4 minutes de lecture

Épisode 6 : Jour 6 - Thème : Selfie

La faible lumière du jour naissant s’infiltrait à travers les rideaux de notre chambre. J’étais réveillé depuis quelques minutes et j’observais Emma dans son sommeil. Elle était allongée sur le côté, face à moi, ses longs cheveux bruns recouvraient tout l’oreiller et cachaient une partie de son visage. Elle avait l’air si paisible. Une des bretelles de sa nuisette rouge tombait nonchalamment sur son épaule. Elle respirait doucement. Ses pommettes rosées et sa bouche pulpeuse entrouverte me donnaient envie de déposer une pluie de baisers sur son visage. Je ne pus résister à ma pulsion plus longtemps. Je tendis la main pour lui caresser la joue tout en m’approchant d’elle. J’écartai doucement les mèches de cheveux qui étaient tombées sur ses yeux et j’y déposai des baisers légers comme des plumes. Elle commença à bouger et à se réveiller sous mes lèvres impatientes.

Sans ouvrir les yeux, elle me sourit puis m’embrassa doucement. Nos langues se mirent rapidement à virevolter et à aiguiser mon insatiable appétit de la pénétrer, encore et toujours. Elle se colla à moi tout en continuant à m’embrasser. Je frottai mon érection contre son sexe. Mes mains se promenaient sur son dos et ses fesses, déclenchant sur sa peau des frissons de plaisir qui décuplait le mien. Elle se mit à caresser ma queue à travers mon boxer. J’adorais sentir ses doigts gourmands à travers le coton de mon sous-vêtement. Ça m’excitait beaucoup. Je rompis notre contact quelques secondes pour lui ôter sa nuisette. Puis je me précipitai sur elle en lui léchant le ventre, les seins, le cou. Elle bascula sa tête en arrière pour m’offrir un meilleur accès à sa gorge en murmurant mon prénom.

Enhardi par ses réactions, je pris un de ses tétons en bouche et le suçai avidement, pendant que je pinçai l’autre avec ardeur. Elle poussa de petits cris qui me firent bander encore plus. C’était tellement excitant de la voir se tortiller de plaisir grâce à moi. Je me sentais si puissant. Et vulnérable à la fois. Car elle avait le même pouvoir sur moi. Il suffisait qu’elle me touche pour embraser mes sens. Tout à coup, j’aperçus son téléphone posé sur sa table de nuit et il me vint une idée. Je me penchai pour le récupérer en demandant à Emma :

- Si on faisait des selfies sexy tous les deux ?

- Pourquoi pas ? me répondit-elle avec un sourire en coin.

Je la collai de nouveau contre moi et l’embrassai langoureusement tout en nous mitraillant avec son téléphone. Les photos seraient certainement floues mais peu importait. Ça nous amusait et ça mettait un peu de piment dans nos ébats. Je pris d’autres photos de nous en train de nous lécher, de nous caresser, de nous frotter l’un contre l’autre et j’avais hâte de voir le résultat. Mais là, j’avais encore plus hâte d’être en elle et de lui faire perdre la tête.

- La séance photo est terminée, passons aux choses sérieuses !

Emma éclata de rire et enleva mon boxer pour libérer enfin ma queue qui commençait à se sentir un peu à l’étroit. Elle referma son poing sur mon sexe puis fit des va-et-vient rapides et délicieux. Je lâchai un gémissement venu du fond de mes entrailles. Les étincelles du désir explosaient dans tout mon corps. J’avais l’impression que ma peau était en feu. Ma main joua avec son clitoris et descendit jusqu’à sa fente douce et chaude. Sa respiration s’accéléra sous mon assaut charnel. J’introduisis un doigt en elle, elle était déjà tellement mouillée… Je retirai mon doigt presque aussitôt et elle grogna de frustration. Sa réaction me fit sourire. Un sourire carnassier que je ne pus réprimer. Je la forçai à arrêter ses caresses et la positionnai sous moi, allongée sur le dos.

Je pesai de tout mon poids sur elle pendant quelque secondes. Nous nous regardâmes dans les yeux, seuls nos souffles saccadés résonnaient dans la pièce. Puis, lentement, je m’enfonçai en elle, centimètre par centimètre, la remplissant et l’étirant inexorablement. Elle m’engloutit jusqu’à la garde. C’était tellement bon. Je savourai un court instant cette sensation avant de commencer à bouger. D’un mouvement fluide, je donnai des coups de boutoir jusqu’au fond de son sexe. Elle enroula ses jambes autour de mes hanches tandis que sa voix devenait rauque.

- Plus vite, Mathis ! Plus vite, s’il te plait !

Sans parler, j’augmentai le rythme de mes coups de reins entre ses cuisses. Ma queue glissait dans son antre trempé et soyeux qui m’accueillait avec concupiscence. Ses gémissements de plaisir devenaient de plus en plus forts. Ma tête dans son cou, je lui mordillai le lobe de son oreille gauche puis léchai avidement son épaule. Ses mains étaient ancrées dans mon dos. Je sentais ses ongles s’enfoncer un peu plus profondément dans ma chair à chaque va-et-vient. J’aimais l’idée qu’elle me laisse des marques. Elle avait les yeux fermés et elle cherchait de l’air comme elle pouvait. Je me redressai un peu pour la contempler dans toute sa splendeur. Ses seins remuaient et s’entrechoquaient au rythme de notre danse sensuelle.

Cette vision me fit encore accélérer la cadence. Emma criait de plus en plus fort, je sentais qu’elle était au bord du précipice. Je pris son téton gauche dans ma bouche et le suçai avec vigueur. Elle se cambra en hurlant plusieurs fois quand l’orgasme la frappa de plein fouet. Son corps tout entier se vrilla sous l’effet de la vague de plaisir qui la submergea de la tête aux pieds. Elle bascula sa tête en arrière en plissant les yeux. Ses jambes tremblaient autour de mes hanches toujours en mouvement. Je donnai un dernier coup de rien avant de jouir en criant son prénom. J’avais des étoiles plein les yeux, je flottai dans les nimbes ouatés de la jouissance. Je m’écroulais sur elle en posant mon front sur le sien. Nos souffles erratiques s’entremêlaient tandis que je déposai un tendre baiser sur ses lèvres.

Écrire à Mary

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche