1 minutes de lecture

Épisode 13 : Les mots et leurs liaisons.

  • Vibrez pour la version audio de cette histoire

    Durée : 19:33 min

    Simon retrouve Marine et Adam pour une lecture savoureuse. Ce qu'invente Marine pour Adam, ensuite, est totalement délicieux...

    Écoutez l'extrait érotique

    Inscrivez-vous gratuitement pour écouter la version complète !

Ce soir, c’était particulier : Simon serait près du micro, aux côtés de Marine, face à Adam. Les « coquineries littéraires » du jour auraient un parfum légèrement différent.

Bien sûr, la littérature érotique écrite par des femmes était ce que Marine préférait. Mais elle avait pensé que, cette fois, celle- ci pouvait être lue par… un homme.

Simon et elle avaient fait connaissance il y a quelques temps. Quelques semaines auparavant, la protégée de celui- ci avait été l’invitée de l’émission précédente, « frissons noctambules ». C’était une jeunette de l’âge d’Adam, qui chantait en s’accompagnant à la guitare. Simon était son mentor et lors de leur passage radio, il ne l’avait pas laissée parler beaucoup : à chaque question d’Agathe, l’animatrice de l’émission, c’était lui qui avait répondu devançant Apolline (c’était le nom de la jeune artiste).

Adam et lui s’étaient « retrouvés ». De fait, Simon donnait cours d’histoire de la littérature dans l’école où Adam avait fait ses études et les hommes qu’une génération séparait s’étaient reconnus.

Depuis, Adam était devenu l’ingé- son attitré d’Apolline. Simon et lui avaient donc des contacts suivis et fréquents.

Sans avoir écouté vraiment l’émission au cours de laquelle Simon avait présenté sa protégée, la voix de l’homme avait séduit Marine. Un timbre clair, jeune, une façon de parler … léchée, un peu ironique, chaleureuse. Et surtout, beaucoup d’émerveillement, de passion, dans le débit des mots. C’était quelqu’un qui aimait jouer de sa voix, tout comme elle. Pourquoi, dès lors, ne pas collaborer, juste « comme ça, pour le fun ».

Simon et Marine s’étaient rencontrés à deux reprises pour préparer l’émission. Ce qu’ils voulaient mettre en place, c’était la répartition de ce qu’il y avait à lire. Ils auraient souhaité rendre le texte plus vivant. Ils allaient donc dialoguer, se mettant dans la peau, respectivement, des personnages masculin et féminin. Ce serait soit elle, soit lui, qui jouerait au narrateur et quand il y aurait des « échanges verbaux », chacun prendrait le rôle convenant.

… La suite à lire dans "Frissons nocturnes" qui sortira le 15 novembre 2018


Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche