L'amour en musique...

Une saga de Mysterious - 38 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

4 minutes de lecture

Épisode 30 : J'ai envie de laisser libre cours à mon désir

J’ai glissé ma main dans le tanga de Laura. Pour beaucoup d’hommes, ce serait banal. Normal, quoi. Pour moi, c’était important et ça représentait énormément. Je me permets juste de rappeler qu’il s’agissait de pas mal de premières fois en une.

Ce n’était que pur plaisir de maintenir ce contact intime et privilégié avec la jeune femme. Elle m’avait rendu fou et j’avais craqué pour elle. C’était aussi simple que ça.

It Must Have Been Love de Roxette…

J’avais la main à l’intérieur de son sous-vêtement et je la passais légèrement… doucement sur sa peau. A l’exception de son pubis en «ticket de métro», la peau était nue alors que je m’attendais à toucher un doux duvet de poils. Plus je me rapprochais de son puits d’amour, plus ce n’était que pur délice…

Je sentais qu’elle n’avait pas encore bien sûr les lèvres écartées. Ça demandait de moi que je sois patient et que je continue d’exciter davantage Laura. En d’autres termes, que je prenne mon mal en patience, si l’on peut dire, et que je me consacre encore et encore, encore et toujours, au plaisir de ma partenaire.

Néanmoins… je sentais, quand je la caressais distraitement, qu’elle mouillait déjà un peu.

Elle n’avait donc pas menti.

Elle ne faisait pas semblant.

Elle avait décidé de s’offrir à moi. Elle se donnait à présent corps et âme… et j’aimais ça.

La peau de son abricot était toute lisse et c’était… trop bon de passer ma main dessus, délicatement. Dans un instant de folie, l’envie et le désir firent que je passais ensuite le bout d’un doigt le long de sa fente, de haut en bas puis de bas en haut, et ce plusieurs fois d’affilée. Ça avait un impact psychologique puisque j’en étais à la fois excité mais aussi… ému. Eh oui… Ça me faisait… beaucoup d’effet.

Son mont de Vénus a beau être orné d’une jolie petite bande verticale de poils… son sexe, lui, est glabre. Il est… agréable au toucher.

She’s on Fire de Amy Holland…

Et justement, rien qu’au toucher… sa porte du plaisir me donnait vraiment envie. Mais… vraiment, je veux dire ! Laura a réellement un beau minou. Pour ne rien «arranger» à cela, elle a une poitrine magnifique. Et sa bouche pulpeuse… Et son ventre plat… Et ses yeux de femme fatale… Rhoo… !

Je continuais de faire coulisser le bout de mon doigt le long de l’entrée de sa fente.

On était face à face. Corps à corps. La magie et l’alchimie s’étaient créées entre nous deux. L’un appartenait à l’autre. L’autre appartenait à l’un. C’était comme ça. Nous étions sur la même longueur d’onde.

J’étais de plus en plus conscient, malgré mon inexpérience, que Laura prenait du plaisir avec moi. Je faisais tout ce que je pouvais… je faisais tout ce dont j’étais capable pour qu’elle passe un moment aussi agréable que possible.

Un peu plus tôt dans la soirée, quand on était dans sa voiture et qu’elle me suçait, après le concert au bar des Amours mortes, elle m’avait dit, comme ça, dans le feu de l’action, qu’elle m’imaginait, ma tête entre ses jambes et que je m’occupais de sa «belle petite chatte appétissante»…

A présent, elle était presque entièrement nue. Elle ne portait plus que le tanga et rien d’autre qu’un peu d’huile de massage sur les seins. Ce tanga était mouillé et il allait finir, à un moment ou à un autre, par être détrempé si je continuais dans cette voie… De plus, moi, à mesure que je caressais Laura et que j’avais la main dans sa culotte, j’étais bien plus intime avec elle. Je voulais donc laisser libre cours à mon imagination. Libre cours à mon inspiration. Libre cours à l’action. Tout simplement… j’avais envie de laisser libre cours à l’amour et au sexe.

Pendant un bref laps de temps, j’ai enlevé ma main du sous-vêtement humide de ma partenaire, coquine à souhait. J’ai regardé Laura dans les yeux et je l’ai embrassée avec appétit et avec fougue. J’avais pris l’un de ses seins rebondis dans ma main et je l’empoignais. Ma main est ensuite remontée jusqu’à son cou et elle s’est posée sur sa gorge. J’ai alors fait remonter encore un peu plus ma main et j’ai effleuré de ses doigts. La main en question, c’était celle qui… la caressait, quelques instants plus tôt.

Laura a léché l’un de mes doigts, doigt qui avait été badigeonné de sa cyprine. Elle léchait ce doigt avec avidité. Puis, sa bouche s’est ouverte pour forme une sorte de «O ». J’ai alors pénétré ses lèvres de quelques centimètres et la jeune femme s’est mise alors à me sucer mon doigt de la même manière qu’elle aurait sucé ma queue. Elle goûtait à sa saveur. Elle en a émit un nouveau bruit de plaisir, un peu comme un gloussement. Elle y prenait du plaisir.

Quant à moi, j’avais senti son liquide d’amour sur mes doigts mais je ne connaissais toujours pas sa saveur. Qui plus est, je brûlais littéralement de lécher son sexe mouillé et de le manger…

Je me suis alors agenouillé de nouveau tout en prenant le soin d’effleurer sa peau avec ma bouche, de haut en bas, au fur et à mesure que ma tête descendait progressivement.

What the World Needs Now Is Love de Jackie McShannon...

J’avais à présent la tête à hauteur de son pubis. J’étais quasiment à hauteur du tanga humidifié par sa cyprine. Je voyais à présent l’état d’excitation de Laura. Je voulais cependant en voir bien davantage maintenant…

J’ai légèrement écarté le tanga et j’ai enfin vu de mes propres yeux sa magnifique chatte…

Elle était effectivement… appétissante. J’avais vraiment de la lécher avec gourmandise…

J’ai alors approché ma tête de son sexe et j’y ai placé mon visage. J’ai d’abord embrassé puis j’ai donné un premier coup de langue alors qu’elle ne s’y attendait peut-être pas…

Hmmm… Elle avait un très bon goût. Certes, salé mais… j’aimais ça.

Laura a gémi.

Ça m’a donné encore plus envie...

Écrire à Mysterious

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche