3 minutes de lecture

Hotel du nord

Je l'attends à un café en bas de son hotel. Je sirote ma Gueuze, je pense qu'elle doit être en train de se maquiller, de mater son cul dans le miroir, ce genre de choses. Son cul, je l'ai déjà vu. En photo. En video. Par internet. Ce soir, je vais pouvoir toucher.

La voilà. Elle a choisi une jupe et un débardeur assez décolleté. Bon choix. Je lui fais signe et elle vient s'asseoir en face de moi. Je lui dis bonjour en regardant délibérément ses gros seins. Elle rougit. Je ne me lève pas, on ne se fait pas la bise. Elle s'assoit, on échange quelques banalités pendant qu'elle boit la bière que je lui ai commandé.

Ca ne dure pas; on se lève, on traverse la rue puis le hall de l'hôtel.

Lorsque les portes de l'ascenseur se referment sur nous je tends le bras pour soulever sa jupe, jusqu'à voir le boxer noir qui moule son entrejambe. Je regarde sans rien dire jusqu'à ce qu'on arrive à son étage. Les portes s'ouvrent, sa jupe est en place et je la laisse passer devant, marcher jusqu'à la porte de sa chambre et l'ouvrir.

Je ferme la porte derrière moi pendant qu'elle pose son sac à main. Je lui prends la main pour l'amener au milieu de la chambre, debout. Je me poste en face d'elle et commence à la déshabiller. Je commence par la jupe : le bouton, la fermeture éclair sur le coté, la voilà qui glisse à ses pieds. Elle est assez grande, avec ses talons elle a presque ma taille. Je la fais s'agenouiller. De cette manière, je peux lui ôter son débardeur. Je me place dans son dos. Je tire sur les bretelles de son soutien gorge pour jouer avec ses seins. Je le dégrafe. Je l'enlève. Je caresse ses épaules, les masse quelques instants. Puis mes mains plongent et s'emparent de ses seins, les parcourent, les soupèsent, les enrobent. Je joue avec quelques minutes puis les délaisse. Toujours dans son dos, je baisse sa culotte à mi-cuisses et lui murmure à l'oreille : "Fais toi jouir".

Elle ne réagit pas tout de suite. Je fais quelques pas et commence à me déshabiller devant elle. Je plie soigneusement la veste de mon costume et la pose sur la chaise. Je suis déjà pieds nus avant que sa main n'atteigne son sexe. Je ralentis encore mes mouvements pour défaire les boutons de ma chemise, devant, puis les poignets. Je l'enlève. Je la regarde faire, elle a les yeux fixés sur la bosse de mon entrejambe. Je m'approche un peu pour défaire ma ceinture et faire tomber mon pantalon. Je le ramasse, le plie et il rejoint le reste de mes habits sur la chaise. Je me tourne, tout près d'elle, pour baisser mon boxer. Elle a mes fesses sous les yeux et laisse échapper un premier gémissement discret. Je me penche en avant pour faire glisser mon caleçon jusqu'aux chevilles. Et je me retourne. Je la laisse se finir face à mon offrande.

Je passe ma main dans ses cheveux pendant qu'elle agite ses doigts et se mordille les lèvres. Je caresse ses joues avec mon gland, et elle finit par jouir avec une série de petits cris réprimés. "Remets ta culotte et suce-moi". Je m'engouffre entre ses lèvres. Je lui tiens la tête et je baise sa bouche avec de petits coups de reins. Elle m'aspire goulûment, jusqu'à ce que je jouisse et au-delà. Je suis encore dans sa bouche quand je reprends mes esprits. Je me retire enfin, et la fais mettre à quatre pattes.

J'aime ce que je vois. Un beau cul bien rond, prêt pour la fessée, et qui n'attend que ça. D'abord deux grosses claques, une sur chaque fesse. Puis je les caresse longuement. Deux nouvelles claques. Je baisse à nouveau sa culotte qui est maintenant bien humide. J'insère très facilement un doigt dans son sexe. Je le suce. Deux claques. Je lui mets deux doigts, je les fais aller et venir doucement. Puis trois doigts.

Elle est très excitée, et moi aussi. Deux claques, et encore deux, plus doucement. Mes doigts à nouveau, deux, trois et même quatre. Encore deux petites claques, et une troisième qui atterrit sur ses grandes lèvres.

Elle laisse échapper un petit cri. Cette fois je mets mes doigts en pointe et je les enfonce en douceur. Les cinq. Elle gémit. Je pousse. Je la baise avec ma main, toujours en douceur. Je bande à nouveau, et son trou du cul me fait de l'oeil. Je retire ma main et lui déclare mes intentions en caressant son anus. Puis je m'agenouille derrière elle, j'écarte grand ses fesses et j'y vais. Oh oui. Ca fait longtemps que je rêve de l'enculer, et c'est bon. Elle se cambre et pousse sur ses cuisses pour m'aider à entrer en elle. Elle se remet à gémir, puis crier quand je commence à pistonner.

Je suis déjà presque sur le point de jouir quand je l'entends : "Arroses moi !". Je me retire. Elle se cambre encore plus, pose sa tête au sol et se remet à se masturber en gémissant très fort pour m'exciter. Je me branle et ne tarde pas à arroser son cul de trois jets de sperme que j'étale en caressant ses fesses. Elle jouit et je ne résiste pas à l'envie d'accompagner son orgasme avec une belle fessée.