1 minutes de lecture

Caresse(s)

Je te regarde jouer avec tes mains, prendre entre tes menottes une forme phallique, bouteille ou banane. Je te regarde amusé. Tu ne le remarques tout d'abord pas et puis tu sens mon regard lourd et pervers... Tu souris timidement au début et, nonchalamment, continue tes gestes. Ils n'étaient qu'innocent, ils deviennent plus ambiguës. Tu vas et viens sur la tige solide de ce pauvre objet qui n'en demandait pas tant. Tu joues avec la paume de ta main, tu l'entoures de tes doigts, tu le caresses, tu le cherches, tu le portes à ta bouche. Tu me regardes et constates avec plaisir que je suis plus qu'attentif à tes gestes, j'en ai carrément l'eau à la bouche et le reste tout émoustillé.

"Ça t'excite?" me dis tu. Ho oui que ça m'excite, j'approche ma main de la tienne. Je t'encourage à titiller cet objet, j'impulse plus de force et de vitesse, conseille à ta main comment alterner pression et relâchement. Je prends ta main dans la mienne, la porte à mes lèvres, l'embrasse, suçote tes doigts. Pendant ce temps mon autre main se porte à mon entre-jambe. Je touche légèrement la bosse qui se forme sous mon pantalon, je défait une braguette un peu récalcitrante et sors mon sexe qui se déplie gentiment.

"Est ce que tu veux continuer à caresser une forme un peu plus en chair?" Tu souris et me réponds "J'attendais que tu me le proposes". Ta main descends sous la table. Je regarde autour de nous, personne n'a remarqué notre petit jeu dans le restaurant. Tu regarde ailleurs, semblant ignorer ce que ta main droite fait, mais tes caresses ne laisse planer aucun doute. Tu veux me faire jouir là, maintenant, avec ta main. Tu vas de plus en plus vite, ta paume glisse sur ma peau, tes doigts me serrent juste à point, mon sexe se tend de plus en plus, mon gland est très rose maintenant, humide. J'ai le souffle plus court, il fait chaud ici on dirait. Tu donnes le coup de grâce en me caressant les couilles avant de repartir pour me faire jouir.

Je me retiens, je retiens ce que je veux crier. Je me repends sur ta main, tu accueilles mon jus en mettant ta main en coupe. Il faudrait pas salir. Tu t'essuies sur mon pantalon, je remonte discrètement ma baguette. Tu souris et me dit qu'il faudrait vite qu'on se retrouve seul à seul.

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche