Moins d'une minute de lecture

Avant l'hiver encore

Avant l’hiver encore

J’étais vierge de coeur

Imbécile imbibée

D’absinthes. Exhibée,

J’étais vite repérée,

Et effarée j’errais,

Drôle de dame

Dans de drôles de drames,

De Pauls enamourés

En Virginies en larmes.


Quand je n’étais que corps

Et que fragile ardeur,

Braise désinhibée,

Impatiente, abimée,

Brisée, hâve, enfiévrée,

J’étais prise et ferrée

Dans des flammes,

Sous les sinistres brames

D’incubes désaxés,

De néréides infâmes.


Quand soudain une lame

M’a laissée naufragée

Sans compas et sans rames.

Si peu de corps. Une âme

Dans les limbes égarée.

Crâne rasé, dégenrée

Réputée dérangée

Sale et dégénérée.

Attendant que le coeur

Change le plomb en or.


Là, sous le pont des dames

Il m’a fallu nager.

Essuyer les sarcasmes

Pour tout réarranger.

Et me réenchanter

L’ordre devait changer :

Aimer puis désirer.

Ainsi je découvrais.

Que j’étais vierge de coeur

Avant l’hiver encore.