5 minutes de lecture

Le Garage (10)

Après le départ des deux inspecteurs Sébastien et Marco se retrouvent dans l’atelier. Ils se mettent un peu à l’écart pour ne pas être entendus des autres mécaniciens qui ont repris le travail après la pause déjeuner.

Marco cherche à en savoir plus sur ce que Sébastien a pu faire dans les bureaux.

- J’avais trop envie que tu me baises, c’est nul que les deux flics se soient pointés alors qu’on commençait à bien s’amuser

Sébastien n’est pas dupe de la manœuvre et laisse le beau petit mec continuer…

- Tu l’as baisé le Enzo ?

- Pourquoi tu demandes ça ?

- Parce que ce mec respire le sexe et que te connaissant tu n’as pas du résister longtemps

- Tu penses quoi toi ?

- Je pense que tu l’as baisé direct dans les bureaux

- Et ?

- Et que tu as joui à fond dans son petit cul. Faut dire qu’il est vachement bien foutu de ce coté là…

- Ok

- Ok quoi ?

- Ok,c’est comme ça que ça s’est passé

- ….cool ? c’était bien ?

- Oui. Super. Il baise avec son cul d’une façon assez particulière. Il m’a fait jouir….

Sébastien cherche ses mots

- ….pas comme d’habitude…

- comment ça ?

- un peu comme si son cul me suçait en même temps, tu vois…

Marco reste soudain silencieux

- et moi ?

- et toi ?

- et moi, quand est-ce que tu me baises ?

- tout de suite si tu veux

- arrête….sérieux

- non,sérieusement. Il y a une fourgonnette sur le parking de derrière qui a été révisée avant-hier. Si tu veux je prends les clés et je t’y retrouve dans 10 minutes.

- Et Mathieu va rien dire ?

- C’est pas son problème, c’est pas son atelier et il a pas intérêt à m’emmerder… Et toi avec le Julien ?

Marco ne répond pas tout de suite.

- vous avez baisé ?

- …..il m’a sucé

- et ?

- c’était cool. Il suce comme un dieu.

- T’as joui ?

- Oui, dans sa bouche. C’était génial. Il m’a avalé la queue comme un dingue et j’ai joui dans sa gorge, c’était dément.

- Au premier coup d’œil j’étais pas sur qu’il soit gay…

- Moi non plus mais il n’a pas fait son timide très longtemps.

- Raconte…

- Je m’étais plus ou moins planqué dans les vestiaires quand ils ont frappé et que tu es allé ouvrir. J’ ai entendu que l’autre montait avec toi dans les bureaux, alors je me suis dit que le Julien finirait bien pas débouler là où j’étais. Pour que ça n’ait pas l’air d’être bizarre et pour jouer un peu, je me suis foutu à poil et je suis allé prendre une douche. C’est là que Julien est arrivé, un peu surpris de me trouver, surtout que je bandais encore à moitié après le pied que j’étais en train de prendre sur ta queue quand il nous ont interrompus.

- Et là, il t’a sauté dessus ?

- Non, beaucoup plus soft, on n’est pas dans un porno non plus. Il s’est d’abord excusé et m’a dit qu’il m’attendait dans le vestiaire. Il devait penser que j’allais me rhabiller. Sauf que j’avais même pas de serviette. Je le rejoins, toujours la queue à l’air et bien trempé pour aller prendre une serviette dans le placard où vous en laissez toujours d’avance. Et là je commence à me sécher devant lui, sans rien cacher.

- Il te mâtait ?

- L’air de rien. Je pense qu’avec son job il a déjà tout vu. Sauf que moi je le trouvais vraiment craquant avec sa petite gueule virile et son look bien hétéro et je bandais de plus en plus fort. Il commence à m’interroger sur l’histoire du 4X4 Mercedes mais je lui explique que je ne travaille plus ici et que j’étais juste passé pour me faire aider pour mon exam. Et là il me dit :

- Donc on va a dérangés en pleines révisions… ?

- Et là, vu son regard et le ton de sa voix super ambigü, je me dis qu’en te voyant quant tu es allé lui ouvrir, vu que personne ne peut rater ton érection, il a du percuter sur ce que nous étions vraiment en train de faire. Alors j’arrête de m’essuyer et je reste devant lui, la queue à l’horizontale et je le regarde dans les yeux. T’as vu ses yeux bleus ? Sublimes non ?.

Il approche et se met à genoux direct devant moi, me prend la queue dans la main gauche et là, je te jure, je manque de devenir dingue. Juste la première caresse tu vois et tout de suite tu sais que tu es tombé sur un pro de la suce. J’ai rien fait que me laisser faire tellement c’était bon. Je lui ai baisé sa petite gueule d’ange. Quand j’ai compris que j’allais cracher je lui ai pris la tête entre mes deux mains et je lui ai baisé la bouche comme une chatte. C’était vraiment comme une chatte de mec d’ailleurs et je lui ai rempli la gueule. Je lui ai vraiment mis la totale.

- Il a avalé ?

- Oui, tout, il voulait pas me lâcher et il a continué à me lécher le gland après. J’ai cru que j’allais hurler. C’était trop bon et impossible en même temps.

- Cool ça… Et après ?

- Ben après on s’est rhabillés parce qu’il était presque deux heures.

- Tu l’a sucé toi ?

- Pas eu le temps mais il avait sorti sa queue pour se caresser pendant qu’il me suçait et je te garantis que c’est du premier choix.

- Mieux que la mienne ?

- Ben non, toi c’est hors compétition. Moi ta queue j’en rêve la nuit, je me masturbe presque tous les soirs en pensant à comment tu me prends, mais son pénis te plairait, bien gros, long, avec un gros gland et un prépuce bien épais tu vois ? Avec une grosse veine sur le dessus bien visible. Du super mâle….

- Je vois

- Dis…

- Oui ?

- Tu penses qu’on pourrait faire un truc à quatre avec eux ?

- Oh, oui, sympa. En tout cas Julien était pas du tout inquiet que vous puissiez rappliquer donc à mon avis il savait pertinemment qu’Enzo et toi alliez vous amuser ensemble.

- Il t’a laissé son numéro ?

- Ah oui…

- Comment ça ?

- Il avait un feutre sur lui et pas de papier, c’est Enzo qui devait prendre les notes. Alors il me l’a écrit sur la verge. J’étais déjà presque rhabillé mais il ne trouvait pas, alors il s’est refoutu à genoux devant moi, m’a sorti la queue de mon caleçon et il m’a noté son portable. Y’avait de la place vu que je bandais encore à moitié.

- Sympa

- Tu veux le recopier ?

- Bien sur. On va faire ça gentiment dans la camionnette…

- Ok, dans dix minutes alors ?

- Oui, c’est le Vito Mercedes blanc.

- Ok.

- Tu y vas, tu m’attends à poil, le cul bien ouvert comme une bonne petite chienne comme tu aimes et on reprend là où on a du s’arrêter à cause de l’arrivée des petits flics. Y’a pas de raison que tu aies pas ta récompense et ça t’aidera à réviser. Tu penseras moins au cul une fois que tu auras bien joui avec ma queue au fond de toi.

En disant ça, les deux garçons qui se font face voient l’entrejambe de l’autre prendre du volume. Le jean de Marco et la combinaison de Sébastien laissent apparaître deux tâches de désir là où leurs deux sexes laissent échapper les premières gouttes de leur prochain plaisir…