1 minutes de lecture

Juste une fois.

C’est plus fort que moi, plus je te combats plus tu me poursuis. Tu finis toujours par me rattraper dans mes rêves, dans ma façon de regarder les gens, dans mes pensées. Quand je crois t’avoir oublié, tu réapparais, plus fort que jamais, venu du plus profond de mon être.

Tu es mon fantasme inassouvi, mon rêve inavouable, mon désir charnelle véritable.

Tu es pulsion de vie et de destruction. Tu n’es pas compatible avec ma vie et si tu l’étais tu ne serais plus fantasme mais pure réalité. L’interdit et l’inatteignable rendent les choses plus désirables encore, leurs donnent un parfum volcanique.

Tu as été ce regard croisé un jour, ces peaux qui se frôlent, ce frisson qui m’a dévoré, ce feu qui a embrasé mon corps. Tu es devenu désir qui me hante, flashs éveillés de nos corps emmêlés, nos lèvres qui s’ouvrent sous l’effet du plaisir. Tu es devenu sauvage et viril, mon corps contre un mur, ta bouche sur mes seins et ta main sur ma cuisse.

Tu es mon corps palpitant et humide qui se réveille à contre cœur, qui voudrait encore profiter de ce moment de grâce où tu me prends, où je sens tes mains glisser sur tout mon corps, où le temps d’un instant mon corps ne répond qu’à toi, secrètement. Vivre cet interdit dans ce demi-sommeil, vouloir y rester encore, puisqu’ici il n’y a pas de conséquences, puisque tu n’es qu’objet de mon désir.

Et moi, suis-je le fantôme qui te hante parfois ? Suis-je celle qui résiste ou qui s’abandonne ? Suis-je en toi comme tu es en moi ? Suis-je celle qui te fait faillir ?

Oublions qui nous sommes. Juste une fois. Oublions jusqu’à nos vies et nos amours. Oublions si nous sommes femmes ou garçons. Laissons-nous porter par ce flow, cette pulsion qui nous pousse à vivre maintenant. Rejoins-moi. Approche-toi. Regarde-moi. Approche-toi encore. Embrasse-moi. Enlace-moi. Mets tes mains sur moi. Offre-moi ta langue. Offre-moi ta fougue. Caresse-moi. Fais-moi vibrer. Glisse tes doigts en moi. Fais-moi gémir. Mords-moi. Ne t’arrête pas. Laisse-toi faire. Sens ma bouche et mes lèvres t’enlacer de chaleur. Abandonne-toi. Plaque-moi au mur. Pénètre-moi. Porte-moi contre toi. Glisse en moi. Fais-moi savoir que tu aimes ça. Jouie en moi et emmène-moi avec toi. Dis-moi que je suis belle. Embrasse-moi une dernière fois.

Tu resteras objet de mon désir. Tu resteras ce corps que je voudrais en moi. Tu resteras l’inacceptable, le délit, la frustration, celui que mon corps réclameras encore et encore dans mes rêves. Tu resteras cette part sombre qu’on tente de dissimuler, cette envie irrépressible de ne répondre qu’à l’appel de son désir. Juste une fois.