4 minutes de lecture

Au fait, je suis soumise...

(Cécile - 1)


Cécile m'avait contacté sur un site de rencontre. Après quelques échanges elle m'écrit :  "Si je vous dis que j ai envie d'être dominée parfois ça vous tente? "

Heuuu!?

J'étais décontenancé. Une femme qui me demande de la dominer. Cela n'est même pas un de mes fantasmes!

Encore une qui a trop regardé Fifty shades !

Alors je me renseigne. Heureusement que nous vivons à l'époque d'Internet.

C'est que ce n'est pas si simple la domination. Parmi les soumises, il y a celles qui veulent être attachées avec des menottes ou ficellées (le bondage) pour "subir" les assauts de leur amants (mais suivant leurs désirs), celles qui se plient au ordres de leur "maître" y compris à distance et sur une longue période (plus cérébral), ou encore celles qui livrent leur corps, allant jusqu'à donner rendez-vous nue et les yeux bandés à un parfait inconnu dans une chambre d'hôtel pour y être "abusée". On ne peut pas faire pire comme prise de risque. Moi, je n'aime pas les risques.

Après plusieurs semaines d'échanges, je sais qu'elle a déjà expérimenté une fois avec un type qui avait déballé toute sa mallette d'accessoires dans une chambre d'hôtel, qu'elle avait adoré la cravache (soumission ou masochisme, je crois qu'elle ne sait pas ce qu'elle veut), mais moins la taille des godes qu'il lui avait introduits..  Apparemment il avait besoin de ça pour bander, et le coït fut bref.

Instruit par mes nouvelles recherches, je lui propose un scénario -elle sera soumise à mes ordres- et un "safe word" (elle me dit ne pas en avoir besoin, j'espère bien que non). Ce sera "délivrance".

Je ne pratique pas la domination, j'improviserai mes accessoires de soumission avec de la cordelette et consent à lui donner une fessée lors de notre rencontre.

Cécile est cadre sup dans une grosse entreprise de Lille, je fixe avec elle notre rendez-vous au soir de mon prochain  rendez-vous client à Tourcoing. Elle me retrouvera directement dans ma chambre d'hôtel.

Elle veut un homme entreprenant. Comme convenu, sitôt la porte refermée derrière elle, je la plaque au mur pour l'embrasser. Un French Kiss fougueux tandis que mes mains la tripotent déjà.

Par la main, je l'emmène plus loin dans la chambre, puis, lui disant de s'arrêter, je m'asseois dans un fauteuil face à elle, tel un roi sur son trône.

"Déshabille-toi, enlève tous tes vêtements" dis-je sèchement. Elle improvise un strip-tease puis reste debout, nue, devant moi.

"Caresses-toi!" : là je me fais plaisir. Je n'avais jamais vu une femme se masturber ailleurs que dans un porno. Mon ordre la fait sourire, mais elle s'exécute. Je suis toujours habillé, mais mon sexe aimerai bien prendre l'air. C'est extrêmement excitant.

Je me lève et je commence à toucher ses seins, ses fesses. Cécile est une femme ronde, et elle a presque 10 ans de moins que moi. Son corps est ferme, sa peau est douce et en pétrissant ses gros seins, je sens durcir rapidement ses tétons.

Après m'être à mon tour dévêtu, je l'emmène dans la salle de bain. Je lui demande de me laver sous la douche. Elle passe le gel sur tout mon corps, s'attarde sur mes fesses, soupèse mes testicules, tandis que les bras levés et appuyés au plafond de la douche je laisse faire mon esclave d'un soir. Je bande comme jamais, mon pénis pointé vers elle.

Désormais je renouvellerai ce préliminaire à chaque nouvelle rencontre.

Tous deux douchés, nous regagnons la chambre et je lui dit de se positioner à 4 pattes sur le fauteuil, les mains sur un accoudoir et les pieds sur l'autre. Je comprends alors le plaisir que peut éprouver un dominant. Cécile est devant moi, son échine à hauteur de mon ventre et ses fesses à portée de mains.

Commençant la fessée tant attendue je cherche le bon dosage et le meilleur endroit pour faire claquer ma main. Ah! Elle a sursauté! Je commence à m'améliorer. Ma main est ferme, les claques cinglantes, espacées mais régulières. Elle ne dit mot, mais je vois bien qu'elle aime recevoir cette "punition".

Après les peines, les joies. Je l'invite à s'allonger au bord du lit et entreprend de la caresser, d'embrasser ses seins, gros et fermes, avant de descendre la lécher. A genou au pied du lit, je contemple sa vulve. Ses grandes lèvres sont charnues et douces, ses petites lèvres roulent entre mes doigts, je les mouille, les écarte et les suce. Oh, mais on dirait bien que ma soumise apprécie !

Ma langue monte et descend le long de ses petites lèvres, fait plusieurs fois le tour de sa vulve avant de remonter sur un joli clitoris que je masse du bout de ma langue. "Aaaah! tu es doué" dit elle, j'introduis simultanément deux doigts en continuant de lécher son bouton. Elle est en train de grimper aux rideaux, cela me fait sourire. Je finis par lui lécher l'anus circulairement puis de haut en bas, en pressant ma langue avec insistance : "Aaaaah! il y a peu d'hommes qui le font!". Sa remarque m'amuse, je crois que je viens de marquer un point.

Passons aux choses sérieuses, je la pénétre en lui tenant chaque cuisse écartée, appuyé sur mes aducteurs.

 "Tu aimes ça, tu aimes enfoncer ta grosse bite bien dure hein ?" me dit-elle dans un accès de "dirty talking", je vais et viens en malaxant ses seins au son de ses cris et de ses encouragements. Elle a joui avant moi, mais nous n'allions pas finir comme cela.

Je retourne dans mon fauteuil, enlève mon préservatif et lui ordonne de me sucer. Cécile ne ménage pas ses efforts, elle me suce vite, longtemps, goulûment, en mordillant de temps en temps mon scrotum. C'est divin, et je lui prepare une petite surprise.

Dans notre scénario, nous avions convenu que je pourrai jouir dans sa bouche. Je la laisse me sucer jusqu'au bout, insistant sur mon gland. Mon prépuce baissé, je deviens hyper-sensible. Sentant l'éjaculation monter, elle esquive de justesse ma montée de sperme qui coule doucement le long de ma queue, pour se poser sous mes testicules, imprimant leur contour sur le tissu du fauteuil. Tu sera punie pour cela !

Cécile m'a fait prendre goût à la domination, et je l'en remercie en lui dédiant ce récit qu'elle lira peut-être.

Depuis, j'ai acquis des accessoires de soumission, et nous avons eu l'occasion de jouer avec.