Correspondance

Une saga de Alvyane_kermoal - 4 épisode(s)

Épisode suivant >

2 minutes de lecture

Épisode 1 : A mon tendre dragon

Mon tendre Dragon,

J’ai pris ma plume parce que voilà bien des jours que je pense à t’écrire. C’est un peu idiot, on se parle tous les jours avec ces petits sourires en coin que nous connaissons si bien, l’un de l’autre. Pourquoi t’écrire de nouveau de la sorte ?

Parce que te murmurer « Je t’aime » ne suffit pas à exprimer ce que je ressens.

Il y a des battements de cœur qui te disent combien chacune de tes caresses me rendent folle. Mon corps te répond et s’affole. Il prend alors la liberté de se laisser totalement aller à la folie que tu lui donnes. Je me sens libre d’être moi, de vibrer, de hurler entre tes bras. Je n’ai plus de chaînes, plus de limites. Je suis Louve et Femme à la fois, quand le regard du Dragon m’illumine de son feu.

Mes griffes répondent aux tiennes. Mes crocs se plantent dans ta chair, comme tu sais le faire pour y mettre ta marque. Cela n’a rien d’un sacrilège, juste un jeu entre nous, un besoin que l’on accepte l’un et l’autre, sans jugement, sans mépris, avec ce sentiment de fusionner et de s’aimer plus fort que l’instant présent. Parfois, un combat entre nos deux caractères qui semblent aux autres si calmes, si indolents.

Je souris. Qui pourrait s’imaginer que derrière cet homme si tendre et doux, celui qui partage mes instants de douceur infinie, celui qui me donne l’envie de me blottir dans la chaleur de ses bras, se cache un homme puissant et fort à la fois ? Ne rougis pas, mon âme, tu sais que je ne mens pas. Quand ton regard bleu devient celui de l’enfant taquin, mes yeux pétillent. Te voir sourire me rend coquine parfois, mutine souvent, et tendre à chaque fois. Certains de mes gestes sont devenus une drogue, que je ne peux m’empêcher de réitérer lorsque tu es tout près de moi. Ma main a trouvé sa place lorsqu’elle se love contre ta joue. Mon pouce sait qu’il jouera avec ta barbe de trois jours. Ton sourire s’agrandira et mes yeux s’embueront de larmes. Oh… pas de tristesse, crois-moi, mais de cette émotion si forte qui étreint mon cœur si follement. Dans ses moments là, je voudrai que tu entendes la musique de mon âme qui s’enflamme, de t’aimer aussi pleinement, aussi intensément.

Combien tu me manques ! Combien nos retrouvailles sont pour moi des instants de pur bonheur ! Combien je suis heureuse simplement de ce que l’on a, de ce que l’on construit à petits pas !

Ce soir, j’ai juste envie d’être dans tes bras… ou dans la même pièce que toi, t’entendre taper sur le clavier de ton ordinateur. J’ai envie de sourire de te savoir pas très loin de moi. D’être juste heureuse parce que tu relèves la tête et m’envoies un baiser avec ton air de gamin. Ce soir, j’ai juste envie de te donner ma tendresse et mes sourires d’enfant sage, ceux qui se dessinent avant que ne se déchaîne le feu de notre passion. Nous pensions qu’il se calmerait un peu, mais il brûle plus intensément encore et gagne en force. Ma faim de toi ne s’éteint jamais. Plus tu me prends et plus je veux que tu me prennes…

Voilà, que je m’échauffe et imagine tes mains sur moi… seulement je n’ai plus de piles pour mon jouet… il va falloir que je me contente de mes doigts… en attendant que les tiens me fassent jouir comme à chaque fois, dans les flots de plaisir que tu fais jaillir de moi.

Je t’aime… mais le dire une seule fois ne suffira pas… laisse-moi te le prouver de ma bouche et de mes doigts.

Ta Louve presque apprivoisée.

Écrire à Alvyane_kermoal

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche