2 minutes de lecture

Korana 2 - Initiation

  • Vibrez pour la version audio de cette histoire

    Durée : 03:05 min

    Le sexe jouait toujours le premier rôle dans nos rencontres, même s’il n’était pas toujours en scène dès le début. Elle semblait en manque, je n’ai jamais su si elle l’était vraiment…

    Écoutez l'extrait érotique

    Inscrivez-vous gratuitement pour écouter la version complète !

Le sexe jouait toujours le premier rôle dans nos rencontres, même s’il n’était pas toujours en scène dès le début. Elle semblait en manque, je n’ai jamais su si elle l’était vraiment…

Nous avons progressivement passé en revue les nombreuses façons de jouir et de faire jouir… C’est ainsi que j’ai commencé à apprendre à deviner ses désirs.

Un soir, au début de notre entretien, elle insiste pour me déshabiller entièrement – elle porte encore une guêpière et une jupe. Puis elle me tourne le dos avant d’aller se mettre à genoux sur le lit. Jetant alors un regard par dessus son épaule pour observer ma réaction, elle retrousse sa jupe, dévoilant une absence totale de slip, culotte ou autre accessoire de ce genre. Le spectacle qui s’offre à moi me fait m’agenouiller avec respect – respect qui ne m’empêche pas d’aller immédiatement fouiller de la langue au fond de sa vulve, qui semble saliver autant que ma bouche… Je savoure comme il se doit, je dévore, je bois à longs traits…

Ce délicieux hors-d’œuvre m’a donné un appétit d’ogre et je me redresse, tout prêt à remplacer ma bouche par mon sexe. Mais la position de son bassin semble tout d’un coup moins favorable. A nouveau, elle me regarde par-dessus son épaule et cette fois, elle porte sa main gauche à sa fesse, qu’elle écarte pour mieux dévoiler son anus… Et toujours, son regard planté dans le mien…

J’ai comme un nœud au creux du ventre, je me sens presque redevenu puceau, mais mon sexe, lui, n’a aucune timidité. Elle me couve toujours des yeux, faisant monter mon désir, si possible ! Sous son regard approbateur, je crache un peu dans le creux de ma main et j’humidifie mon gland, puis je le dirige vers son anus… Le premier contact provoque un soupir approbateur. Aucun doute. Je pousse ! Tandis qu’elle pousse à ma rencontre. Je la pénètre, elle m’enserre étroitement, je pousse encore, je suis à fond, je recule, une pression élastique enveloppe mon sexe, encore un coup de reins, encore, encore… Elle hurle presque, mais ses fesses participent activement à mes poussées, finalement c’est moi qui hurle de plaisir, avant de retomber, épuisé, à côté d’elle…

Elle m’affirmera que c’était sa première fois. Et elle me prouvera par la suite bien souvent qu’elle avait aimé ça et qu’elle continuait à l’aimer…

A suivre…

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche