2 minutes de lecture

Émilie est une vicieuse 2

Elle déposa son sac sur un fauteuil, et de la plus jolie des manières passa derrière moi, plongea ses mains sous ma chemise et m’embrassa de manière gourmande.

« alors mon chéri, tu vas bien ? tu sais que tu es un gros obsédé ! J’adore ! Hum je t’aime tu sais »

Une de ses mains atteignait mon nombril, je la saisis pour lui faire tâter mon gros paquet.

« oulala, déjà ! tu m’attendais toi ! »

J’acquiesçai et sans bouger l’attrapai sur mes genoux. Nos baisers passionnés ne trompaient pas, nous avions envie de baiser.

Elle se leva et fit signe de me suivre dans la chambre.

Je la retrouvai nu sur notre lit.

« Hep toi, d’abord à la douche s’il te plaît, je te rejoins tout de suite »

J’exécutais ! Trop heureux de me presser contre son corps sous une pluie fine.

La douche ne dura pas trop longtemps, afin que mon érection ne m’abandonne pas, elle avait tout préparé.

Enveloppée dans sa serviette humide, elle me jeta sur le lit. Ma bite était dure, mon gland bien rouge. Elle m’embrassa et descendit le long de mon ventre pour me sucer mon bout avec passion.

Je sentais sa langue caresser ma queue toute suintante. Cette langue était un supplice, elle descendait le long de ma verge pour me lécher mes couilles. Elle adore jouer avec, juste une extrémité de sa langue sur une boule puis l’autre pour enfin les avaler et recommencer.

Une fois bien préparée, elle monta s’empaler sur mon membre droit. Je la prenais doucement dans un premier temps, mais sentant qu’elle était déjà trempée, je lui mis tout au plus profond d’elle.

Elle se tenait a quatre pattes au-dessus de moi, mon bassin légèrement relevé pour bien l’enfiler. Durant ces quelques mouvements je la sentais son désir augmenter. Elle se redressa et commença sa danse sur mon jonc. Nous avions appris a bien nous connaitre et je l’accompagnai sans aucun problème dans cette chorégraphie. Et même si elle dirigeait le rythme, mes quelques percussions la transperçaient. Mes mains sur sa poitrine faisait perler de son jus délicieux, de longues trainées blanches s'écoulaient le long de ses seins. Plus je les pressais plus cela venait, je les prenais en bouche pour les sucer, boire à ses seins étaient un luxe qui me plaisait.

Tout en continuant de se déhancher, je lui prenais ses hanches pour la contrôler. Elle rentrait en transe, elle jouissait, de son abricot sortait un liquide chaud qui coulait le long de mon ventre.

C’était son premier jet. Toujours ensuite elle se retirait pour prendre de l’air, une fois remise, se glissait à nouveau mon sexe dans le sien. Les choses prenaient de l’ampleur, nous nous accordions avec bonheur. Je recommençais à jouer avec ses jolis seins, et elle en prit un pour me le presser dans ma bouche. Je bus une pleine gorgée, sous un puissant jet venant de son sein gauche. Je continuai à la culbuter. Et un de mes doigts bien placé à l’entrée de son sexe, la titillait. La tension montait, ses yeux roulaient, et dans un cri de toute beauté, elle gicla de tout son état sur mon ventre, ma bite mes couilles.

Tel un verre luisant j’étais trempé, tout ce jus, toute cette cyprine, elle me lustrait avec ses mains jouant à glisser sur tout mon corps, elle adorait.

Écrire à JoeFontaine

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche