Elle et Lui

Une saga de Arturo - 3 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

4 minutes de lecture

Épisode 2 : Un grand film

Une salle obscure de cinéma, la lumière saccadée de l’image. Côte à côte dans de profonds fauteuils. Un mouvement pour te détendre et ta jambe touche ma jambe. Un contact bref mais suffisant pour qu’une idée naisse dans nos esprits. Sur l’accoudoir le contact de ton bras avec le mien est prémédité. Je ne fuis pas… Mon immobilité est comme une invite.

Ma main ose se poser sur sa jupe… J’attends la gifle ou le retrait brusque… mais sa main rejoint la mienne et doucement la conduit jusqu'à toucher sa cuisse, juste à la limite de la jupe. Nos têtes toujours tournées vers l’écran, ma main caresse du bout des doigts ses bas qui crissent et au travers desquels je sens la chaleur et la douceur de la peau. Sa main m’accompagne toujours.

Sur l’écran, deux amants se retrouvent, un baiser long, chaud et sensuel entre les deux personnages. Nos visages se tournent en même temps, nos regards plongent l’un dans l’autre comme pour dire la même chose, mais aucun mot ne sort de nos bouches. Doucement, lentement nos visages se rapprochent, s’arrêtent juste avant ce contact que chacun redoute puis nos lèvres se touchent dans ce baiser furtif. L’envie de plus, le désir explose au creux de nos reins, nos mains l’une dans l’autre s’unissent plus fortement pour faire sentir à l’autre le désir fou qui nous embrase.

Ses lèvres ont touché les miennes… Et comme électrisée par ce contact, ma main s’enhardit, glisse et se faufile sous la jupe pour caresser ce sexe qui s’offre. Nos souffles se retiennent de peur d’être découverts. Mais nos corps brûlent de désir. Ma main joue à l’entrée de son sexe. Je sens sa chaleur et je perçois son bouton dressé à travers une fine dentelle. J’ai envie d’autres folies – mais le film se termine bien trop tôt, les lumières s’allument et stoppent notre manège.

La sortie du cinéma, tu es près de moi. Tu tentes ta main contre la mienne dans la foule. Je ne fuis pas et nos mains se rejoignent, nos regards se croisent… Une seule certitude, cette envie est bien ancrée en nous. Nous voici dehors dans la rue… mais où aller ? Une entrée d’immeuble, une porte cochère, nous entrons. Au fond de la cour, une porte. Nous nous regardons toujours sans un mot et ensemble nous ouvrons, c’est un petit garage à vélos. Le désir est insoutenable. Je te pousse contre le mur le moins éclairé. Nos deux mains se tiennent… Dans cette semi-obscurité nos regards se croisent. Le désir et l’envie s’y reflètent.

Nos bouches se rejoignent lentement, fuyantes puis soudées, nos langues se mêlent dans un baiser torride. Mes mains explorent les courbes de son corps pressé contre le mien, remontent des fesses aux hanches et des hanches aux seins. Je déboutonne son chemisier et ses seins lourds m’apparaissent, habillés de dentelle noire. Je les prends entre mes mains, je sens son souffle s’accélérer…

Tu t'empares de mes seins dont les pointes durcissent… Puis ta main droite redescend le long de mon corps, relève ma jupe et glisse vers le haut, caressant doucement ma cuisse gauche, lisse et brûlante. Elle approche de mon sexe, je décide d’en faire autant. Ma main glisse vers ton pantalon, je sens ton sexe gonflé… Le bouton saute, la fermeture descend et ma main se faufile dans ton slip jusqu’au contact de ton sexe.

Ses doigt caressent mon sexe gonflé, mais ma main, plus rapide, a atteint son clitoris. A travers la dentelle, deux doigt en jouent, le titillent, puis se glissent sous la dentelle. J’aime ce sexe déjà mouillé…

Mon plaisir augmente. Mon corps ondule sous la caresse… En même temps, au creux de ma main, ton sexe durcit.

Doucement mais fermement, j’écarte sa main de mon sexe. Je veux rester son maître. Nous pivotons, c’est elle à présent qui est dos au mur. Alors, je la retourne face au mur, j’étends ses bras en croix. Sa jupe déjà retroussée, elle se cambre, m’offrant son cul splendide, que la culotte ne préserve nullement de mes assauts. Mes mains les écartent ses fesses, ses hanches se cambrent encore plus. Je sors un préservatif, je l’enfile sans mal, le spectacle de sa vulve gonflée de désir rend mon sexe rigide comme une barre de fer !

Je sens ton sexe revêtu de latex se faufiler entre les replis humides de ma vulve. Tu joues à l’entrée, effleurant ma fente si douce de ton gland gonflé. L’impatience me gagne ! Enfin, d’un coup, me voici embrochée ! Je gémis et je sens ton souffle dans mon cou.

Je suis en elle, je m’enfonce profond, plus profond… Elle tourne la tête, je vois son regard rempli d’envie, ses lèvres se tentent vers les miennes et nos langues folles se lovent l’une sur l’autre. Je donne un nouveau coup de rein pour plonger davantage encore en elle et soudain, sans pouvoir me retenir, j’explose, tandis que son ventre chaud est secoué de spasmes.

Nous partageons ce moment de jouissance dans un gémissement commun. Je tombe d’épuisement, mais tu me rattrapes, tu me retournes et je t’embrasse à nouveau pour te remercier de cette jouissance et cette extase.

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche