L'amour en musique...

Une saga de Mysterious - 41 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

3 minutes de lecture

Épisode 34 : "Something that you said..."

Ma langue sur la peau rose, claire, lisse, intime de cette coquine de Laura… Je laissais libre cours à son inspiration. Ma langue butinait sur cette porte du plaisir, certes fermée mais… humide, ruisselante. De mes deux mains, je palpais les grandes lèvres, plutôt épaisses, et je les faisais coulisser l’une sur l’autre. Je les massais. Je les touchais.

Laura avait désormais le souffle court. Disons que… peut-être que… j’étais en train de lui couper le souffle, avec mes baisers, mes caresses et mes léchouilles…. Tout ce que je savais, c’était que Laura exprimait son plaisir par des sons… et ça m’excitait, moi aussi. J’y prenais du plaisir.

Lonely Together d’Avicii et de Rita Ora…

A force de m’amuser, si l’on pouvait dire, avec les grandes lèvres de Laura en les faisant coulisser l’une sur l’autre, et vice et versa, non seulement j’y prenais du plaisir mais je mourais aussi d’envie de les écarter, d’être plus près, encore, de son intimité la plus profonde.

Je n’avais d’yeux que pour sa belle petite chatte appétissante…

C’était elle qui était, à ce moment-là, l’objet de toute mon attention.

Cependant… et même si la lingerie m’excitait beaucoup, elle me gênait dans le cas échéant.

Je suis resté dans la même position et j’ai fait coulisser le petit bout de dentelle.

Je tenais le tanga bleu poudre aux motifs de fleur par ses extrémités. Ce geste me permettait d’utiliser ce prétexte pour pouvoir effleurer la peau douce, rosée de ma partenaire.

Je désirais tellement Laura.

Open Your Heart de Madonna…

De la sorte, Laura m’était offerte, debout, les jambes écartées, alors que je la léchais volontiers, avec délice.

Il faut se méfier parfois des apparences, non ?

C’était moi qui étais à ses pieds et qui étais occupé à la lécher, accroupi… C’était moi qui étais au service de son plaisir et qui le lui en donnais.

Certes, la position n’était pas confortable, parfois. Mais, je n’avais pas du tout ça en tête pendant que je portais son sexe humide à ma bouche et que je me faisais l’instrument de son plaisir. Je le lapais, un peu comme un chat qui boit du lait dans un petit bol. Laura, elle, me maintenait encore et toujours la tête contre son intimité. Elle me tirait les cheveux pour maintenir son emprise sur moi.

Sing for Absolution de Muse…

Laura continuait de pousser ses petits bruits de plaisir «Laura va jouir...»

De temps à autre, je levais les yeux vers elle car l’idée de la VOIR prendre son pied me rendait curieux et m’excitait à la fois.

Et, à ce moment-là, quand je l’ai regardée, elle avait les yeux fermés et les lèvres entrouvertes. Je voyais ses mains le long de son corps et l’un d’elles qui était plongée dans mes cheveux.

Laura avait le souffle court et quand je l’ai regardée, toujours à ce moment-là, j’arrivais à observer sa respiration. Je parvenais à la voir inspirer et expirer. Sa poitrine se soulevait et, par conséquent, c’était un beau spectacle de voir ses deux jolis gros seins tressauter.

Quand je les voyais bouger légèrement ainsi, toutes sortes de pensées me venaient en tête…

Je l’ai vue, pendant quelques secondes, prendre même l’un de ses seins dans sa main et en pincer le téton. Je l’ai entendue pousser un gémissement.

Dieu que Laura était jolie…

Dieu que Laura EST jolie.

Elle me tirait inexorablement les cheveux, et bien que ça eut beau être un petit peu douloureux sur le coup, ce n’était pas non plus désagréable.

Moi… j’étais en train d’écarter son tanga en dentelle du bout des doigts d’une main. L’autre main, elle était posée sur sa cuisse. J’avais la tête enfouie dans son sexe, et à vrai dire… j’aimais ça. J’aimais ce que je lui faisais.

J’étais à cent pour cent consentant.

Je n’étais pas spectateur. Je n’étais pas le moins du monde passif.

J’étais tout aussi acteur qu’elle.

Quand… soudain…

Something that You Said de The Bangles…

Laura se mit à haleter plus rapidement. Elle me tirait les cheveux plus fort encore. Elle me maintenait encore plus contre sa chatte, et là, c’était clairement délibéré.

– Benoit… Benoit… Ecarte mes lèvres… Je veux que tu lèches mon clito. Lèche-moi le clito ! Baise-moi avec ta langue ! Je t’en prie… Baise-moi !

Je l’ai alors regardée une nouvelle fois dans les yeux et je voulais être sûr d’avoir bien compris ce qu’elle venait de dire.

Tes désirs étaient des ordres, Laura… Ton plaisir était ma priorité… Tu pouvais compter sur moi là-dessus.

Écrire à Mysterious

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche