8 minutes de lecture

Épisode 21 : Partie 21

Quand nos invités me virent dans l’encadrement de la baie vitrée, tous cessèrent leur discussion et me regardèrent ce qui me fit rougir. J’ai cru que Guillermo allait s’étrangler avec l’olive qu’il mangeait.

- Eh ben Guillermo, qu’est ce qu’il t’arrive ? Tu n’as jamais vu une femme habillée en veste de tailleur ? Rigolais-je et tout le monde éclata de rire également.

Marc était habillé exactement comme mon chéri. A se demander s’ils ne se sont pas concertés avant.

Isa était tout de rouge vêtue. Une mini jupe en cuir très courte, un bustier en cuir également fermé derrière par un lacet et devant par des attaches rapides. Selon la position qu'elle prenait, on pouvait deviner un de ses tétons. Elle portait une paire de botte noire arrivant à mi cuisses, de grandes mitaine noire remontant jusqu'au dessus du coude et un tour de cou noir. Elle avait mis un rouge à lèvre bordeau, soulignant ses yeux de noir. Elle me faisait totalement craquer.

Lilas portait une mini jupe en jean cachant à peine le haut de ses cuisses et d’où pendait des jarretelles roses où était attaché des bas roses également, déchirés à plusieurs endroit et des mini bottes noires arrivant juste au dessus de la cheville et ouverte sur le coté. Seul un haut de maillot noir avec deux têtes de mort de chaque coté, imitant ainsi un drapeau pirate, recouvrait ses jolies petits seins. Elle avait maquillé ses yeux de noir ainsi que ses lèvres et ses cheveux étaient en pétard avec des petits nœuds rose ici et là. Un look totalement grunge et décalé mais terriblement excitant.

Et enfin, notre rousse incendiaire, Jess. Elle portait une jupe/corset rouge et noir mettant en valeur sa forte poitrine. Cela lui faisait un décolleté impressionnant et ses seins ne demandaient qu’à être libérés, des bas résilles et de grandes bottes en simili cuir noires. Elle portait également un grand chapeau.

Ils étaient tous plus excitant les que les autres. Je sentais déjà une certaine moiteur envahir mon entre jambe. La soirée allait pouvoir commencer et elle s’annonçait formidable.

Nous nous rapprochâmes du bar improvisé de Guillermo et il nous tendit deux Spéciales. Comme j’avais soif, j’aspirai de longues gorgées à l’aide la paille. Je sentis alors une douce chaleur m’envahir. La même que la première fois que j’avais gouté à ce breuvage. Mais cette fois, cette chaleur s’amplifia beaucoup plus vite. Mon corps entra en ébullition.

- Wouaahh !! Mais qu’est ce que tu as mis dedans Guillermo ? J’ai l’impression d’etre une vraie cocotte minute au bord de l’explosion !!!

- C’est mon secret, ma belle !! Si je te le disais, je devrais te faire subir les derniers outrages et te tuer après. Me répondit-il en éclatant de rire.

- Tu sais que je ne dirais peut être pas non pour ta première proposition !! Lui dis-je en lui faisant un clin d’œil et en m’éloignant pour rejoindre nos amis.

Les discussions allaient bon train. L’alcool coulait à flot entre deux passages sur la piste de danse. Les mains commencèrent à se faire baladeuses, les corps à s’échauffer de plus en plus. Je sentais de petites gouttes de sueur me couler le long de la nuque. Le spectacle qui m’était pour le moment offert m’excitait comme jamais. On aurait dit que des milliers de papillons me chatouillaient l’intérieur de mon ventre.

Isa vint se coller derrière Jess, qui était en train d’observer Lilas, Marc et mon chéri se déhancher collé serré sur un remix afro cubain, et la saisie par la taille. Elle l’embrassa dans le cou pendant que ses mains descendirent le long de ses hanches, passèrent derrière pour caresser ses fesses, descendirent encore, atteignirent le haut des cuisses de Jess. Je vis sa peau se hérisser au contact des doigts d’Isa sur sa peau nue. Isa fit le tour de ses cuisses pour repasser devant et ses mains disparurent sous la mini jupe. Je vis Jess fermer les yeux et se mordre la lèvre.

Sur la piste, Marc était dos à Lilas qui était face à Tony. Notre trio était couvert de sueur. La musique avait baissé d’intensité. La petite brune venait de débarrasser mon chéri de sa chemise et lui caressait le torse. Marc était littéralement scotché aux fesses de Lilas qui ne se privait pas pour jouer de ses hanches. Elle devait sentir le mat bien dur et bien raide de Marc. Celui-ci plaça ses mains sur la petite poitrine et écarta les deux pans de son haut de maillot sur les cotés, dévoilant ainsi deux petits seins bien ronds avec en leur centre deux tétons rosés avec de petites aréoles, pointant outrageusement. Il les excita encore en leur mettant de petites claques et en les pinçant assez fortement apparemment. Lilas passa alors une main derrière elle et je la vis disparaitre dans le pantalon de Marc. De son autre main, elle caressa le torse de mon chéri, s’avança et baissa légèrement la tête pour venir titiller le téton du bout de sa langue. Sa main continua de descendre et disparue également à l’intérieur de son pantalon.

Pour ma part, j’étais adossée à un palmier et je me surpris à avoir le bout du doigt dans la bouche, me le mordillant, et la main caressant le satin de mon shorty couvrant mon mont de vénus. Je me rendis compte qu’il était totalement trempé. Je sentais mes seins gonflés, emprisonnés dans leur bustier, et ils commençaient à me faire mal mais j’aimais cette sensation.

Mais il manquait deux personnes à ce tableau. Où étaient Guillermo et Amadou ? Je regardai tout autour de moi et ne les vis nulle part. Intriguée, je décidai d’aller voir à l’intérieur du bungalow.

Sur le chemin, je m’arrêtai devant Jess qui était toujours en train de se faire caresser par Isa. Elle avait descendu sous seins le tissu les recouvrant et elle se les caressait, se pinçait ses tétons tout dur. Je m’approchai d’elle, me collant à son corps bouillant. Je sentais la main d’Isa s’activer sur l’intimité de Jess. Je la pris par les hanches, ma bouche s’approcha de la sienne, nos lèvres se soudèrent lui à l’autre et nos langues se cherchèrent entamant une danse enivrante. Je me décrochai de cette étreinte et continua mon chemin encore un peu plus excitée par ce contact charnel.

Lilas était également en de bonne main, dans tous les sens du terme. Marc s’occupant toujours de ses petits seins, tandis que mon homme avait passé sa main sous sa jupe pour je pense introduire ses doigts dans la chatte détrempée de la belle pirate. Celle-ci avait toujours ses mains occupées dans les pantalons des deux hommes. Afin de l’aider, car je voyais que ces pantalons la gênaient, je me collai derrière Tony, lui caressa les fesses, passai devant, fis sauter le bouton, descendis la fermeture éclaire et écarta les deux pans ouverts, laissant ainsi une marge de manœuvre plus grande à Lilas pour s’occuper du sexe dressé de mon chéri. Je vis Lilas faire un grand sourire entre deux soupirs. Je me décollai de Tony, ma main venant caresser à nouveau le haut de ses fesses, découvertes maintenant par le fait que son pantalon commençait à tomber doucement, puis remonta le long de son dos et le griffa du bout des ongles. Des marques rouges strièrent son dos.

Mes ongles continuèrent leur chemin le long de son bras. Ils arrivèrent à l’intersection entre son bras qui s’activait toujours sous la jupe et le bras de Lilas qui s’occupait de la queue de Tony. Je continuai donc sur son bras, ce qui la fit frissonner. Ses soupirs s’accéléraient et de petits gémissements s’échappaient d’entre ses lèvres. J’atteignis alors la deuxième intersection : entre celui de la brune et celui de Marc qui martyrisait ses seins. Je bifurquai sur celui de Marc, le remontant encore et toujours du bout des ongles.

J’arrivai à son épaule, redescendis le long de son dos, le griffant de la même manière que mon chéri, mes deux passèrent devant. Il se décolla légèrement et je pus glisser ma main entre lui et le cul de Lilas et je dégrafai à son tour les boutons de son pantalon, libérant sa belle queue turgescente.

Ayant aidée Lilas, j’embrassai le dos de Marc, me détachai de lui et me dirigeai vers le bungalow pour découvrir où était passé Amadou et Guillermo. Au passage, je pris un verre de ‘’Spécial’’ posé sur la table et le bu cul sec, me donnant encore un peu plus le feu au corps.

J’entrai dans le bungalow et en fis le tour. Le salon, la cuisine, la chambre et même la salle de bain. Absolument personne ! Mais où étaient ils donc ces deux la ??

Je sortis et jetai un coup d’œil en direction de la plage. Le bateau était toujours à sa place. Ils n’étaient donc pas partis. La scène devant moi avait quelque peu évolué.

Lilas était maintenant accroupie devant ses deux partenaires. Elle était en train de jouer alternativement sur les glands turgescents de Tony et Marc les frappant contre sa langue, sa très longue langue, les branlant énergiquement.

Isa avait lâché Jess, était maintenant face à elle et l’avait appuyé à son tour contre la table. Jess s’était même assise dessus, les fesses juste au bord, les jambes écartées de chaque coté d’Isa. Celle-ci l’embrassa avidement. Ses mains remontaient le long des cuisses de la rousse et remontèrent sa jupe. Ses baisers descendirent le long de son cou. Isa descendit encore et vint lécher les tétons érigés, l’un puis l’autre, les aspirant. A un passage entre deux, le bout de sa langue vint recueillir une goutte de sueur coulant entre ses seins. Puis vint à nouveau pincer fortement les tétons du bout des lèvres, ce qui fit chavirer Jess. Elle s’appuya en arrière sur ses coudes, ce qui fit perdre à Isa le contact bouche-poitrine. Elle continua alors sa descente et passa sa tête sous la jupe de la rousse incendiaire. Jess écarta encore plus les jambes et vint les poser sur des chaises à proximité. Ses gémissements ne mirent pas longtemps à se faire entendre. La tête d’Isa s’affairait sous la jupe tandis que sa main s’affairait sur son propre entrejambe.

Il me fallait vite trouver nos deux abonnés absents car je sentais que j’allais exploser à force de voir mes amis se donner du plaisir. Je décidais donc d’aller voir dans le bungalow d’Isa et Marc. Il n’y a que là qu’ils pouvaient être.

Je traversai donc la haie et me dirigeai vers le bungalow. La porte fenêtre était entrouverte. Je la poussai un peu et entra. La cuisine et le salon étaient vides. Je me dirigeai vers la chambre. Vide également. Je ne comprenais plus. J’allais laisser tomber et me dirigeai vers la porte fenêtre pour partir quand j’entendis des gémissements…d’homme ? Mais d’où cela venait ? De l’étage ? Leur bungalow avait en effet un étage avec une chambre supplémentaire par rapport au notre. J’avisai l’escalier dans le coin du salon et montai tout doucement les marches. Arrivant sur le pallier, la porte coulissante était légèrement ouverte. Les gémissements s’amplifiaient. Je jetai un coup d’œil et ce que je découvris me stupéfia. Jamais je n’aurai imaginé çà : Guillermo était en train de sucer Amadou tout en se branlant !!

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche