2 minutes de lecture

Isatis - le voyage III

Après m’être fait jouir, j’enfilais en vitesse une culotte, un short et un t-shirt pour partir à l’université. Le ciel était bleu et je pouvais alors profiter de mon  trajet en vélo pour découvrir le paysage canadien. Les écureuils jouaient dans les rues et les parcs, et je restais toujours impressionnée par leur curiosité. La journée se passa normalement, j’enchainais deux cours d’histoire avant de terminer par un atelier de peinture. 

Une fois mes cours terminés, je décidais de rentrer directement à la maison pour rencontrer notre nouveau colocataire arrivé la veille. J’étais curieuse de savoir à qui j’avais emprunté la brosse à dents électrique...

Quand j’ouvris la porte, il était déjà là, entrain de boire un café.  Mes deux autres colocs n’etaient pas encore rentrés de leur stage au gouvernement, ce qui nous laissa du temps pour discuter. Il était australien et s’appelait Matt. Encore étudiant à 25 ans, il faisait un doctorat de sciences. Vraiment sympathique et intéressant, le jeune homme était blond et plutôt bronzé. J’appris alors qu’il faisait du skate board et du surf, quoi de plus normal pour un australien ! 

Pendant que nous discutions, je me suis souvenue que je n’avais pas mis de soutien gorge le matin. Je fais du 90c, mais cela ne m’empeche pas de ne pas en porter de temps à autre. Par contre, l’australien l’avait bien remarqué, et c’est son regard insistant en direction de mes tétons qui m’avait mis la puce à l’oreille. Merde... je n’avais pas envie qu’il pense que j’avais fait cela exprès ! Je continuais de lui poser des questions sur ses études quand je remarqua qu’une bosse commençait à se former  entre ses jambes. A la vue de ce début de Gaulle, mes tétons doublèrent de volume. Je devais rester calme, je continuais alors de lui parler en m’asseyant à table, pour qu’il ne puisse pas trop voir mes seins durcis. Que m’arrivait-il ? Le manque de sexe me rendait vraiment différente. Matt me proposa alors du café et, en se levant pour aller me chercher une tasse,  je pu voir très nettement sa bite en érection. Mes seins volumineux devaient vraiment lui plaire, et le t-shirt moulant que je portais n’aidait pas... cependant, être en érection devant moi n’avait pas l’air de le gêner plus que cela. Quand il revint de la cuisine, j’apperçu une tâche au niveau de son pantalon en coton. Du pré-éjacula coulait de son sexe dur, et je n’en pouvais m’empecher de regarder sa bite tendue. Ma culotte était mouillée et mes lèvres se gonflaient quand il me donna la tasse fumante en me disant : « excuse moi mais je suis vraiment fatigué, je vais aller me reposer dans ma chambre, on se voit plus tard ! » je l’observais alors monter les escaliers, le sexe tendu vers le ciel. 

Curieuse et excitée, je ne pu m’empecher de monter et de le suivre. Notre maison est assez vieille, et nous avons tous des serrures à l’ancienne. Il avait allumé sa radio et le volume était assez fort pour qu’il ne m’entende pas.  Par le trou de la serrure, je le vis alors baisser son pantalon et sortir sa bite. Elle était rigide et luisait, couverte de pré-éjacula. Quand il la pris entre sa main, une goutte coula même sur ses doigts. De l’index, il rattrapa la goutte et se caressa la verge doucement. Je sentais de la cyprine couler dans ma culotte, et je ne pu m’empecher de me pincer les tétons en le voyant se masturber. Il caressa alors doucement ses boules et un jet nacré sorti de son sexe raide. Le sperme avait giclé sur le sol, et à cet instant j’entendi la porte d’entree s’ouvrir. C’etait sûrement Ali qui rentrait de son stage ! Sans attendre j’entrais dans ma chambre.... à suivre