5 minutes de lecture

#altruisme

Le gazouillis me tira de ma torpeur. Je sommeillais dans mon canapé la tête sur un coussin, un livre sur la poitrine et une demi-molle en poche. C'était le premier vrai jour de printemps. J'avais choisi de sacrifier mon après-midi à la paresse et à la lecture.

Twitter en avait décidé autrement. Je l'avais laissé en décider autrement. Comme d'habitude. L'oiseau était vorace.

@Velouria "Je ne voudrais pas passer pour un cliché pour Youporner mais je crois que je suis #horny"

Je connaissais @Velouria. Elle pratiquait le cul joyeux et la baise légère. Intelligente et sensuelle, elle était une bénédiction avec un clitoris et beaucoup d'imagination.

Je répondis :

"@Velouria @MrGrieves J'adore les clichés même si je ne vois pas ce qu'est Youporn."

"@MrGrieves @Velouria Je passe t'expliquer. Libre ? #hypocrite"

Elle sonna une demi-heure plus tard. J’avais ouvert la porte sur un regard de défi et d’envie. Un flux non raffiné de désir. Elle m’avait empalmé le chibre à travers le tissu. Une agression caractérisée. L’autre main repoussa la porte qui en frémit sur ses gonds.

Son baiser, dévorant, m’enleva toute possibilité de protestation.

Paralysé, j’étais devenu une proie. Elle m’arracha à sa bouche en me saisissant les cheveux. J’avais encore la gueule ouverte lorsqu’elle me dit, impérieuse : “Lèche-moi”. D’un mouvement sec du poignet, elle me força à m’agenouiller. J’étais docile. Surpris et aussi un peu effrayé. Et franchement excité.

Nous avions déjà joué avec des liens, un ou deux bâillons mais rien qui nous soumettait à la complète volonté de l’autre, à une soudaine réification du corps désiré. J’étais désappointé mais bandant. L’excitation nouvelle de ne rien décider, d’être un rouage dans le désir d’autrui.

Saisissant toujours mes cheveux, son autre main, d’un geste rageur, releva sa jupe. Incomplètement. Ses mouvements étaient fiévreux et désordonnés. Elle me dit, d’une voix rauque que je ne lui connaissais pas, des mots. Des mots obscènes, des mots qui puaient l’envie de baiser, le sexe brut sans autre but que la satisfaction personnelle. Des mots décuplant le désir de celui qui les crachait et laissant à celui qui les entendaient le choix d'en tirer plaisir ou non. Peu leur importaient.

Elle tira sur sa culotte qui s’abaissa en une parfaite dissymétrie sur sa hanche gauche. Sur son ventre, un triangle de peau apparut. Elle m’intima l’ordre de la faire jouir. Avec ma bouche. Sa voix me parlait d’un sexe avide, qui n’avait qu’un seul but, la satiété. Et je ne servirai qu’à cela. Elle me le dit droit dans les yeux, tirant mon crâne en arrière pour mieux planter son regard au fond de ma rétine, de mon cerveau, de mon corps. Son regard était un pal. J'acquiesçais d’un faible mouvement de la tête accompagné d’un pauvre “oui” étranglé.

Elle orienta mes yeux vers son entrejambe. La culotte était agrippée à ses genoux. Une mince bande de noirceur, tranchait son pubis en deux parts égales. Son excitation qui devait la ravager depuis quelques heures avait laissé une empreinte humide sur l’empiècement du sous-vêtement, poissé les poils autour de la ligne de crête des lèvres. La matinée avait été chaude. Son con avait une flagrance profonde et iodé, un parfum étourdissant, mélange du poivre de la sueur, de l’onctuosité de la cyprine et du sucre du savon. L’eau me vint à la bouche. Elle écarta les jambes dès que sa lingerie acheva, d’une secousse du genou, sa chute. Elle dégagea sa cheville gauche de l’entrave de dentelles et de coton. Je me jetais sur sa vulve autant qu’elle m’y précipita.

Le dos appuyé sur la porte et ses vitres dépolies, elle se cambra pour me faciliter l’accès. J’ouvrais son sexe d’un coup de langue long et profond. Je n’utilisais pas mes mains, elles restaient ballantes le long de mon corps. J’explorais et caressais ses chairs avec la seule aide de mes lèvres et de ma langue. Elle pressait mon visage sur son bassin et jurait. Salomé se donnant du plaisir avec la tête de Saint Jean Baptiste. Elle m'invectivait comme jamais elle ne l’avait fait.

Ma stupéfaction grandissait, mon obéissance et mon implication dans son plaisir aussi. Je me découvrais une vocation d’objet. Je me sentais utile.

Reptation humide de mes lèvres sur son sexe. Je ne laissais aucun pli dans l’oubli, son clitoris était le centre du vortex que dessinait ma bouche.

Sur mon menton et sur ses cuisses coulaient nos sécrétions mêlées. Je m'abreuvais à sa sombre fontaine et m'en allait la doigter. Branlée et léchée, elle jouit violemment. Elle prononça un oui long comme un cri d'agonie.

Son plaisir prit, elle m'arracha à son ventre. Me laissant à genoux et hébété. Je la regardais replacer sa jupe et son chemisier.

- Tu t’en vas ?!

- J’ai des choses urgentes à faire.

- Enfin tu ne peux pas me laisser comme cela… Pas après tout ce que je viens de faire.

- Premièrement, je fais ce que je veux de tout ou partie de mon corps. Et deuxièmement, si tu ne fais pas de cunnilingus avec un minimum de renoncement et d’abnégation, tu vas au devant de grandes désillusions.

- As-tu vu dans quel état tu me laisses ?! suppliais-je en montrant le renflement sous le bleu lavasse de ma paire de Levis. On frôle la cruauté gratuite !

- Je déteste la “cruauté gratuite”. C'est du gâchis. Me connais-tu si mal ? Je déteste la gabegie en matière de cruauté. Dis-toi que je renforce tes capacités de résistance et que je bétonne ton périnée comme une plage de la Côte d’Azur.

- Mais…

- Tu es gentil mais j’ai des choses à faire moi. Je ne lèche pas des chattes à la demande, j’ai un travail sérieux, Monsieur, m’acheva-t-elle moqueuse. Je te laisse ma culotte. Je déteste remettre une culotte humide. J’en ai toujours une ou deux dans ma boîte à gants pour ce type d’occasion. Tu n’as qu’à te soulager dedans ou en te la collant sur le nez, tu choisiras mieux que moi ton mode masturbatoire. Bisous et à tout à l’heure.

- Mais...

Le bruit sec de la porte se refermant clôt ma nouvelle tentative de supplique.

Après quelques minutes, l'oiseau se remit à siffloter : "@Velouria N'oublie pas : l' #altruisme est la plus belle forme d' #erotisme #coeuraveclalangue "



Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche