5 minutes de lecture

Entre filles

— Bye, ma belle, j’espère te revoir bientôt, dit-elle en claquant un énorme baiser mouillé sur mes lèvres rougies et gonflées.

— J’y compte bien, c’était merveilleux, réponds-je en remontant la couette sur mon corps engourdi.

Je tourne la tête vers la porte de ma chambre, mais elle n’est déjà plus là… Mélodie, une sacrée lécheuse cette fille… J’ai pris un pied de malade ce soir, je n’en suis toujours pas remise. Je ferme les yeux et repense à cette folle soirée entre filles.

***

Tout a commencé lorsque j’ai fait mon « caprice », j’avais envie d’une nouvelle expérience et c’était, soit la sodomie, soit l’orgasme entre filles. J’ai choisi l’option numéro deux. Je suis allée sur un site de « rencontres d’un soir » et j’ai sélectionné des filles. Mélodie a répondu presque immédiatement et nous avons conclu un rendez-vous. Nous sommes allées « pique-niquer » dans un bois avant d’aller chez moi.

***

Quand j’arrive au point de rendez-vous, Mélodie m’attend déjà, allongée dans un coin d’ombre, en robe légère et vaporeuse. Elle se lève et vient me prendre dans ses bras lorsque j’apparais. Sa grosse poitrine vient comprimer la mienne et déjà, j’ai très envie qu’elle me malmène. Alors qu’elle m’enserre encore, je me permets de toucher ses fesses sculptées à merveille. Rondes et pleines, à peu près comme les miennes. Tandis que je retire ma main, la sienne se pose sur ma cuisse et remonte près de ma vallée avant de stopper net. Mélodie me relâche et plante ses yeux azur dans les miens en me tenant les bras le long du corps. Elle admire mon désir, celui qui fait briller mes yeux et les rend ténébreux. Je lui souris poliment, elle m’invite à m’asseoir dans l’herbe avant de dire :

— Si tu veux qu’on passe tout de suite à l’action, il faut qu’on aille chez toi.

Ses iris toujours connectées aux miennes, sa main se pose sur ses seins alors qu’elle se lèche les lèvres sensuellement. Pas besoin de réponse, je me lève, lui tend la main et l’entraîne avec moi, chez moi. J’avoue être pressée d’autant plus que cela fait des années que j’attends de pouvoir réaliser mon fantasme. Aujourd’hui, je n’ai plus une seconde à perdre, je fonce.

***

La porte de ma chambre à peine franchie, Mélodie se plante devant moi et me retire lentement mon chemisier, bouton après bouton avant de le faire glisser délicatement sur mes bras. Ma jupe est à terre aussitôt et par la même occasion, je suis nue, je veux dire, entièrement. Je n’avais pas mis de culotte et je ne porte jamais de soutifs. J’espère qu’elle n’entend pas mon cœur qui bat la chamade derrière ma poitrine, ni mon corps fourmillant d’impatience qu’elle me touche. Elle se recule de quelques pas, passe ses mains dans son dos et défait la fermeture éclair de sa robe beige. Mélodie fait glisser les bretelles sur ses épaules et se dévoile sous mes yeux. Je mouille, rien que de la voir nue. Elle possède un corps aux courbes parfaite. Fines épaules, seins volumineux, taille fine et cuisses splendide.

— Viens par ici, dit-elle en avançant vers le lit.

Je fais de longues enjambées pour arriver plus vite, je brûle d’impatience qu’elle pose ses mains délicates sur mon corps en surchauffe.

— Allonges-toi sur…

Mélodie n’a même pas fini sa phrase que je suis déjà dans le lit, allongée sur le dos. Elle me regarde et souris malicieusement avant de venir se penchée au-dessus de moi. Ses mains massent mes seins avec précision et ses dents mordillent délicieusement leurs pointes roses tendues. Sa langue les agace avec des mouvements rapides de bas en haut avant de les quitter pour me dévorer la bouche. Elle me fouille tandis que sa poitrine se pose sur la mienne. Le contact et saisissant, mais j’en veux plus, je veux goûter à sa vulve, je veux lécher le sexe d’une femme.

Mélodie s’éloigne de moi dans le lit pour aller à la rencontre de mon sexe en attente de plaisir. Son index s’insinue dans ma fente et en ressort humide, juste ce qu’il faut pour chatouiller mon clitoris. Le frisson et immédiat, mon bassin ondule à la rencontre de ses caresses, mes gémissements se font plus rapprocher, la cadence et la pression des doigts de Mélodie s’accélèrent et s’intensifie. Je me redresse sur les coudes afin de regarder ce moment érotique, partager entre filles.

— J’aimerais faire un 69, dis-je les joues en feu.

Immédiatement, elle prend place à l’envers au-dessus de moi, m’offrant une vue splendide de sa vulve et son anus. Ma langue part immédiatement à l’assaut de sa perle rare et la sensation du morceau de chair gonflée sous ma langue me donne un immense régal. J’étais sûre d’aimer la sensation d’un clitoris gorgé d’envie sous ma langue. Mes jambes commencent à trembler, mon orgasme approche à grands pas et apparemment, je ne suis pas la seule. Les mouvements de son bassin s’intensifient au même rythme que nos râles mélangés.

— Je ne peux pas jouir dans cette position, souffle-t-elle en me privant de sa jolie chatte rousse mouillé, je vais d’abord m’occuper de ton orgasme car le mien te réserve une surprise.

J’acquiesce sans comprendre tandis qu’elle approche son visage de mon sexe. Elle attrape mes cuisses et les relève pour que je garde les jambes en l’air et commence par mettre quelques coups de langue brutaux sur mon bouton d’or. Je m’agrippe aux draps lorsque sa langue experte roule autour en douceur pour le gonfler davantage et l’aspire, le recrache pour recommencer, plusieurs fois. Mon corps entier se crispe lorsqu’elle joue avec sa langue et son doigt. Elle exerce des mouvements rotatifs, à l’intérieur et à l’extérieur, mes mains tirent les pointes de mes seins et mon orgasme éclate dans de longs spasmes puissants. Je hurle mon plaisir tandis que ma jouissance dure encore, je halète, totalement dépourvue de souffle. Mélodie tapote sur mon clitoris pour intensifier davantage le plaisir, mais je ne peux plus rien supporter. Je m’arrache de ses caresses alors que mon sexe est terriblement sensible grâce à la jouissance immense qu’elle m’a donnée.

Il est temps de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Je serre les cuisses lorsque je me redresse et la bouscule pour qu’elle s’allonge dans le lit. Je lui ouvre les jambes et enfouis mon visage dans sa touffe de poils roux. J’écarte ses lèvres fines du pouce et de l’index pour libérer l’objet de mes envies. Elle possède un énorme clitoris que je déguste sans attendre. D’abord du bout des lèvres, je l’embrasse avant de faire glisser ma langue autour. Mon majeur joue près de l’entrée de son vagin avant de s’aventurer plus profondément à l’intérieur. Mes dents mordillent et effleurent le gros organe magique de cette femme magnifique.

— Touche-moi avec les doigts, dit-elle en posant sa main sur son cœur, l’autre agrippant le drap blanc.

J’enfonce deux doigts en elle tandis que mon pouce s’amuse à tourner sur son clitoris en imprimant une douce pression. Tout à coup, son corps et parcouru de longs spasmes violents, je retire mes doigts et continue d’agacer son bouton de rose quand soudain, Mélodie arque le dos, crie de plaisir et expulse de puissants jets de cyprine, quatre au total, une femme fontaine, magnifique !

Ses jambes se referment tandis qu’elle garde les yeux fermés pour reprendre son souffle. Je reste assise à ses côtés en effleurant son ventre de mes doigts toujours mouillés de son plaisir. Au bout d’un cours instant, elle se redresse dans le lit et me fait face :

— Tu as aimé ?

— Punaise et comment, réponds-je avant de l’embrasser langoureusement.

***

J’ai vraiment passé la meilleure nuit de toute ma vie et maintenant, il ne me reste plus qu’un seul fantasme à réaliser.

La sodomie…