1 minutes de lecture

Épisode 12 : Namur en juin - 18h30

Il n’a pas fallu plus de 10 minutes pour que nous soyons là, nus l’un comme l’autre.

Vous m’avez laissée me déshabiller seule. Je me suis glissée sous la couette. Oui, il fait chaud, mais je me voyais mal parader complètement dévêtue…

Vous êtes repassé par la salle de bain et ensuite, une serviette autour des hanches, vous m’avez rejointe.

Je sens un feu, un feu dévorant. Quelque chose qui nous intimide l’un comme l’autre…

Par où commencer ?

Je sais où se situent vos endroits « les plus sensibles ». Mais je trouve un peu indécent de commencer par là. Je voudrais laisser monter le désir autant chez moi que chez vous.

Encore… et longtemps.

Vous semblez plus pressé mais savez vous contenir.

Peut- être qu’au final, la plus « allumée » des deux, ce sera moi.

Nous avons les yeux fermés. J’aime ce moment où je retrouve votre souffle que je connais si bien, vos « hmmmm » quand l’excitation vous gagne. Je suis silencieuse. Je me baigne de cette sensation très tranquille. Je sais que notre « première fois », « cette » première fois sera réussie. Nous avons tant parlé de ce que nous aimions. Nous avons tant discouru au sujet du plaisir en général et en particulier qu’il serait incongru que ce premier moment dans un lit soit raté.

Sans ouvrir les yeux, vous vous mettez sur le flanc. Je suis à la droite du lit. J’espère que ce choix de côté ne vous déplait pas ? De votre main droite, vous reprenez vos caresses sur mes joues, vous m’embrassez légèrement. Je savoure.

« Hmmmm, Arthur, c’est délicieux… ne vous arrêtez surtout pas ».

Votre main droite descend de mon visage à mon sein gauche. Je soupire. Oui, encore.

Ensuite, c’est au tour de mon sein droit pendant que votre bouche a rejoint le gauche. Oui, encore.

Combien vous êtes doux, combien j’aime votre caresse. Vos lèvres me mordillent les tétons. Et j’aime cette morsure…

Vous me faites rouler… Je me retrouve sur le flanc, moi aussi. Nous sommes face à face.

Puis- je maintenant ?...