Elle et Lui

Une saga de Arturo - 3 épisode(s)

Épisode suivant >

5 minutes de lecture

Épisode 1 : Nouveaux amants

Le rendez-vous est pris. Chacun de son côté redoute la suite. Me voici à vous attendre comme convenu en pleine foule gare de Lyon. Je scrute les hommes qui passent… Soudain, un bonjour m’arrache à ma recherche. Vous êtes là derrière moi. Je vous regarde… ma foi, je vous trouve élégant et charismatique. L’un devant l’autre, tous les deux un peu hésitants… vous approchez votre visage, je vous tends mes lèvres. Un baiser tout en désir, doux, léger mais déjà rendu un peu fou par le contact furtif de nos langues.

Je porte un manteau qui descend jusqu’aux genoux. Légèrement entrouvert, vous apercevez la robe et le décolleté semble appétissant. La curiosité est à son comble, suis-je nue sous cette robe pour relever le défi que vous m’aviez lancé ? Et vous, votre sexe est-il libre sous votre pantalon ?

Vous me prenez par les épaules et nous nous dirigeons vers un taxi, première étape de notre folie.

Je me demandais si elle allait venir. Après une hésitation, j’avais enlevé mon slip avant de me mettre en route, une promesse est une promesse. Mais allait-elle venir ? Et oui, elle est là. Et je la trouve ravissante. Nous nous sommes embrassés – oh, guère plus qu’une bise, nos langues n’ont fait que s’effleurer. Sous son manteau léger, une robe. Et sous la robe ? Rien, comme promis ? Mon cœur bat très fort… Mes cœurs : j’ai l’impression d’en avoir un second, libre, pour une fois, dans mon pantalon, et qui bat en écho au premier…

Nous voici dans le taxi. Vous donnez une destination lointaine au chauffeur.

Rapidement, votre main se pose sur le bord de ma jupe entre les pans du manteau. Votre paume glisse sur mes genoux, remonte et caresse l’intérieur de mes cuisses, là où la peau est si lisse, si douce, si sensible.

Je tourne mon visage vers vous, nos regards plongent l’un dans l’autre. Je sens votre souffle sur mon visage. Nos yeux se dévorent… Vos doigts furètent sur mes cuisses et vérifient qu’aucune dentelle ne s’oppose à votre exploration. Je sursaute quand votre main se pose sur mon clitoris et fouille les replis déjà humides. Dans son rétroviseur, le chauffeur ne rate rien et c’est tant mieux.

J’ai osé. D’abord, je me suis demandé si c’était bien ma main, mais oui. Ma main, sur son genou… Sur sa peau nue… Qui plonge entre ses cuisses. Point de sous-vêtement. Elle est bien nue ! Une chaleur humide… Sa vulve ! Une douceur infinie, une moiteur brûlante… Elle devrait depuis longtemps m’avoir giflé, non, elle ouvre les cuisses pour faciliter le passage de ma main, de mes doigts qui viennent caresser son clitoris…

De l’autre main, je la prends par la nuque, je rapproche sa tête de la mienne, une onde de désir me parcourt, j’ai envie de la prendre, là, sur la banquette…

Nos visages se rapprochent, de longues secondes durant lesquelles le désir monte à son comble puis nos lèvres se touchent, s’effleurent… instant magique du désir partagé. Petits coups de langues et enfin ce baiser tant attendu, profond, nos langues se lovent, se caressent, dansent folles de désir.

Insensiblement, mes cuisses s’écartent de plus en plus et me voici offerte, impudique. Votre main-chibre plonge en moi et fouille mon sexe qui, docile, s’humidifie pour faciliter cette caresse.

J’ai ma langue dans sa bouche, accueillante et brûlante. N’y tenant plus, ma main se transforme d’un coup en un phallus agile qui s’enfonce lentement et profondément en elle au rythme de notre baiser. Son vagin est accueillant et brûlant. Mon cœur palpite à me défoncer la poitrine, mon sexe vibre à crever mon pantalon !

Trop vite, nous arrivons. Le chauffeur est aussi déçu que nous. Il fallait tourner en rond, idiot !

Mais nous voici à destination. Vous interrompez votre caresse, frustré du désir qui vous envahit comme je suis frustrée de la jouissance que j’attendais.

Je sors, vous me rejoignez sur le trottoir.

Nos désirs à l’unisson taraudent nos corps, nous nous regardons, toujours sans un mot, nos visages l’un vers l’autre, nos lèvres se tendent… le temps paraît infini… jusqu’au contact qui électrise nos corps pour un baiser fougueux et rapide. Puis je vous tire par le bras dans l’entrée d’un immeuble. On traverse une cour, puis des escaliers, un portillon. Nous voici dans un parc. Près d’un mur, quelques arbres entourés de buissons.

Où sommes-nous ? Aucune importance. Je la prendrais au milieu d’une place publique… Un coin de jardin, je la pousse sous un arbre, contre un mur, je l’entoure de mes bras et je fouille sa bouche de ma langue, j’écrase ses seins contre ma poitrine…

Là, dans l’obscurité de la nuit qui tombe, à peine cachés des curieux par ces buissons, vous m’enlacez, vos mains se posent sur mes hanches, mes lèvres demandent encore et encore un baiser, nos langues se mêlent, s’enlacent, se cherchent et dans un ballet se lovent l’une sur l’autre. Mon manteau accroché à une branche, vos mains font rouler les bords de ma robe sur mes hanches. Elles prennent possession de mes cuisses puis, insatiables, reprennent la caresse commencée dans le taxi.

J’ai retroussé sa robe. Ma main se faufile entre ses cuisses, je sens son sexe lisse, libre, et ce bouton qui se dresse de nouveau sous la caresse, j’entreprend un doux massage, puis insensiblement mes doigts pénètrent les replis trempés d’excitation. J’aime sentir les ondulations de ses hanches qui demandent encore et encore plus de caresses.

A travers le tissu du pantalon, ma main teste l’effet de mon corps. Votre phallus est déjà durci. Le pantalon est rapidement ouvert, me voici agenouillée et ma bouche goûte ce chibre dressé. D’un coup il disparaît dans ma bouche, comme aspiré.

Elle m’a pris par surprise ! Avant que je comprenne ce qui arrivait, elle était à genoux devant moi et sa bouche sur mon sexe ! Je sens sa langue qui se love juste sur la pointe de mon gland gonflé comme jamais. Je ne peux que regarder le va-et-vient de sa bouche, les joues creusées qui absorbent mon sexe.

Votre main se pose dans mes cheveux que vous caressez comme pour me dire merci et me faire sentir le bonheur que je vous procure. Mes mains accompagnent le rythme de la caresse…

Je réagis ! Je la redresse, je la fais pivoter pour qu’elle me tourne le dos. La voici face au mur, j’écarte ses fesses offertes, je m’enfonce en elle, enfin !

Sur ma joue, la dureté du mur… Entre mes fesses, la raideur de votre sexe qui doucement pénètre mon sexe ouvert, offert, humide. Un cri, puis ensemble à l’unisson, dans un même rythme, nous voici unis, votre chibre glisse dans ce ventre accueillant.

Fort, plus fort, la folie nous prend, votre pénis entre et sort, baisant avec fougue mon sexe fou de désir.

Je donne des coups de reins répétés, chaque fois, mes hanches claquent sur ce cul magnifique et désiré, ses feulements de plaisir s’unissent à mes gémissements et au clapotis de nos sexes en fusion. Le désir monte, je sens la jouissance proche.

Soudain, un coup plus fort et votre semence inonde mon ventre, les spasmes de votre phallus déclenchent mes frissons et un cri plus intense de plaisir nous unis.

Quelques secondes, quelques minutes et nous voilà pantelants, le corps saoulé de plaisir, puis l’air un peu étonné nous nous regardons…

Et nous éclatons de rire et de jouissance, surpris tous deux de ce que nous venons de faire…

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche