

- Bon, il commence à se faire tard. Il serait peut être temps de rentrer dans vos pénates, les enfants, afin de vous faire tout beau pour ce soir… les coupais-je dans leur élan.

- Tu as raison. Surtout que je ne sais absolument pas ce que je vais mettre. Allez viens mon chéri, tu vas m’aider à choisir …

Isa se leva d’un bond, pris Marc par la main et ils disparurent derrière la haie de séparation en moins de temps qu’il ne fallait pour l’écrire. Marc touchait à peine terre derrière elle.

- Un véritable ouragan cette fille, rigolais-je.

Nous finîmes de boire notre citronnade. Je devais avoir la tête ailleurs car Tony claqua des doigts devant mes yeux, tel un hypnotiseur qui veut sortir quelqu’un de son état d’hypnose.

- Allo !! Il y a quelqu’un ???

- Ca ne va pas !! Pourquoi tu fais ça ??

- Parceque ça fait 5 minutes que j’ai l’impression de parler à un mur. Je peux savoir où tu étais ?

- Ah mince ! Excuse moi mon chéri ! Je pense que j’étais dans la penderie en train de passer en revue toutes mes tenues mentalement et je n’arrive à en trouver une à la hauteur de la soirée. Je déprime …

- Tu n’as pas l’impression d’en rajouter un peu. Tu as des tenues magnifiques, plus sexy les unes que les autres…Et pis si tu trouves vraiment rien tu peux toujours ne rien mettre, rigola-t-il.

- Pff, tu sais que tu peux vraiment être bête des fois. Je ne vais pas me mettre à poil direct. J’ai envie de séduire, de donner envie d’avoir envie de moi. Et toutes les tenues que j’ai, c’est du portée, reportée et re-reportée… Je vais peut être aller voir Isa si elle a pas un truc à me prêter.

- Ecouter la ! J’hésite entre Caliméro et Cosette. Du coup, je ne sais pas trop … Je le regardai dubitative :

- Tu ne sais pas trop quoi ?

Il se leva et se dirigea d’un pas décidé à l’intérieur. Encore plus dubitative, je le suivi du regard et lui cria :

- Ben tu vas où ?... Qu’est ce que j’ai dis de mal ?... Mon chéri ?

J’allai me levai pour voir ce qu’il faisait quand je le vis revenir les bras dans le dos. On dirait qu’il voulait cacher quelque chose. Il se planta devant moi :

- Je ne sais pas trop….si tu mérites ceci !!

Il sorti de derrière son dos une boite rectangulaire entourée d’un magnifique papier cadeau vieux rose imitation tête de lit avec des carreaux matelassés (désolé je ne sais pas comment mieux le décrire) et un ruban violet l’entourant. Il me le tendit et bien sur dans ces moments là, je posai la question bête :

- C’est pour moi ? Je rougis en m’écoutant et pensai ‘’Pour qui veux tu que ce soit, espèce de cruche !!’’.

- Je pourrai te faire une réponse sarcastique mais pas aujourd’hui. Bien sûr que c’est pour toi, ma puce. Je l’ai acheté à Malé l’autre jour et je voulais te l’offrir à notre retour. Mais je pense qu’aujourd’hui est la bonne occasion.

Je lui pris des mains et le posai sur mes genoux. Il prit une chaise et s’assit en face de moi, attendant ma réaction.

J’étudiai le paquet et vis que le papier n’était retenu que par le ruban l’entourant. Je fis glisser le ruban et le papier s’ouvrit. Je le retirai et le posai par terre. A l’intérieur, une boîte noire, plus large mais moins haute qu’une boîte à chaussure. Sur le dessus, un liserait argenté faisait le tour et au milieu, le nom de la créatrice. Il était à l’envers. Je le retournai pour le lire correctement. Mon cœur s’emballa. J’en avais toujours rêvé mais je n’avais jamais osé m’en acheter car je trouvais cela beaucoup trop cher. Je le relu plusieurs fois pour être sur. Aucun doute : Chantal THOMASS. Je l’ouvris fébrilement. Une fine feuille de papier cachait encore le contenu. J’écartai les feuilles et ce que je découvris était magnifique. C’était un superbe bustier avec le shorty associé.

Les larmes me montèrent aux yeux. Je posai la boîte à coté de moi et me jetai dans les bras de mon chéri et l’embrassai amoureusement. Après ce long baiser, je me détachai de sa bouche et le regarda dans les yeux :

- Merci mon amour !! Ton cadeau est sublime.

- Content qu’il te plaise, ma puce ! Ce soir tu seras la plus belle et la plus désirable.

- Je t’aime !!!

Et nous repartîmes dans un long baiser langoureux et passionné.

Soudain, nous entendîmes le moteur d’un bateau beaucoup plus proche que d’habitude. Nous tournâmes la tête en direction de la plage et vîmes un gros Zodiac fendre les eaux à toute allure dans notre direction. Il ne décéléra qu’à quelques mètres de la plage et avec l’inertie, il vint s’échouer dessus.

Nous nous rapprochâmes pour voir qui cela pouvait être. Nous vîmes alors Amadou et Guillermo sauter sur le sable et nous faire de grands signes.

Punaise déjà eux. On était vraiment à la bourre,....

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche