Au Secret !

Une saga de Bleue - 3 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

6 minutes de lecture

Épisode 2 : Le secret - suite de "et si on passait à la vitesse supérieure..."

  • Vibrez pour la version audio de cette histoire

    Durée : 09:00 min

    Bleue, artiste vocale, vous fait des confidences. Fantasmes ? Réels ? La suite de mon récit "Et si on passait à la vitesse supérieure..."

    Écoutez l'extrait érotique

    Inscrivez-vous gratuitement pour écouter la version complète !

Et… les choses se passaient pareil…

Au final, c’est moi qui ai gagné le concours du Secret. On était attendus, mon partenaire et moi, à la soirée de réouverture du restaurant libertin le WE de la Saint-Valentin. Celui qui m’accompagnerait, ce serait mon mari.

Les résultats avaient été partagés comme prévu le 2 janvier. Je savais que le 13 février serait un jour particulier. Il y aurait des surprises à la clé, c’est ce que mon conjoint m’avait annoncé. Je ne savais pas de quelle nature elles seraient mais j’étais certaine que je ne serais pas déçue.

Nous avons donc, comme dans l’histoire, pris le Thalys, débarqué à l’Hôtel Academie où nous avons pris possession de cette chambre somptueuse. Comme le Salon de la Littérature érotique avait lieu ce soir-là également, nous avons gagné la Bellevilloise en métro. J’avais gardé ma tenue de voyage. Je savais que je retrouverais Clarissa, Caroline et Anne V. à l’événement. Par contre, comme Ambroise était un personnage totalement inventé, je n’étais pas certaine de nous trouver un troisième pour rejoindre le Secret…

Comme dans l’histoire, mes amies m’attendaient et mon mari a fait la connaissance de Franck avec qui je suis en contact virtuel depuis deux ans et demi, je dirais. Je lui avais dit que ce dernier m’avait proposé qu’on se retrouve à quatre au Secret. « Si vous passez à Paris et que vous décidez de vous rendre au Secret, avertissez-moi…. ». Sauf que moi, je n’avais pas vraiment envie d’être en sa compagnie. C’est un homme avec qui j’aime échanger sur la toile, mais cela se bornait à cela et je ne souhaitais rien d’intime en réel… Je savais que si nous étions ensemble au resto, il ferait certainement une tentative pour se rapprocher de moi et je n’avais pas envie de m’embarquer là-dedans…

Oui, bien sûr, mon mari souhaitait me voir dans les bras d’un autre mais je l’avais prévenu que Franck ne m’intéressait pas : je préférais de loin un jeune loup ressemblant à cet Ambroise que j’avais inventé… Une jolie voix, des mains fines et adroites, des yeux très clairs et des cheveux châtains. Mais il eût été étonnant qu’un homme pareil soit d’accord de se commettre avec moi et surtout sous les yeux de mon mari…

Ce dernier et Franck nous avaient laissées entre filles et nous étions donc, mes amies et moi, en train de papoter quand deux d’entre elles jetèrent des petits coups d’œil intéressés vers l’entrée en se donnant des coups de coude.

— Il vient d’entrer…

— Qui ça ? demandais-je

Elles se regardèrent et pouffèrent.

— Mais qui ? continuai-je

— Ton Ambroise…

C’était la troisième qui répondit.

Comment était-ce possible qu’Ambroise, ce héros fictif d’une de mes histoires, se matérialise ? Je rêvais…

— Il s’approche de nous…

Je n’osais pas me retourner : la crainte d’être déçue, celle d’être face à un homme qui fera battre mon cœur et me tournera la tête, aussi. Et puis, s’il ne ressemblait pas à Ambroise…

C’est sans compter le fait que Clarissa et Anne connaissent le-dit Ambroise. Il est derrière moi. Je sens ses yeux qui me parcourent de la tête aux pieds.

— On vous présente ? me demande Clarissa en riant.

— Bleue – Adrian, Adrian – Bleue.

Anne me fait un clin d’œil. Alors, Ambroise, c’est… Adrian ?

— A contre A… justifie-t-elle… Sinon, tu le trouves comment ?

Elle a prononcé ces derniers mots en chuchotant.

Mais bien sûr qu’il est à mon goût. Il a une large carrure mais pas un corps bodybuildé. Il a des yeux d’un bleu limpide, une jolie bouche avec une petite fossette sur la joue gauche, une courte barbe mangeant le bas de son visage et ses mains… Celle qu’il me tend a les ongles courts. Je me dis que s’il me pénétrait d’un doigt, peu importe lequel, d’ailleurs, il ne me blesserait pas… Et sa voix…

— Ainsi, c’est toi qui illumines le début de mes nuits de ta voix sexy ? avance-t-il. En me gratifiant d’un sourire lumineux.

Je suis si gênée que je me contente de bredouiller que oui, peut-être, mais c’est possible aussi que ce soit une autre.

Il continue en me parlant du Secret et au final, mes amies nous quittent et nous nous retrouvons seuls, à nous regarder. Cela m’électrise.

Je ne vois pas où se trouve mon mari mais j’imagine que nous constatant Adrian et moi, en si « amicale » conversation, il préfère ne pas trop se montrer.

— Tu parlais du Secret. C’est un projet ou juste une idée qui t’a traversé l’esprit comme ça ?

— C’est moi qui ai remporté le concours, tu vois ?

— Ah oui, celui d’écriture de nouvelles érotiques….

— Voilà…

— Et ?

— Et donc, aujourd’hui, on va souper à l’œil mon mari et moi dans l’endroit et…

— Je n’ai pas lu ton histoire mais, si vous souhaitez un troisième…

Toujours ce « troisième », me dis-je. Et comme Adrian me plait (normal, il ressemble à cet Ambroise que j’ai inventé et à mon héros chéri, Adam), je pense que je vais lui dire que c’est d’accord. Que cela me ferait plaisir qu’il nous accompagne mon mari et moi.

— Tu y fais mention dans ton histoire ?

— De ?

— D’un troisième ?

Mais oui, bien sûr, que j’en parle. Et ce fameux troisième, ce pourrait être lui. Ce DEVRAIT être lui ! Avec aplomb, je plante mes yeux dans les siens.

— Ce pourrait être toi…

— Ah oui ?

Adrian a l’air étonné.

— Cela te plairait ? continue-t-il, parce qu’à moi, oui, forcément. Je pense que ta voix m’a déjà tellement accompagné dans mes séances… enfin… j’dois pas t’faire un dessin…

Bien sûr que j’ai compris…

Mon mari est à nouveau visible. Il est seul à présent et il nous apporte des cocktails qui ont l’air délicieux. « Filtre coquin ». Je ne sais pas ce qu’il y a là-dedans mais c’est alcoolisé. Surtout, ne pas perdre la tête. Je me sens mollir mais c’est délicieux : ma bouche devient sèche et mon discours est un peu incohérent mais tant pis.

— Je pense que dès que j’aurai terminé mon verre, on devrait se mettre en route pour l’hôtel.

Les hommes me regardent. Puis, se regardent.

— On ne va pas au Secret ? ose mon mari.

— Bien sûr que oui mais je ne peux pas, décemment (j’insiste sur le « décemment »), y aller dans cette tenue…

Il y a des sourires entendus de part et d’autre. J’ai une jupe tout ce qu’il y a de plus correct. J’avais parlé dans mon histoire d’une petite jupe rouge en cuir. Mais celle que je porte est noire, et pas aussi courte que celle décrite dans mon texte. Et puis, question haut, je voudrais passer quelque chose de plus léger. Il y a les collants et le string aussi qui sont… Rhooo, ce que j’aurais envie qu’Adrian nous accompagne, mon mari et moi.

Et c’est comme dans mon histoire, sauf que je me sens plus anxieuse encore. Je sais que cette soirée sera particulière. C’est obligé. Mon conjoint a envie que les choses décollent. Et moi, la rencontre avec Adrian m’a vraiment mise dans tous mes états. Le Secret est un passage obligé mais… j’ai d’autres idées en tête. Il n’est pas dit que nous devions nous montrer libertins, du moins, au restaurant… Juste y faire acte de présence.

J’ai salué mes amies qui m’ont fait des clins d’œil entendus.

— Amusez-vous bien ! On vous rejoindra certainement.

Je sais que Clarissa adore danser. Quant à Caroline et Anne V., elles sont plutôt du genre à papoter avec la faune nocturne de l’endroit. Il y a toujours de bons moments à passer au Secret.

La suite dans l'épisode 3 : Comment les choses se passeront-elles entre Bleue, son mari et le jeune Adrian ?

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche