3 minutes de lecture

Calme bleu

13h. Une nouvelle fois je suis en retard, encore nue à cette heure ci alors que je dois être au ponton dans 15 minutes...

13h30. Couverte d'une petite robe noire, j'attrape de façon malhabile la main du skipper pour monter à bord. La chaleur dans le port est écrasante aujourd'hui et il me tarde de prendre la mer. Un rapide passage dans la cabine pour y déposer mes affaires et me préparer pour le départ.

17h. Les pieds dans l'eau, assise à l'arrière du catamaran, le soleil se couche doucement à l'horizon, autour de nous la mer des Caraïbes s'étend à perte de vue. 

L'eau est tranparente sous mes pieds et un vent d'est rafraîchit l'air mais peine à rafraîchir mes ardeurs. 

23h. Au dessus de nos têtes une nuit éclairée par la lune et des milliers d'étoiles. Notre soirée, arrosée copieusement de rhum et de porto, s'achève.

Allongée sur le trampoline à l'avant du catamaran je chasse les étoiles filantes en attendant que le sommeil me prenne.

Alexis, à mes côtés, a décidé de passer cette nuit à la belle étoile.

L'un contre l'autre, bercés par le clapotis des vagues, le souffle du vent et le chant des grillons notre faim s'accroît rapidement et hardie par le rhum je lui fais vite perdre la tête. Oui ici, ce soir, sous la clarté de la lune, personne ne nous verra, tout le monde dort.

 Ne voulant jouir trop vite, il prend mon contrôle, ses doigts glissent sous la couverture, parcourent mes cuisses pleines de sel et atteingnent enfin leur cible, ils sont agiles, fermes et en un rien de temps je peine à retenir des soupirs de satisfaction, je le somme de ralentir, je ne veux pas me contenter que de mon propre plaisir. 

L'occasion est belle, trop peut être? Allongée sur le dos, la tête dans les étoiles, je sens le corps de mon ami se déplacer pour venir juste là, entre mes cuisses. Dans la clarté de la nuit je le surprends en train de me regarder avec une envie dévorante avant de plonger dans mon intimité. La jouissance ne tarde pas à me foudroyer et emporte avec elle ma volonté à satisfaire mon partenaire.

5h. Les lueurs de l'aube pointent à l'horizon et m'offrent un payage magnifique de la belle Marie Galante et de ses eaux turquoises. 

Tout le monde dort encore et l'absence de pénombre réduit à néant mon envie de sommeil. 

Je profite de cette belle occasion pour me rafraîchir et pars à la poupe, me déshabille sans le moindre bruit et me glisse dans l'eau. 

J'ai toujours était raisonnable mais ce week end sera fait d'expériences inédites, autant vivre la mienne. 

L'eau sur ma peau est délicieusement tiède et libre de tout vêtement je savoure mon bain au milieu des coraux et des poissons. 

De nature pudique je m'amuse de mon attitude et pars taquiner mon partenaire qui dort encore à la proue du voilier.  Je l'arrose à travers le filet et me refugie au fond de l'eau. 

À ma remontée je le vois me regardant avec stupéfaction. Et oui, j 'ai encore de quoi l'étonner.

Je l'invite à me rejoindre mais il m'indique que nous n'allons pas tarder à partir, pendant mon échappée belle la plupart des passagers se sont levés. Moi qui voulait être discrète...

Je monte à bord, non sans rougir, et me rhabille avec hâte pour ne pas brusquer la pudeur de l'équipage.

13h. Les yeux d'Alexis ne m'ont pas quitté de la matinée, tout comme son érection que je devine à travers son short de bain. 

Je m'éclipse après le repas chercher un livre dans une cabine, il ne tarde pas à m'emboiter le pas.

Le voici devant moi qui me bloque le passage, m'empêchant de rejoindre le pont. Une curieuse étincelle illumine son regard, il n'est pas dans ses habitudes de me demander quoi que ce soit pourtant.

"Quoi? Ici? Debout? Ils sont juste au dessus de nous!" Le voilà qui acquiesce et se libère de son habit.

Sans rien dire de plus je m'abaisse entre ses jambes et souffle sur sa verge qui se cambre devant mes lèvres. Je l'embrasse et me saisis de lui. J'enroule ma langue autour de son gland et avec vigueur lui titille le frein. Un spasme le parcourt tout entier m'invitant à accélérer la cadence, je plaque sur mon palais, et une main vient lui flatter les fesses.

L'excitation et la peur qu'on nous surprenne m'incitent à utiliser mon arme secrète et mon ami ne tarde pas à rependre son essence sur mon palais lorsque je le pénètre de mon doigt.

Il m'invite à me relever, m'embrasse et se goûte. 24h se sont déjà écoulés, que nous reserveront les prochaines?