7 minutes de lecture

Amandine découvre une autre sexualité

Ma relation avec les garçons changea ! Le message se propagea très vite au cours de l'année  : Je couchais ! Certes, mais je n’étais pas pour autant une fille facile, même si j’avais connu d’autres garçons depuis (3 tout au plus) je n’avais pas forcement couché avec tous ,deux en fait dont un juste une fois et très déçue.... pourtant grâce à ma mère et son approbation je prenais la pilule…j’étais très curieuse et avide de tout connaître à tout juste 18 ans …mdr !!!

Mon succès venait surtout et aussi de mes exploits buccaux, apparemment je détenais la palme de la meilleure bouche de la Fac. Je n’avais pas couché avec tous, mais tous y avaient fait un tour. Il est vrai que j’y mets du cœur à l’ouvrage au plus grand plaisir de mes petits copains… Je pourrais même me contenter de cela, je ne jouis pas en faisant une fellation, mais j’éprouve un tel plaisir à la faire que la sensation est presque pareil, cérébralement bien sûr !! J’en ai presque un orgasme, et suis en transe lorsqu’arrive le bouquet final…sentir cette explosion dans ma bouche gourmande due uniquement à mes talents de coquine …mmmmmm !!!! rien que d’y penser…

Je n’étais qu’au début de la découverte de ma sexualité et de ma sensualité, mon amant en camp avait ouvert la boite de Pandore et à l’intérieur se cachait mille surprises…

Faisant partie de l’équipe de gymnastique au sol, je m’entrainais de deux à trois soirs par semaine pour me faire un joli corps mais aussi dépenser cette énergie que j’avais en moi …Chloé mon amie d’enfance m’accompagnait partout, elle faisait partie de l’équipe elle aussi, un peu moins assidue car plus calme, bien plus calme …Ce soir-là le coach nous avait fait transpirer. Trouvant que nous n’étions pas assez rapides, il nous avait fait refaire plusieurs fois le même exercice, Chloé et moi en particulier car nous faisions de la compétition, si bien qu’il ne restait plus que nous deux au club…Exténuées nos corps douloureux, nous nous dirigions vers la douche, ravies de pouvoir enfin nous débarrasser de cette sueur poisseuse.

La douche était très chaude, je laissais couler l’eau sur mon corps nu, fermant les yeux, la chaleur me détendait. Je n’entendais que l’eau couler, mais je sentais une présence...Ouvrant les yeux, je vis Chloé debout devant moi, nue, elle me fixait, avec dans le regard cette infinie tendresse qui lui fait les plus beaux yeux du monde...

-« tu es belle ! » me dit-elle

-« merci ! Mais si moi je suis belle ! Toi tu es magnifique ! » Lui répondis-je.

C’était vrai, Chloé est une jolie rousse auburn aux yeux verts avec un regard de biche, un visage de poupée , un petit nez mutin, des cheveux en cascade sur ses épaules, un corps grêlé de petites taches de rousseurs adorables, une peau blanche nacrée, de jolis seins ronds frôlant la perfection avec des aréoles roses caramels surmontées de tétons à croquer et des fesses à rendre jalouse une danseuse de revue ,une beauté…….les garçons en étaient fous, mais je ne lui connaissais aucun petit copain, pourtant nous en parlions ,elle disait vouloir se consacrer à ses études pour l’instant.

-« Amandine, je t’aime !» poursuivit-elle »…

-« Moi aussi Chloé je t’aime beaucoup » lui dis-je

-« Non tu n’as pas compris ! Je t’aime d’amour Amandine ! je suis folle de toi depuis que nous avons 5 ans, tu es merveilleuse, tu es belle, si pétillante et pleine de vie, mon cœur ne bat que pour toi, je ne pense qu’à toi chaque jour, je rêve de t’embrasser, de nos corps emmêlés , de mes mains sur ta peau et m’enivrer de toi….je te désir comme un garçon, je ne te veux que pour moi et te faire l’amour…mais pas comme un garçon, et ce soir je voulais que tu le saches ! »

J’étais debout face à elle, l’eau coulait sur moi et je ne savais plus quoi faire, abasourdie ! Une véritable onde de choc, je regardais mon amie, d’une beauté à couper le souffle et dans ma tête c’était Hiroshima, des images de garçons défilaient devant mes yeux mais je détaillais son corps avec plaisir. Je l’avais toujours trouvé belle, mais je ne l’avais jamais regardé comme ça, ses courbes, ses rondeurs, le grain de sa peau, ses jolies lèvres ourlées, son regard qui faisait fondre… je la regardais avec envie. Pourtant j’aime les garçons me disais-je dans ma tête, j’aime quand ils me font l’amour et que je me donne à eux…j’aime les jeux coquins avec eux, mais plus je regardais Chloé , plus je la trouvais désirable et soudain d’autres images me vinrent, d’autres pensées, je me souvenais avoir regardé mes copines sous la douche et me faire des réflexions sur leur beauté ,leur corps, leurs seins, m’être dit que si j’avais été un garçon je les aurais bien mise dans mon lit en souriant, de la même façon pour mon amie dont j’enviais celui qui serait le premier à cueillir cette fleur magnifique, regrettant de ne pas avoir cet appendice qui fait toute la différence, sans que cela me fasse penser à un moment que j’avais un penchant pour les filles…mais ma façon de regarder Chloé depuis sa déclaration était une évidence, elle venait d’ouvrir la brèche.

Toute sa féminité me vint d’un coup, ainsi que mon désir, je sentais son odeur, j’avais envie de gouter sa peau, de couvrir chaque mm2 de son corps de baisers, de la lécher partout afin de connaitre le gout des différentes parties de son anatomie. Elle dû lire ce sentiment dans mon regard, s’approcha de moi lèvres entrouvertes, ses mains prenant mon cou délicatement, je me laissais aller, ma bouche s’ouvrit se collant à la sienne, d’abord tendre et délicat, nos langues se touchant à peine , nous butinions nos lèvres, ma langue faisait le tour des siennes, nos pointes de langues se caressaient ,je lui faisais de tout petits baisers à la commissure des lèvres, doucement osant à peine la toucher puis notre baiser devint fougueux, nos corps se collèrent l’un à l’autre et nos mains partirent à la découverte, nous nous touchions de partout, les fesses, les seins, le ventre, le pubis, comme si nous voulions trouver un trésor ! en quelques instants je l’avais parcouru , je m’attardais sur ses seins ,les enveloppais de mes paumes puis les pointes que je tortillais délicatement entre mes doigts ,je pris ses fesses la collant encore plus à moi, bouche à bouche, ventre à ventre, seins contre seins, bassin contre basin, le bruit de nos respirations emplissait la salle d’eau, je glissais une main entre ses cuisses, la posant sur son petit minou tout roux et joliment taillé, je la senti se détendre , elle se dégonflait un peu ,elle était plus douce , plus molle, elle fléchissa, s’allongeant sur le sol je vins sur elle , l’eau ruisselait sur nous , et la sur la mosaïque , je la couvris de baisers, lui léchant les seins, le nombril, le ventre, les jambes puis me glissais entre ses cuisses , mes mains prenant les siennes, doigts emmêlés, mon visage s’approchant de son antre délicat, je goutais goulument ce sexe rose et entrouvert qu’elle m’offrait .

Je ne me suis pas posée la question si c’était bien ou mal ! C’était beau et bon ! J’ai pris le fruit qui se donnait à moi, j’ai léché son sexe jusqu’à plus soif, gobé son clitoris le roulant sur mes dents et entre mes lèvres, jusqu’à ce que ses reins ne touchent plus le sol, que ses petits cris de plaisir deviennent des râles. Plongé ma langue dans son vagin me délectant de sa cyprine qui me coulait dans la bouche. j’ai léché son anus, en ai fait le tour, rentré ma langue dedans , j’ai croqué ses seins comme deux pommes juteuses, frotté mon sexe au sien en gémissant de plaisir, nos mouilles mutuelles se mélangeant , j’ai mis mes doigts dans son ventre, en ai sucé le liquide poisseux qui s’y était déposé, j’ai dévoré sa bouche , ses joues , ses oreilles , ses tétons, j’ai tout gouté , dégusté , nos corps secoués de spasmes en voulaient encore et encore .Je lui ai ouvert mes cuisses, mon sexe, l’ai laissé me dévorer, me sucer, me faire crier, rouler encore et encore dans ses bras à me murmurer des tonnes de « je t’aime » jusqu’à ce nos corps demandent grâce…

L’eau s’était arrêtée de couler, épuisées nous nous tenions dans les bras, elle ronronnait dans mon cou, on aurait dit un ange, j’étais fascinée par sa beauté, et la douceur qui émanait d’elle !

-« maintenant je suis à toi ! » me dit-elle doucement à l’oreille « tu es mon premier, mon grand et mon bel amour et je t’appartiens »

Sur l’instant, je n’ai pas saisie l’importance de ses mots, par la suite j’ai compris qu’elle exigeait l’exclusivité, non pas de moi …mais d’elle ! Elle me pardonnerait mes écarts avec les garçons comme elle disait, à la seule condition que je n’aime qu’elle ! Ce que je fis, les garçons et les hommes sont venus dans mon lit, elle seule est venue dans mon cœur !

J’ai besoin des garçons, de leur sexe et du plaisir qu’ils me donnent et que j’aime leur donner, ELLE c’est mon coin de douceur, ma beauté, ma tendresse, je me ressource auprès d’elle, je l’aime d’un amour pur et pourtant plein de désirs coquins et cela fait 12 ans que cela dure entre nous mais nous ne sommes pas en couple ! J’aime être en sa compagnie, voir le regard des hommes sur elle, là je me dis que j’ai beaucoup de chance, c’est une fille magnifique, d’une rare beauté... mais eux n’ont aucune chance les pauvres…c’est une pure « goudoue »...30 ans bientôt et toujours vierge !!!! Sauf que je ne pourrais vivre qu’avec elle, je l’aime tellement que je ne supporterais pas de la tromper un jour avec un garçon, j’aime les filles enfin : 1 fille (celles des clubs libertins ce n’est pas de l’amour !) Mais je ne suis pas assez « lesbo » pour me contenter de cette seule sexualité….elle est en couple avec une « camionneuse » pour me punir, elle sait que je déteste ce genre de fille : les « machos Lesbos »…et cette « gouine mal baisée » (désolé je ne l’aime pas !) veut qu’elle ait un enfant…je l’aime, alors j’accepte, ne pouvant lui donner tout ce qu’elle attend de moi ! Mais je me venge de sa compagne régulièrement, lorsque nous allons à l’hôtel toutes les deux pour y faire plein de coquineries, comme dans une relation adultère…et ça ! c’est un pur moment de bonheur…


Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche