Douche coquine, Douce coquine ...

Une saga de Marquis de la Guénoise - 2 épisode(s)

< Épisode précédent

4 minutes de lecture

Épisode 2 : Au fil de l'eau

Les convulsions ayant abandonnées enfin ton corps de rêve tu me fais signe du doigt de venir à toi, je t’embrasse longtemps, langoureusement …

Tu attrapes mes fesses et les griffes superficiellement puis tu me retournes sur le dos en riant.

Tes baisers se déposent à leur tour en une averse sensuelle : mes épaules, mes bras, mon torse, mes hanches, remontent sur mon ventre, mon nombril et entament pour finir la dernière descente. Tu glisses ma queue dans ta main, la branle doucement, visiblement tu trouves très doux mon gland décalotté et sensible, te le caresses du bout des doigts, répartissant les gouttes de rosées salées que mon excitations a amené au bout de mon méat. Tu me donnes à lécher cette huile iodée et tu finis par gober mon gland au fond de ta bouche brulante. De ta main tu emprisonnes dans une cage de soie et de douceur mes bourses lourdes, tu agaces mes couilles du bout des ongles te risquant jusqu’à mon scrotum ce qui est loin de me déplaire. Puis ma bite dure disparait lentement au fond de ta bouche, ta langue effleurant au passage le dessous de ma hampe centimètre par centimètre, la torture est terrible, la sensation divine, tu recules et l’air frais colle un frisson délicieux à que queue qui frémit, ta bouche repars à l’assaut de mon petit glaive de chair. Je bascule la tête en arrière, ton art de la fellation n’a d’égal que ta douceur et le plaisir visible à me rendre celui que je t’ai offert tantôt.

Je me laisse faire un moment mais je veux te posséder … je me redresse donc et viens de nouveau t’embrasser … tu comprends d’instinct mon désir, nos corps se parlent et se répondent …

Je te positionne à quatre pattes, la cambrure de tes reins est à tomber, elle bombe ton cul et relève tes fesses, nous n’avons plus l’âge des pudeurs ridicules, j’admire un instant ton intimité, tu caresses ma masculinité dressée, tu es fière de provoquer en moi cette excitation, mon désir est là, devant toi, offrande à ta beauté et à ta sensualité débordante, je caresse tes seins, j’en titille de nouveau les bouts, tu bandes terriblement aussi, là entre tes cuisses ton clitoris rose est turgescent, tu es fébriles, ta chatte délicate s’ouvre, faille rose au creux d’un écrin d’ébène, ton duvet pubien m’excite, j’ai envie de te posséder, de te prendre.

Je glisse doucement ma langue entre tes fesses, ton petit trou est un délice musqué et fleuri, tu frémis, mi gênée mi excitée, je lape les gouttes de ta mouille enchâssée dans tes poils et donne quelques coups de langue précis sur ton bouton de rose. Je m’installe enfin à genoux entre tes jambes, ta main vient prendre ma petite tige et tu places mon gland à l’entrée de ta grotte d’amour, de ton fourreau exhale une chaleur moite qui attire ma queue, je pose mes mains sur tes fesses et tes hanches et j’imprime une poussée douce et régulière à mon bassin … je te pénètre centimètre par centimètre.

Tu soupires, tu sens mon regard sur la courbe parfaite de tes hanche, une harpe de plaisir pour une symphonie de désir, tu es belle, toute en féminité offerte, tu es excitée à l’idée que mes yeux se posent sur l’ultime intimité de ton corps, effectivement je regarde mon pénis entrer et sortir doucement de ton vagin, tes petites lèvres accompagnant ce doux va et vient, ton petit trou se contractant à chaque nouvelle pénétration … Tu oses dans un souffle un « baise-moi ! »

J’attrape tes hanches et je commence à te prendre avec plus d’amplitude et de force … ton corps est ébranlé par mes hanches qui viennent en rythme s’appuyer contre ton petit cul de rêve, mes coups de boutoirs s’enchainent sans te laisser de répit mais je sens que tes cuisses fatiguent. Je sors doucement de ton fourreau, ton sexe est légèrement entrouvert, tes lèvres brillent de ma salive et de tes sécrétions intimes, tu t’installes sur le dos, mon sexe s’emboite à nouveau dans le tien et je reprends mes ondulations, un petit coup de rein à la fin venant faire remonter mon pubis tout contre le tien et ainsi solliciter ton bourgeon avec douceur … Tu joui une nouvelle fois, je stoppe mes mouvements attendant que ton plaisir reflue lentement …

Je te regarde dans les yeux, nos lèvres se soudent, c’est encore toi qui parles la première « j’ai envie de te boire … de te goûter … »

Je m’allonge et tu viens me chevaucher en 69, la vision de ton intimité décuple mon désir, je te doigte afin de te faire à nouveau jouir dans ma bouche … au même moment où ton petit lac déborde et où ton méat expulse ton plaisir crémeux je sens ma queue se contracter entre tes lèvres de soie, ta main me branle avec u rythme parfait, je joui, j’éjacule par saccades crémeuses et légèrement sucrées, je te sens déglutir puis reprendre mon gland en bouche, ta langue passe sur mon gland venant recueillir les dernières gouttes de mon plaisir fou, je ne me suis pas entendu crier mon plaisir …

Mais mon excitation est encore entière et ma queue ne débande pas entre tes mains … M’offriras-tu un plaisir coquin ? ….

Écrire à Marquis de la Guénoise

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche