12 minutes de lecture

Chasse aux trésors

Un peu essoufflé, je jetais un coup d’œil sur mon téléphone. La petite flèche bleue c'était moi, le petit cercle vert c'était ma cible, entre les deux, le trait rouge symbolisait la distance qui nous séparait, distance affichée en haut, 13 mètres et des poussières. Le géocaching, voilà ce que c'était. En résumé, une chasse au trésor internationale. Un smartphone, une inscription sur un site internet, une application et un peu de courage, c'est tout ce qu'il vous fallait. Le but, trouver des caches créées par d'autres joueurs avec seulement des coordonnées GPS et éventuellement un indice. Le but ? Se faire plaisir, chercher, trouver et augmenter son quota de caches trouvées, rien de bien sorcier. Un loisir qui ne coûtait rien, sinon de se faire plaisir. Et parfois quelques rencontres. Aujourd'hui je profitais de mes vacances entre St Jean de Monts et Notre Dame des Monts pour tenter de résoudre un circuit d'une quinzaine de caches, le fameux « circuit des mares », avec en prime une cache bonus. Sur chaque cache était indiqué un indice permettant d'accéder aux coordonnées de cette fameuse cache. Mon objectif, outre de tout trouver, était de dépasser la barre des 1000 caches découvertes.

Bon, 13 mètres en ligne droite, autant dire une vingtaine de mètres s'il fallait zigzaguer entre les pins bien serrés. Avec le vent qui avait soufflé ces derniers jours, tous les sentiers sauvages étaient indécelables. Bravant les branches rebelles, je m'élançais au travers du bosquet. Moins de 5 mn plus tard, encore un peu plus essoufflé, j'avais atteint mon objectif. Une belle mare d'environ 15 mètres de diamètre, une eau bien verte et vaseuse, agrémentée de grenouilles. Quelques lézards s'enfuyaient devant moi tandis que je m'approchais du « PZ », terme barbare pour signifier le point précis des coordonnées GPS. L'indice, « une souche » me mena directement en haut d'une petite butte surplombant la mare. Là trônait un tronc couché parmi tant d'autres un peu plus distants. Une fois sur place, il ne me fallut pas plus de deux minutes pour trouver la boite. A l'intérieur, un « logbook », petit carnet où l'on inscrivait son pseudo et la date de la découverte. Parfois, lorsque la boite était suffisamment grande, on pouvait y laisser un petit objet. Connaissant le couple qui m'avait précédé, je ne fut pas étonné d'y découvrir un préservatif encore emballé, signe distinctif de leur passage. Avec un sourire, je m'emparais du logbook que je signais avant d'en prendre une photo. L'indice pour trouver la cache bonus était dessus, je n'avais pas le temps de le recopier. Voilà, les 15 caches étaient faites, première étape validée. Tout en gardant un équilibre précaire, je m'activais pour tout remettre en place, et je venais d'y parvenir, lorsqu'une voix me pris au dépourvu.

- Salut !

Surpris, je perdis l'équilibre et parti en arrière. Une main se tendit vers moi et je la saisis, persuadé d'arrêter ma chute. En vain. Moins de deux secondes plus tard, deux corps rejoignaient les grenouilles dans la mare, le mien et celui de la personne qui venait de me surprendre. Assis le cul dans la vase, j'observais celle qui, comme moi, avait le fessier dans le même état. Une femme aux cheveux bruns coupés court, souriante, la trentaine, l'air quelque peu gêné de la situation. T-shirt beige et short assortit, d'après ce que me laissait voir l'eau dans laquelle nous étions assis.

- Désolée, c'était pas prévu. Ça va ? Tu n'as rien de cassé ?

- N.. non, non. Tout va bien. Et toi ?

- Mouillée je crois, mais c'est tout.

Elle tendit à nouveau une main vers moi.

- Sarah.

- Richard.

- Enchantée !

- Presque pareil.

Je me saisis de la main et, tirant dessus, m'aida de celle-ci pour me relever avant de rendre la pareille à la femme responsable de cette situation. S'aidant l'un et l'autre, nous partîmes à l'assaut de la butte de sable pour arriver de nouveau près du tronc à côté duquel traînait mon sac à dos. D'un signe de tête elle l'avisa.

- Géocacheur ?

- Qu'est ce qui te fait dire ça ?

- Seul au milieu de nulle part, un sac à dos et tu étais en train de fouiller sous un tronc d'arbre... Faut pas être devin !

- Je ne confirmais pas mais lui retournais la question.

- Toi aussi je suppose, à moins que ta passion soit de surprendre les randonneurs isolés et de les noyer avant de les donner à manger aux grenouilles !

- Elle éclata de rire en secouant la tête

- Ok je suis découverte. Non, sérieusement je suis sur le circuit des mares moi aussi.

- Tu en es où ?

- Il m'en manque trois. Et toi ?

- Je les ai toutes. Sauf la bonus.

- Hein ???!!!!

- Sans tenir compte de sa remarque, je pris une des deux bouteilles d'eau dans mon sac et lui tendis.

- Tu as une belle égratignure à la jambe. Vu l'état de la mare, je te conseille de la nettoyer avec ça si tu veux éviter une infection.

Elle me regarda interloquée avant de comprendre. Elle s'occupa de sa petite blessure et le redonna la bouteille.

- Alors comme ça tu as les a toutes trouvées.

- Ouais. Pas facile mais j'ai réussi.

- Donc il te reste la bonus à faire ?

- Oui, mais pas dans cet état.

Avisant mon short couvert de vase, je repris.

- Toi, je ne sais pas, mais pour moi, crapahuter dans la nature, je veux bien, mais avec le cul propre.

Je commençais à me dire qu'il allait falloir trouver un moyen de me débarrasser d'elle si je voulais aller signer mon bonus. Sans aucune gêne, j'enlevais mon short pour me retrouver en boxer et T-shirt devant Sarah. Puis je fis de même avec mon T-shirt que je mis à sécher sur une branche. Avec les 30°C de ce jour, dans moins de 20 minutes, ce serait sec. Presque à poil, je redescendis prudemment jusqu'à la mare pour nettoyer mon short et remontais pour le suspendre. A presque 45 ans, sans avoir une carrure athlétique, je n'avais pas de gêne à me montrer ainsi. J'espérais la mettre suffisamment dans l'embarras pour qu'elle s'en aille. Raté. Esquissant un sourire, elle se mit à enlever ses vêtements.

- Tu as raison, ce n'est pas raisonnable, on a une réputation à entretenir.

Trois minutes plus tard elle était en maillot de bains deux pièces, blanc ivoire, dont le bas trempé épousait parfaitement les contours de son corps. Et quand je dis les contours, je parlais bien de TOUS les contours. J'étais prêt à mettre ma main à couper que si je glissais mes doigts sous l'étoffe, je ne rencontrerais aucune toison.

- Tu es en maillot de bain ? Tu viens de la plage ou quoi ?

- Ah non... mais je me suis dit que sur un circuit avec des mares, il valait mieux trouver une tenue adéquate.

Tandis que je la regardais m'imiter pour nettoyer son short, une vue sur ses courbes déclencha chez moi une réaction physique que je chassais presque aussitôt, détournant le regard, allant me coucher sur le tronc d'arbre derrière moi, reprenant le contrôle de mon corps. Pendant que Sarah remontait et mettait ses vêtements à sécher, je ne lui accordais pas un regard, persuadé qu'elle le faisait exprès. Dos tourné, elle me demanda :

- Et si on loguait la bonus ensemble ? Tu en penses quoi ?

Là, elle m'avait scotché, bien que préparé à ce genre de proposition.

- T'es gentille toi ! Je me suis tapé les 15 caches et faudrait que je partage, juste comme ça ? Qu'est-ce que j'y gagne ?

Sourire aux lèvres, elle alla chevaucher le tronc en face de moi, s'installant jambes écartées, ses mains prenant appui devant elle.

- Ok, qu'est-ce que tu veux en échange ? Je n'ai pas grand chose à t'offrir. Elle écarta les bras, m'exposant son corps. Mon amitié ou un peu plus te suffirait ?

Ainsi exposé, son corps était un hymne au désir. Elle donnait l'impression de vouloir faire l'amour avec le soleil, la nature, bref, tout ce qui l'entourait. Pour une femme de mon âge, elle aussi affichait une silhouette entretenue. Le haut de son maillot de bain se tendait sous la pression de sa généreuse poitrine tandis que sur le bas se dessinait en relief les détails de son corps. Son sourire en disait long sur sa proposition. Mais si elle s'imaginait être devant le commun des mecs, pouvant l'amadouer avec un sous entendus pareil, elle se trompait. J'arrivais encore à me contrôler. Je haussais les sourcils, dubitatif.

- Et c'est tout ? Rien d'autre ? Ça va faire juste.

Je la vis esquisser un coup d’œil vers mon boxer, mais mon membre presque au repos était encore invisible, même s'il s'en fallait de peu. Sarah mis mis alors ses mains derrière elle et s'appuyant sur le tronc, pris une grande inspiration avant de soupirer. Là, le dos arqué mettant en valeur sa poitrine, les jambes écartées, elle était à tomber. Perdant le contrôle de mon corps, je me redressais en mettant mes mains devant moi, cachant une érection phénoménale. Ma réaction ne passa pas inaperçue et elle me décocha un clin d’œil malicieux.

- Un petit bisou de remerciement en plus alors ?

Là, elle se foutait carrément de moi. Jouer les aguicheuses devant moi et finir en minaudant ainsi, c'était trop. Je décidais d'en finir, tant pis pour mon image de marque. J'adoptais la même posture qu'elle, lui dévoilant mon érection.

- Non je ne crois pas Sarah.

Je guettais sa réaction, pensant qu'elle ne pourrait pas surenchérir et qu'elle allait enfin partir. Bon, il faut avouer qu'une partie de moi souhaitait le contraire. Mais au lieu de partir elle s'avança vers moi lentement, reluquant sans se cacher mon entrejambe. Arrivée devant moi, elle s'inclina sur moi.

- Je pense avoir trouvé un moyen de sceller notre pacte alors.

Elle se pencha un peu plus mais je l'arrêtais d'un geste.

- Attends ! Je voulais juste te forcer à partir, tu n'es pas obligée.

- Je sais. Si je me sentais obligée, je ne serais déjà plus là.

Avisant son alliance, je rétorquais, mal à l'aise.

- Tu es mariée..

- Toi aussi à ce que je vois. J'ai un mari qui déteste mon loisir, en train de dormir sous une tente, il fait beau, j'ai envie de sexe et tu es là. Écoute, nous somme isolés en pleine nature, tu me plais et je te plais, c'est suffisant. C'est ainsi que cela marche depuis la nuit des temps.

- Tu es sûre que...

- C'est la première fois pour toi ?

- Oui...

- Pour moi aussi. Alors faisons en sorte que cela soit inoubliable.

Sa bouche se scella à la mienne et, prenant appui d'une main sur mon torse, m'enjamba, pesant dorénavant sur moi de tout son être. Sous le poids de son corps, l'écorce du bois rentrait dans mon dos, faisant naître une douleur qui contrastait avec le plaisir qui m'envahissait. Je passais mes mains dans ses cheveux avant de les faire courir dans son dos. Dix secondes plus tard et je la débarrassais du haut de son maillot de bain, libérant ainsi sa poitrine. Elle se redressa un court instant pour faire glisser le morceau de tissu par terre et j'en profitais pour prendre entre mes lèvres un de ses tétons que je suçais lentement. Sarah se cambra en gémissant, une de mes mains alla s'emparer du sein resté vacant tandis que les doigts l'autre s'activait sur les nœuds latéraux du bas de son maillot, désirant lui faire subir le même sort qu'à son confrère. Bientôt elle fut entièrement nue contre moi, seul mon boxer nous séparait chastement. Elle se balançait doucement d'avant en arrière, se frottant sur mon érection de plus en plus douloureuse. Finalement je n'en puis plus et entrepris de me débarrasser du dernier bastion qui nous séparait. Elle m'arrêta d'un geste.

- Désolé mais on pourra pas aller plus loin sans plus de précaution. Sauf si tu as ce qu'il faut dans ton sac à dos, mais là je me poserais pas mal de questions.

- Je pense pouvoir trouver ce qu'il nous faut, mais pas dans mon sac.

Elle leva les sourcils, intriguée, avant de me regarder passer un bras derrière mon dos, récupérant la petite boite que j'avais remis en place précédemment. Sous ses yeux ébahis j'ouvrais la boite et en retirait, presque d'un air triomphant, le petit sachet qui n'attendait que nous. Un léger sourire s'afficha sur son visage, le tout accompagné d'une seule remarque.

- Clémence et Serge ?

- Affirmatif !C'est peut être la première fois qu'une de leur souvenir servira.

Je lui tendis le sachet qu'elle coinça entre ses dents avant de glisser plus bas, m'enlevant le boxer avec adresse. Elle s'empressa d'ouvrir le sachet et d'en sortir le précieux ustensile, indissociable de notre plaisir à venir. Je sentis sa main se saisir de mon membre, comme pour en éprouver la fermeté puis quelque chose de plus frais l'envelopper tandis que sa main en déroulait le tout jusqu'en bas. Sarah m'avait déshabiller le corps avant d'en habiller une petite partie. Elle se souleva légèrement avant de retomber sur moi et la fraîcheur de l'emballage fit place à la chaleur humide de son intimité. Elle s'empala sans empressement sur moi, les yeux fermés comme pour en ressentir tout les effets. Une fois que son corps eut avalé tout ce qu'il pouvait du mien, elle se baissa vers moi, m'embrassa avant de me chuchoter...

- Défonce moi, que ça soit inoubliable... pour nous deux.

Je posais mes mains sur ses hanches, comme pour guider son corps sur le mien, commençais un mouvement de va-et-vient, tout d'abord lentement, m'arrêtant à l'orée de son sexe avant de replonger entièrement à l'intérieur, allant buter le plus loin possible en elle. Puis j'accélérais le rythme tout en m'enfonçant d'un coup sec sur les derniers centimètres, désirant lui faire ressentir un maximum de sensations. Sarah gardait les yeux fermés, soupirant de plaisir à chaque pénétration, se terminant par un petit hoquet lorsque je venais cogner au fond de son intimité. Bientôt elle ne fut plus que gémissements alors que la cadence s'était accélérée, je me contentais de sortir pour replonger aussi sec en elle, cherchant à la pénétrer du plus loin que je pouvais. Je ne sais combien de temps cela dura, son souffle s'accéléra, ses gémissements allèrent crescendo, accentuant mon excitation. Je savais que je ne tiendrais pas très longtemps et réfléchissais à la meilleure façon de durer lorsque je sentis tout à coups ses muscles intimes se contracter autour de mon sexe, deux fois très rapidement avant de l'entendre lâcher un râle de plaisir et de fondre sur moi, me griffant les côtes au passage. Encouragé par son orgasme je lâchais toute retenue et à mon tour explosais en elle, me cambrant une dernière fois comme pour m'ancrer aussi profondément que possible en elle. Nous demeurâmes ainsi pendant une bonne minute, nos deux corps tout en sueur imbriqués l'un dans l'autre, unis par un orgasme partagé.

Finalement Sarah ré ouvrit les yeux et me fixa avec un sourire de satisfaction.

- Je crois que c'était parfait. Enfin pour moi.

- Pour moi aussi. Pour une première fois, c'était très bien.

Elle rit de bon cœur, nous échangeâmes un dernier baiser, assez appuyé à mon goût et elle se releva, me libérant de son emprise avant de ramasser les deux parties de son maillot de bain. A mon tour je me redressais, glissais le préservatif dans le petit sac qui me servait de poubelle en me promettant de le faire disparaître au plus vite. Je mis moins de temps pour me rhabiller, n'ayant aucun nœud à faire sur mes vêtements. Mon short et mon t-shirt étaient secs, je supposais que les siens aussi. Une fois prêt, je pris un papier dans mon sac et griffonnais dessus avant de poser lui tendre. Intriguée, elle le pris et vu les coordonnées GPS que je venais d'écrire.

- La cache bonus, expliquais-je. Dans ton état il serait pas prudent que tu ailles chercher les autres indices.

- Merci...

- Je te laisse deux minutes d'avance, après c'est chacun pour soi.

- Et le premier qui la trouve....

J'affichais mon plus beau sourire avant de répondre.

- Clémence et Serge l'ont découverte hier soir... Il y ont certainement laissé un petit cadeau.

A son tour elle se mit à sourire.

- Deux minutes seulement ?

- Top chrono !

Elle s 'élança...

Écrire à Terremer

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche