Chiche ou pois-chiche

Une saga de La petite fée verte - 3 épisode(s)

< Épisode précédent

1 minutes de lecture

Épisode 3 : Quand l'orage gronde


Trois mois que je m'évade à travers mes textes presque sages, que je vous conte ou que je raconte mes fantasmes, mes souvenirs, mes projets.

Pas de grand récit aujourd'hui, juste l'envie de te faire partager un petit bout de mon après-midi. 

La saison des pluies n'en finit pas et bien que le bruit incessant des gouttes sur les tôles de ma varague m'arrangent quelquefois  lorsque,  dans mes draps, mon corps ondule au rythme de mon plaisir,  parcourir la forêt tropicale me manque. 

Je suis donc là, jouissant seule de l'immensité de mon lit. Mon ambiance musicale est un délicieux mélange d'une musique de méditation créée par Moby et du tonnerre qui gronde non loin d'ici.

Cette ambiance sonore couvre le ronron du ventilateur qui ne fait que caresser ma peau.

Ma peau, découverte de tout vêtement,  territoire conquit mais demandant sans cesse d'être exploré.

Ma peau. Magnifique terrain de jeu aux multiples cachettes et secrets. 

Ma peau qui porte en elle bon nombre de souvenirs, ça et là une peau légèrement rugueuse dans un univers de pêche, souvenir amer d'une rencontre corallienne. 

Ma peau qui frisonne au moindre souffle sur sa surface, qui s'hérisse à la moindre caresse du bout des doigts ou des lèvres, qui m'électrise lorsque des doigts sûrs et fermes se referment sur elle, la marquant de quelques légères griffures.

L'orage gronde dehors, mon corps se souvient.

Il se souvient de ces boucles brunes le parcourant sans ménagement, il se souvient de ces longs doigts à la peau de porcelaine l'explorant dans les moindres recoins, de ces lèvres tendres et douces se posant sur sa surface.

Je me souviens du coup de tonnerre qui s'est abattu sur moi, de cette tempête tropicale qui s'est déchaînée en moi, quand de ses yeux noisettes elle répondit à l'interdit de mes attentes.

Encore une fois je n'ai pas été sage et je te mentirai si je te disais que jamais je ne recommencerai.

Les détails? Tu les auras peut être un jour, mais pour l'instant mon esprit vagabonde et s'égare bien loin d'ici, ma peau s'affame de ce souvenir.

Mes yeux se ferment, mon corps se tend, mes mains se crispent, sur ma peau le souvenir se dessine, tendre délice.



Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche