4 minutes de lecture

Un client de longue date

Sandra s'ennuyait. Il y avait peu de clients ce jour là. Ils étaient trois vendeurs dans la boutique de prêt à porter où elle travaillait. Kathleen était occupée, un peu plus loin, à mettre en rayon les nouveautés reçues le matin même et Ludovic faisait un peu de tri et de rangement en réserve. Sandra remaniait quelques tête de gondoles et remettait en ordre les rayons pour s'occuper en attendant les clients.

Soudain, il entra dans le magasin. Sandra l'aimait beaucoup. Il était très sympathique, charmant et charmeur et toujours positif même si la vie n'avait pas toujours été tendre avec lui. C'était un client de longue date. Il s'appelait Kodjo. Le célibataire endurci avait beaucoup dragué Sandra quand elle avait commencé à travailler dans la boutique, il y a quelques années. Mais devant trop de résistance, il avait abdiqué, même si, avec ses formes généreuses, la belle vendeuse était particulièrement à son goût. Sandra était mariée, très amoureuse de son mari et fidèle depuis plus de dix ans. Mais, à l'aube de la quarantaine, elle s'ennuyait un peu dans sa petite vie tranquille et bien rangée. 

Kodjo devait avoir à peu près le même âge que Sandra, peut-être deux ou trois ans de plus. L'homme était de taille moyenne. Il avait une belle peau d'ébène, un visage harmonieux avec une cicatrice sur la joue gauche qui lui donnait du caractère, des lèvres charnues et des fesses rebondies et galbées comme Sandra les aimait. 

Il plaisait aux femmes et il le savait. Il connaissait toutes les vendeuses du centre commercial par leur prénom. Kodjo s'approcha de Sandra pour la saluer. Il lui lança un "Bonjour belle Dame !" accompagné d'un sourire ravageur. Elle lui répondit "Bonjour beau gosse !" et souri malicieusement. Il la trouva de très bonne humeur et plus accessible que d'habitude. Il fit le tour de la boutique, qui était assez grande et se dirigea vers le salon d'essayage avec deux tee shirt slim fit et un pantalon chino.  Kodjo était un client qui savait ce qu'il voulait et il avait des goûts plutôt sûrs. Il demanda pourtant à Sandra de l'accompagner afin de lui donner "des conseils et l'avis d'une vrai femme"... Elle le suivi en souriant et en profita pour admirer ses magnifiques fesses en mouvement. Elles étaient rondes mais fermes et ondulaient gracieusement au rythme de la musique de fond du magasin et de ses pas plutôt rapides et assurés. Elle se surpris à s'imaginer croquer dans ce chocolat noir intense et si appétissant. Qu'est ce qui lui arrivait ? Ça ne lui ressemblait vraiment pas ! Depuis plus de dix ans, Sandra était une femme fidèle et raisonnable. 

Elle se ressaisi et attendi Kodjo devant le rideau de la cabine pendant qu'il se changeait. Elle s'aperçut assez vite qu'il avait mal fermé le rideau. Il était légèrement entrouvert. Était-ce intensionnel ? Peut être... Sandra admira discrètement le beau gosse. Elle ne pouvait pas distinguer grand chose, juste des parcelles de sa peau mate et lisse sous le néon de la cabine d'essayage et des fragments de son boxer rouge moulant. 

Kodjo avait passé très rapidement un des tee shirt ajustés et le pantalon chino qui était très bien taillé et moulant aux endroits stratégiques du corps quasiment parfait du beau quadragénaire. Il ouvri subitement le rideau et surpris le petit jeu de voyeuse de Sandra. Celle-ci rougi mais ce spectacle l'avait excitee et elle sentais que sous sa jupe évasée, sa culotte était légèrement moite. Ça faisait presque dix ans qu'elle avait envie de lui sans se l'avouer vraiment. Elle oublia alors son professionnalisme habituel et poussa le bel apollon dans la cabine refermant rapidement le rideau derrière elle. 

Elle le plaqua contre la paroie et remonta le tee shirt de son cher client. Elle embrassa et lecha  son torse chaud et musclé comme si elle allait le dévorer. Elle se laissa tomber brusquement sur les genoux et ouvri le pantalon de l'homme si brutalement qu'elle failli en arracher le bouton. Il sentait si bon, une odeur de parfum très sensuelle mêlée à son odeur naturelle de mâle. Sandra tira sur le boxer rouge vif et attrapa à pleine main le bâton d'ébène déjà dressé. Elle le lecha d'abord minutieusement, puis elle l'enfourna dans sa bouche gourmande. Le sexe de Kodjo avait une taille très impressionnante et ça l'excitait encore plus. Sa culotte était maintenant toute mouillée. 

Le bel homme qui, jusqu'à présent, était resté passif, stupéfait par la fougue de sa "vieille amie", l'attrapa par les cheveux, la releva, la retourna et la plaqua face à l'autre paroi de la cabine. Il remonta sa jupe, écarta sa culotte trempée et glissa un doigt, puis deux dans son vagin frémissant. Elle n'en pouvait plus. Sandra avait tellement envie que le beau Kodjo la prenne ici et tout de suite qu'elle laissa échapper un petit cri aigu d'excitation. Les deux amants entendirent alors la voix de la jeune Kathleen inquiète crier à sa collègue "Ça va ? Tu ne t'ai pas fait mal Sandra ?"

Sandra se repris et d'une voix un peu tremblante répondit: "C'est rien Kat! Je me suis juste cogné! Tu sais comme je suis maladroite!" 

La jeune femme, très concentrée sur son travail se contenta de répondre: "OK, fait attention!" 

Le bel homme toujours aussi tendu saisi par les hanches la jolie Sandra, qui s'était cambré de désir, et l'embrocha de sa lance large et dure. Sandra eu l'impression qu'il lui transpercait les entrailles.  Il fit des mouvements de bassin amples et appliqués, puis lui assena des coup plus brutaux, rapides et secs. C'était tellement intense et tellement bon qu'elle en eu le souffle coupé. C'était une jouissance tellement forte et si profonde dans son être que quand l'homme se retira après avoir joui, elle ne sentait plus la partie inférieure de son corps à part sa chatte en feu. Ses jambes se dérobaient sous elle. Kodjo la retourna face à lui. Il lui souri et lui chuchota à l'oreille: "J'avais envie de toi depuis tellement longtemps... c'était... surprenant et... fantastique !" 



Écrire à NeferTiti

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche