4 minutes de lecture

Korana 1 - Bons débuts

Elle était venue me proposer un article, un article de psycho. Bien intéressant. Elle aussi, bien intéressante: l’œil et le cheveu noir de jais, un type physique difficile à déterminer – j’apprendrais plus tard qu’elle était Eurasienne. Des lèvres très rouges, des ongles de même et des mains brunes, assez grandes pour une femme…

L’article relu, discuté, corrigé, accepté et paru, elle était revenue pour me parler d’une suite et nous avons déjeuné ensemble, non loin du journal. Elle était mariée, mais cela ne diminuait pas l’éclat de ses yeux bien plantés dans les miens. Et sa main gauche portait une alliance – ce qui ne l’a pas empêchée de se saisir de ma main droite quand celle-ci l’a effleurée. Sa peau était brûlante et je me suis surpris à imaginer que d’autres endroits de sa personne devaient être torrides !

Je lui ai donné rendez-vous un soir, dans un fameux restaurant danois des Champs. Elle est arrivée très en retard… Désolée, désolée, vraiment désolée ! Le saumon était excellent. Et elle n’a vu aucun inconvénient à venir boire un dernier verre à mon domicile.

Nous voici l’un près de l’autre sur le petit canapé. Nous n’avons pas le temps de finir les verres que j’ai servis – je dois vérifier si sa bouche est aussi affamée qu’elle en a l’air – elle l’est ! Nos bouches ne se laissent pas un instant de répit pendant que, hâtifs, nous nous déshabillons. Son corps longiligne, sa peau brun-jaune, son halètement, son ardeur animale m’électrisent.

Elle pousse de petits cris à chaque vêtement qui s’en va, à chaque caresse nouvelle, à chaque baiser plus appuyé. Et chaque fois, elle repart de plus belle, sa température semble monter au fur et à mesure…

Je la guide jusqu’à mon lit, elle bascule en arrière… Entre ses cuisses large ouvertes, sa toison sombre m’hypnotise. Pas de vaine sophistication : je plonge mon sexe en elle. Sa fente déjà trempée le laisse pénétrer jusqu’à la garde. Le missionnaire a du bon, parfois ! Dans le plus grand classicisme, je vais et je viens, avec des mouvements amples et profonds. Il ne nous faut pas longtemps pour atteindre une jouissance simultanée.

Dès cet instant, je ressens que, si cette gymnastique classique est très satisfaisante pour elle comme pour moi, elle n’est pas femme à s’en contenter, ni en quantité ni en qualité. Il ne faut pas longtemps, après les congratulations d’usage, pour que ce soit évident, à l’ardeur de ses baisers. Je décide donc de lui montrer un autre usage de la bouche. La mienne se met à descendre le long de son cou, effleure l’un de ses seins, traverse à grands coups de langue le creux de l’estomac, chatouille son nombril et commence à parcourir la zone lisse et délicieuse qui s’étend plus bas…

Elle a vite compris où j’allais et nos mouvements se coordonnent pour me permettre de m’installer facilement entre ses jambes. Je m’agenouille sur le sol, devant le lit où elle est allongée, les fesses au bord du matelas.

Ma bouche traverse à présent sa toison brune et dense, je la sens trembler d’anticipation… Enfin j’arrive à sa vulve et ma langue peut commencer son travail d’exploration. Quels trésors elle découvre ! Son bouton saillant, de plus en plus ferme et appétissant, concentre vite mon attention. Tandis que ma langue s’active, mon menton s’installe entre ses lèvres accueillantes et humides… Fermement accroché de chaque côté à ses cuisses, je donne de petits coups de tête… Je l’entends respirer de plus en plus fort, bientôt c’est un soufflet de forge qui attise son feu intérieur… et le mien ! Sans interrompre mon travail de langue, je parviens à me redresser un peu pour la regarder. Sa tête a basculé en arrière, son cou, ses joues sont écarlates, elle commence à arquer le dos pour presser davantage sa vulve contre ma bouche. Savoir que cette jouissance évidente est le fruit de mon activité me stimule encore, je multiplie les pressions, les léchages, les mordillements, les aspirations, les succions… Ses mouvements de bassin se font plus saccadés, ses gémissements presque continus… Je m’acharne et m’acharne encore, emballé, jusqu’à ce qu’elle m’écarte avec douceur.

Elle s’assied au bord du lit, je suis toujours à genoux (et entre les siens), devant elle. Elle plonge son regard dans le mien – je crois y voir une appréciation nouvelle… Puis elle me fait signe de me mettre debout. Un autre qui est déjà debout, c’est mon sexe, que ma petite performance buccale a mis d’excellente humeur. Elle le constate immédiatement puisqu’une fois que je me suis mis debout, elle est face à face avec lui… L’aurait-elle prémédité ?

Quoi qu’il en soit, elle réagit tout de suite. Main gauche sur ma hanche, main droite sur la hampe de mon sexe, qu’il n’aille pas s’égarer… Elle ouvre la bouche en levant un peu la tête, comme pour voir si je suis d’accord… Je suis d’accord !

Et là, elle plonge tout de suite mon gland dans sa bouche avide. La soudaineté du geste est telle que je pousse un léger cri. De la main gauche, elle s’assure que je ne recule pas, de la droite elle enfonce mon sexe dans sa bouche, loin, loin… Tandis que ses lèvres et sa langue se sont mises à jouer les pompes aspirantes. J’attendais des va-et-vient, mais non, seulement cette bouche qui m’engloutit et ces succions qui me conduisent à toute vitesse vers la jouissance… Je ne sais jusqu’où elle m’a avalé, j’ai perdu très vite la notion de ce genre de détails matériels, avant de jouir à flots…

A suivre…

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche