12 minutes de lecture

Jamais sans mon chéri


La pluie martèle les carreaux de ma fenêtre, emprisonnant mon esprit dans la même grisaille que ce début de week-end. Enfermée chez moi, je me sens si seule. Pelotonnée dans mon kimono, je soupire à l'idée de passer encore deux jours loin de mon chéri. Son travail l'a obligé à s'absenter quelques semaines, à m'abandonner, me laissant avec mes envies. La technologie nous permet d'être tout le temps connecté en temps réel mais rien ne remplace la présence physique...

La nuit que je viens de passer n'a pas fait exception aux précédentes, pleine de rêves érotiques, torrides, à n'en plus finir. Et puis le réveil. La frustration. La solitude d'un grand lit. Les sextos échangeaient avec Romain n'arrangent rien. Je me sens si seule en regardant à travers la fenêtre. Fatiguée de mal dormir. Fatigué d'attendre son retour. Fatiguée de mes sextoys qui ne comblent pas mes désirs. Fatiguée de facetime...

La météo annonce une accalmie dans la journée, ce que j'espère. Peut-être que l'arrêt de la pluie me redonnera un peu le moral. Mon chéri m'envoie un des rares messages de la journée, bien trop absorbé par son boulot. Il m'écrit de me montrer courageuse et de sortir si je le peux, ce que je compte faire lorsque le temps aura changé.

Ma journée défile lentement. Je cherche en vain une amie avec qui passer du temps mais celles qui ne sont pas parties en week-end, prévoient de rester sous la couette avec leurs hommes. Je les jalouse de pouvoir profiter des joies du sexe. J'en viens à compter les jours où je ne l'ai plus fait. Tant pis, je sortirai seule, j'en ai vraiment besoin.

La pluie cesse aux alentours de midi mais le courage me manque, mangeant à peine. Je me force tout de même à sortir plus tard afin de quitter cette langueur. Je mets un certain temps à me préparer, voulant me faire jolie malgré tout. Je m'habille comme si j'allais dehors avec Romain. Je n'oublie pas de prendre un parapluie. Une fois dans la rue, je marche sans savoir exactement où je vais. Je ne ressens pas l'envie d'aller faire du shopping. En fait, je n'ai pas envie de grand-chose.

Je continuer d'avancer sans me soucier de la destination, prenant l'air, regardant les passants sans me soucier du temps. Une nouvelle averse me surprend en plein boulevard avec peu d'endroits où m'abriter en attendant qu'elle cesse. Protégée de mon parapluie, je regarde les alentours, cherchant un lieu où me réfugier. Je me trouve près d'un club échangiste dans lequel je suis déjà allée.

Sans hésiter, je pénètre à l'intérieur, amusée par la destinée qui a guidée mes pas jusqu'à ce lieu. Je dépose mon manteau au vestiaire, le confiant à une hôtesse des plus charmantes avant de rejoindre le bar. Ici je sais que je ne vais pas tarder à avoir de la compagnie, à la différence d'un café se trouvant dans la rue, ce qui va me distraire quelque peu. Je ressens le besoin de parler et de ressentir un soupçon d'érotisme. J'envoie un texto à mon chéri pour lui révéler l'endroit où je suis. Je sais déjà que ça ne va pas le déranger.

Cela ne fait pas cinq minutes que je suis au comptoir lorsqu'un homme s'approche pour m'aborder. Son visage est agréable à regarder avec de grandes mains aux doigts fins. Cet inconnu serait-il pianiste ? Il est étonné que je sois seule et je lui explique le hasard de ma présence. Cela nous fait rire. Nous passons aux présentations où j'apprends qu'ils s'appelle Laurent et qu'il n'est pas venu seul. J'accepte de me joindre à leur table. Son ami Sébastien est différent de lui, plus petit, plutôt maigre et les cheveux très courts.

Nous discutons un long moment où je leur apprends que j'ai un compagnon qui est en déplacement. Les deux me révèlent qu'ils sont des habitués de ce club et ils me proposent d'aller au spa. Les rares fois où je suis venue avec Romain, nous n'y avons pas été. Je décline leur offre en m'excusant. Je m'attends à ce qu'ils s'en aillent mais au contraire, ils restent discuter avec moi. J'en viens à me confier sur mes précédentes visites dans ce lieu.

J'hésite à leur révéler qu'avec mon chéri, nous avons une sorte de contrat moral par rapport à nos relations extra-conjugales qui m'interdit de faire quoi que ce soit pendant son absence. Lorsqu'il est présent, cela ne le gêne pas que d'autres hommes profitent de moi, du moment qu'il peut participer ou du moins qu'il soit là. Il lui arrive aussi de coucher avec d'autres femmes mais à la différence qu'à aucun moment je ne reste passive.

J'apprécie que mes deux compagnons de fortune ne se montrent pas insistant avec moi et qu'ils ne restent que pour parler. Je regarde mon portable et découvre un message de Romain me traitant de coquine. Il ne dit rien de plus, notre relation est basée sur la confiance, sinon cela ne pourrait pas fonctionner.

Lorsque je vais pour partir, Laurent m'informe qu'il a passé un agréable moment en ma compagnie. Lui et son ami craignaient de devoir rester seule dans leur coin toute l'après-midi. Il me donne son numéro au cas où je reviendrais avec mon chéri. Je le prends sans hésiter, trouvant cet homme des plus charmants et me disant que peut-être il sera le prochain pour un plan à trois.

Les deux me raccompagnent jusqu'à la sortie, préférant eux aussi rentrer. La pluie ne semble pas avoir cessé depuis mon entrée. Je pousse un soupir en sachant que je risque d'être trempée sur le chemin du retour. Laurent propose de me raccompagner en voiture ainsi qu'à son ami. Il est garé tout près, me montrant sa voiture du doigt. J'accepte volontiers, me sentant suffisamment en confiance avec eux et puis cela m'évite d'être mouillée.

Pendant le trajet où je lui indique le chemin jusqu'à mon immeuble, nous reprenons notre discussion, parlant de tout et de rien, riant beaucoup. La pluie redouble d'intensité. Lorsqu'il arrive à mon bâtiment, il se met en double-file pour que je n'ai pas trop de trajet à faire jusqu'à la porte d'entrée. J'apprécie cette attention. Je leur fais la bise et au moment de sortir, un véhicule devant nous sort du stationnement. Aussitôt, pour les remercier de m'avoir reconduite, je leur offre de monter chez moi prendre un verre et d'attendre une accalmie avant de reprendre la route.

Nous traversons ensuite en courant les quelques mètres pour rejoindre le porche. Je les invite ensuite à me suivre jusqu'à mon appartement. Ils me remercient de les accueillir pendant que je sers à boire. Laurent refuse de prendre de l'alcool, préférant un jus de fruit puisque c'est lui qui conduit. J'informe Romain que je reçois les deux hommes chez nous. Cette fois-ci, il se montre plus grossier en me traitant de salope, mais je vois dans son message qu'il n'est pas contrarié.

Installés dans le salon, nous nous montrons plus à l'aise, même dans la conversation. J'explique à mes deux invités la façon dont ma relation fonctionne avec mon compagnon. Laurent regrette que mon chéri ne soit pas là. Je lui réponds que ce sera peut-être pour une prochaine fois. Plus le temps passe, plus notre échange ne tourne qu'autour du sexe et de ce que nous pourrions faire. J'apprécie qu'ils se montrent respectueux en ne tentant rien. Il n'y a aucun mal à n'échanger que des mots.

Nous approchons du début de soirée. Laurent m'informe qu'il ne va pas tarder à partir et que tout ceci l'a bien excité. Sébastien, dont l'alcool lui a donné plus d'assurance, annonce qu'il va se masturber en pensant à moi. Je rougis instantanément mais je ne m'en montre pas offusquée. Je ressens également l'envie de me toucher en imaginant ce que nous aurions pu faire.

Je reçois un message de Romain qui me demande si bientôt nous pourrons nous voir grâce à facetime. Amusée par son texto, je le lis à haute voix à mes invités.

— Nous pourrions te faire l'amour pendant qu'il te voit être prise grâce à l'appli, me dit Laurent en lançant un clin d’œil.

Sébastien se met à rire mais je sens que son ami est sérieux. Quant à moi, autant dire que si je peux avoir un véritable sexe dans mon vagin, cela me plairait beaucoup. Surtout que j'apprécie ces deux hommes. J'envoie cette proposition à mon chéri et attends nerveusement sa réponse. Celle-ci met du temps avant d'arriver. Nous nous regardons tous les trois sans oser parler, nos yeux plein d'espoirs.

Je reçois son accord mais uniquement si la visioconférence commence maintenant. Je demande à mes invités qui n'hésitent pas une seconde et nous lançons l'appel dans la foulée. Je sais que Romain a emmené son ipad sur lequel il a ses films pornographique et que c'est avec cette tablette qu'il va me répondre afin de mieux profiter du spectacle.

Au départ, nous sommes tous un peu gênés mais Laurent me prend le téléphone des mains et le passe à son ami qu'il charge de nous filmer pour le moment. Il se met à côté de moi et commence à m'embrasser, une main posée sur ma poitrine. Mon chéri fait un commentaire, appréciant cette approche tandis que Sébastien lui dit qu'il a de la chance d'avoir une jolie femme et le remercie de la partager.

N'étant pas novice dans ce plaisir, même si le procédé diffère puisque mon compagnon n'est pas physiquement présent, je me laisse aller sans retenue. Je caresse la bosse qui déforme son pantalon, appréciant déjà sa dureté, regardant par moment en direction de Sébastien et du téléphone. La bouche de Laurent dans mon cou me fait frémir, autant que sa main se posant sur mon entrejambe. Je décide de profiter pleinement de cette situation, toute exaltée de ne pas avoir besoin d'utiliser de sextoys ce soir.

Je change de mains, me retrouvant entre celles de son ami. Il malaxe mes seins, remontant mon haut pour mieux les sentir, ce qui excite davantage Romain. Il les descend plus bas, glissant sous ma jupe et découvre que je porte en fait des bas. Aussitôt, j'ai le droit au surnom de coquine. Laurent s'approche de nous pour retirer l'un des voiles fins recouvrant ma jambe tout en tenant le téléphone.

Je me retrouve entre les deux, la jupe relevée, ma culotte exhibée à la vue de mon chéri ravi. Tous deux me caressent les cuisses, effleurant à leur tour mes lèvres de leurs doigts. Je ne reste pas sage et attrape leurs verges prisonnières de leurs vêtements, les pressant autant que possible avant de m'arrêter pour les laisser me dévêtir de mon haut.

Leurs baisers dans le cou me rendent dingue, me faisant gémir faiblement. Ils prennent le temps de parcourir mon corps avec leurs caresses. J'imagine qu'ils attendent ce moment depuis l'instant où je les ai à leur table. Ils apprécient que je ne sois pas timide, me montrant au contraire active autant que possible. Sébastien défait le bouton de son pantalon pour me permettre de glisser ma main dessous. Je ne m'en prive pas, attrapant directement son sexe chaud sous le caleçon.

Ils m'enlèvent la jupe avant d'arrêter. Ils le lèvent et me laissent seule, filmée par l'objectif de mon téléphone, laissant mon chéri profiter de moi avec mon ensemble aubade et de ce calme avant la tempête. Les deux amis échangent des mots à voix basse avant que Laurent fonde sur moi. De son côté, son ami a retiré ses vêtements en dessous de la ceinture, dévoilant une érection impressionnante.

Mon soutien-gorge est déposé avec délicatesse sur le rebord du canapé avant que sa bouche ne vienne se poser sur mon sein droit, mon téton entre ses lèvres. Sa main caresse mon sexe à travers le tissu, me faisant défaillir. Il tète habilement chacun de mes valons jusqu'à ce qu'il m'embrasse de nouveau. Je défais son pantalon et sors sa queue bien érigée avec laquelle je commence à jouer. J'entends des bribes de commentaires de la part de mon compagnon et de Sébastien.

Ce dernier prend ensuite sa place, cédant le portable contre la possibilité de profiter de moi. Il s'empresse de me retirer la culotte avant d'inviter à voir de plus près ma chatte. L'écran désormais se trouve près de mon entrejambe. Sébastien enfonce un doigt dans mon vagin, ce qui me fait gémir. Il insiste un moment avant que son ami n'insère un doigt à son tour. Lui de son côté, caresse ma poitrine avant d'approcher son sexe de ma bouche. Sans qu'il ait besoin de me le demander, je gobe sa queue.

Pendant cette fellation, Laurent continue de me doigter. Les deux retirent tous leurs vêtements. J'attrape la deuxième verge pour la masturber, jouant ainsi avec mes amants, récoltant un salope de la part de mon chéri suivi d'un t'aimes ça ! Le canapé n'étant pas ce qu'il y a de plus confortable, nous passons dans la chambre, sur le lit. Je me retrouve poussée sur le dos, deux doigts en moi, la tête tournée sur le côté, suçant une deuxième bite.

Je suis complètement offerte, laissant mes deux amants me guider vers leurs désirs pour mon plus grand plaisir. Je n'oublie pas la présence vidéo de mon mari et cela m'enflamme davantage de le savoir si loin à mater sur son ipad ce qui se passe chez lui. Je me demande même pourquoi nous n'y avions pas pensé plus tôt. Le téléphone change de mains, tantôt pour montrer les doigts fouillant mon sexe glabre, tantôt pour filmer la pipe.

Laurent se retire de ma bouche pour enfiler un préservatif. Sébastien me fait me mettre à quatre pattes, me demandant de mettre ma tête vers lui pour insérer de nouveau sa verge dans mon bec. Il me trouve bien docile, ce que confirme Romain. Derrière je sens son ami qui pose sa queue entre mes lèvres et s'enfonce doucement en moi jusqu'à la garde. Je pousse un râle de plaisir d'être enfin remplie, d'autant plus par un autre homme que mon chéri.

Mon baiseur augmente la cadence et au bout d'un certain temps, j'en viens à retirer le sexe de ma bouche pour le prendre dans ma main. Je relève la tête pour regarder l'homme en face de moi. Le téléphone a de nouveau changé de mains et je comprends que mon chéri doit me voir en train de me faire prendre en gros plan. Tout cela ne fait qu'ajouter du plaisir, surtout lorsqu'il me prend plus fort, sans ménagement, après avoir redonné le portable à Sébastien.

Ce dernier recule pour montrer mon visage pendant que je suis prise par son ami avant de se mettre sur le côté. Les trois hommes font quelques commentaires qui renforcent mon excitation. Je sens mon orgasme venir, m'envahir, me donnant d'énormes bouffées de chaleur. Mon ventre explose en une multitude de sensations indéfinissables. Laurent se met à jouir à son tour dans un faible râle contenu. Il se retire ensuite, ce qui me permet de m'allonger un peu pour reprendre des forces.

Le deuxième homme enfile rapidement une capote et me demande de me tourner sur le dos. J'accepte volontiers, n'ayant plus besoin de me retenir pendant les coups de rein qu'il va me mettre. Il s'enfonce d'un coup puissant en moi. Je pousse un hoquet de plaisir avant d'agripper la couverture sous moi quand il commence son assaut. Son entrée en matière n'était qu'un prélude, me faisant comprendre que la symphonie jouée par nos corps sera plus bruyante et sans répit.

Le plaisir monte de nouveau en moi, mes jambes en l'air posées contre son torse, de chaque côté de sa tête. Mise ainsi sa verge me pénètre profondément, me faisant défaillir de nouveau. Je gémis sans pouvoir me retenir. J'ai l'impression d'avoir un feu ardent commençant à partir de la poitrine et descendant jusqu'aux cuisses. Toute cette partie de mon corps brûle dans la volupté.

Les yeux clos, j'entends Laurent et Romain faire des commentaires. Sébastien me procure un nouvel orgasme, suivi d'un autre avant que lui aussi ne finisse par jouir.

Je reste affalée sur le lit, sans aucune gêne, repue. Je manque de force pour me lever. Mes deux amants viennent me rejoindre, toujours nus, se mettant chacun d'un côté. Mon compagnon nous voit collés ensemble. Il les remercie pour ce moment et d'avoir su me satisfaire. Je m'endormirais bien contre eux mais il est temps pour nous de se quitter. Mais avant cela, nous immortalisons ce moment en prenant une photo en utilisant le miroir de mon placard, tous trois enlacés sans s'être rhabillés.

Je n'enfile qu'une nuisette pour les raccompagner jusqu'à ma porte. Une fois qu'ils sont partis, je décide de prendre une douche avant d'appeler de nouveau mon chéri.