3 minutes de lecture

JE VEUX // partie 1

C'était la semaine dernière.

"Je veux que tu sois nue sous ta robe en sortant du train". C'est donc nue sous une robe grise achetée ensemble un mois auparavant qu'elle sortit du train, énervée et fatiguée, mais belle. On s'embrassa et elle m'expliqua la cause de cet agacement, l'homme devant elle était lent. Je souris et l'embrassa, la réconfortant de cet ennui.

Durant plus d'une semaine avant son arrivée nous avions préparé ce court week-end. Les études nous éloignant, nous ne nous étions pas vu depuis un mois environ et le manque se faisait ressentir des deux côtés. Bien qu'habitués à l'éloignement, l'idée de ce week-end nous rendait impatients et ces messages échangés n'arrangeaient rien.

"-Je te propose un truc.

-Dit moi ?

-Ce week-end ensemble, tu me seras soumise."

Bombe larguée...  Mais on avait déjà expérimenté ces choses, nous avions déjà joué à ça, rapidement, pour voir, le temps d'une soirée.

Elle me dit "comment ça ?"

"-Du moment où tu descends du train, jusqu'au moment où tu y remonte, tu m'appartiens entièrement, n'importe où. Je ferai ce que je veux de toi

-C'est à dire ?..

- On discute ensemble de ce qu'on est prêt à faire, de ce qu'on a envie d'essayer, de ce qu'on ne veut pas. On établit les règles, les droits et les devoirs de chacun. C'est important pour que ça se passe bien, t'en penses quoi?"

J'aurai tout donné pour lui dire ça en face, voir sa réaction, ses expressions face à ma proposition.
Elle accepta finalement, sans vraiment de méfiance, ce qui me toucha. Le lendemain nous entamions nos conversations par sms "on va se proposer des trucs, je veux qu'on discute, qu'on comprenne vraiment ce dont on a envie". Cette conversation durera jusqu'au soir, on avait fait le tour, on était d'accord sur la plupart des choses... Notre vocabulaire pudique était en totale contradiction avec nos idées : "tu veux bien descendre si on est dehors, ou au ciné?", "L'oeuf vibrant devant et moi derrière?...", "je te punirai vraiment si tu ne m'écoute pas... D'accord?" Elle répondit oui à la majorité de mes propositions, de son coté, elle savait que j'étais ouvert un peu à tout.

Je lui demandais le lendemain soir de choisir des tenues, et de m'envoyer des photos pour que je puisse choisir ce qu'elle portera durant nos quelques jours ensemble. Sur la première photo elle porte une jupe assez courte en cuir marron, avec une petite chemise transparente ouverte de 4 boutons. Elle porte sur la deuxieme photo que je reçois une combinaison noire, assez moulante, décolletée, tout à fait classe et sexy. La troisième photo arrive, elle ne porte qu'une jupe, et un soutien gorge, puis un jean taille haute et un haut noir moulant sur la quatrième photo... Je lui dis de tout prendre, et de ne pas oublier de prendre un legging, c'est mon petit fetish bizarre. Je lui laissais le choix de la lingerie, elle me connaît, elle sait ce que j'aime, elle saura quoi mettre...

Ça y est, elle monte dans le train, dans deux heures je serai avec elle, elle sera à moi, entièrement... J'aurai tous les droits sur elle. Je lui ai demandé si elle avait peur, et si oui de quoi.

"-D'avoir honte et d'avoir mal

-Honte par rapport à qui ?

-À moi!"

C'était là la meilleure occasion de lui expliquer le fond de mon idée:

"- Tu n'auras pas à avoir honte, tu seras à moi. Je prendrai les responsabilités pour nous deux, ton corps ne t'appartiendra plus, et tu pourras te laisser aller sans honte ou gêne car tu ne l'auras pas choisi. Quant à la douleur, elle sera supportable. Tu as compris ? "

"Oui" me répondat t-elle accompagné d'un coeur.

"Alors tu es prête?"

"Oui je le suis bébé."

"Je t'attendrai sur le quai de la gare, tient moi au courant si tu as du retard. A tout à l'heure mon coeur, je t'aime."


Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche