2 minutes de lecture

Épisode 6 : Marine book-in

« Hello ! Tu vas bien ? Quelque chose de prévu dans ton agenda le 6 mai ? Un petit concert sympa ? Béa. »

Adam contemplait le sms qui venait de lui parvenir, un petit sourire aux lèvres. Comme une bouffée de plaisirs, il se rappela cette nuit d’il y a quelques mois. C’était après un concert. Peu de temps auparavant, il avait fait la connaissance de Béa et de Téo. Eux aussi, ils étaient amateurs de musiques un peu décalées : jazzy, pas trop connues, ou alors, réservées à des oreilles aguerries aux sons rêches, aigres, aux voix traînantes et sensuelles… Comme ce concert se déroulait loin, ils avaient pris deux chambres pour ne pas avoir à se remettre en route de nuit. Enfin, deux chambres…. : ça n’avait pas été « chacun chez soi ». Téo nourrissait le projet de pouvoir regarder sa compagne dans les bras d’un autre homme et son « petit plan machiavélique » pour qu’ils passent à l’action s’était déroulé à la perfection. Béa s’était sentie attirée par Adam de manière irrépressible. Celui- ci avait été flatté de l’intérêt de la jeune femme. Ils avaient passé un morceau de nuit inoubliable. Elle, elle se souvenait du corps d’Adam, de sa tendresse, de ses mots coquins à son oreille. Lui, il avait en tête les yeux brillants de Téo qui les regardait faire l’amour et y prendre énormément de plaisir. Ce dernier s’était masturbé en matant le couple et ils avaient joui en même temps tous les trois. Depuis, le projet d’un autre concert avait été évoqué mais pas concrétisé. Adam se demandait si Marine….

« Alors, comme ça, vous vous êtes exhibés devant ce gars, sa femme et toi ? »

Marine regardait Adam. Elle n’en revenait pas : oui, elle connaissait son goût pour le plaisir, oui, elle savait qu’il n’était pas trop expérimenté et qu’une occasion pareille « ça ne se refuse pas ». Mais tout de même… Elle n’était pas fâchée du tout, ni choquée, ni même malheureuse ou jalouse. Il était assez grand, dans le fond, pour mener sa barque sans elle. De plus, c’était arrivé avant qu’ils ne passent cette nuit, hmmmm, savoureuse. Il n’avait rien à se reprocher. Il ne lui en avait juste pas parlé. Et de cela, elle ne pouvait le blâmer. Elle non plus ne lui avait pas parlé d’Arthur et de Jean. Maintenant, ses échanges avec eux avaient ralenti, pratiquement disparu. Son Adam la comblait et il aurait été triste qu’elle s’attache de manière acharnée aux plaisirs virtuels avec un homme qu’elle ne verrait jamais et un autre qui, dans le fond, n’avait pas envie que les choses durent … de cette manière.

… La suite à lire dans "Frissons nocturnes" qui sortira le 15 novembre 2018

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche