L'Eau Dorée

Une saga de Sinjilo - 4 épisode(s)

Épisode suivant >

2 minutes de lecture

Épisode 1 : La raison.

Elle regardait les vieux saules défiler comme une gigantesque traînée verte dans son champ de vision.  L'air froid sortait en sifflant des grilles de l'aération.  Elle s'était collée au siège, essayant presque de se fondre dans le cuir.  Il conduisait toujours vite.  Ce n'est pas que ça la rendait malade mais elle avait toujours peur de sa conduite sportive.  Il avait décidé de prendre son vieux coupé BMW, histoire de faire bonne impression.

-Nous y sommes dans une dizaine minutes.  Regarde un peu ce paysage.

Elle avait sursauté.  Il avait posé la main sur sa cuisse nue et était remonté à la lisière de sa culotte.  Elle le regarda en esquissant un sourire.  Son mari.  Depuis vingt ans.  Un enfant parti vers son destin d'adulte.  Une nouvelle vie pour eux.  Sa réussite professionnelle.  Ses écarts.

Elle avait donc accepté ce voyage surprise.  Elle devinait presque l'endroit où ils allaient passer du temps pendant quelques jours.  Il lui avait assuré qu'elle allait être bichonnée, choyée, aimée.  Il en avait les moyens.  Et cette fois c'était rien que pour elle.  Il l'avait dit.  Pas pour d'autres.

Le parking était presque plein de grosses berlines et de vieilles voitures de collection.  Le château était niché dans une petite vallée isolée.  Un vieux moulin trempait paresseusement sa roue dans un ruisseau qui chantait et bruissait en cette belle après-midi d'été.  En prenant sa  valise en cuir, elle se décontracta un peu.  C'est vrai que c'était beau et accueillant.  Pas comme les dernières surprises.

Elle posa sa valise sur l'immense lit et regarda autour d'elle.  Un chambre grande et spacieuse. Elle se regarda dans le miroir qui fermait le dressing.  Pour ses quarante-six ans elle était belle, désirable.  Sa poitrine refaite avec soin donnait de l'arrogance à son décolleté.  Encore un de ses cadeaux.  Son ventre était un peu rebondi mais il aimait bien.  Ses hanches généreuses, son sexe soigneusement épilé comme il l'aimait.  Ni trop, ni pas assez.  Et ses jambes fines.  Elle se tourna pour regarder ses fesses sous sa petite jupe fleurie.  Il en profita pour l'embrasser dans la nuque.  Un baiser un peu mouillé.  Il lui caressa le dos sous la laine légère de son gilet.  Il lui fit faire une petite pirouette et l'embrassa à pleine bouche, tout en lui caressant les seins.  Plus besoin de s'encombrer d'un soutien-gorge avec une poitrine comme celle là .  Ferme, bien refaite.  Il descendit une main audacieuse vers son bas ventre, souleva l'élastique de sa culotte avec sa dextérité habituelle et plongea un doigt dans son sexe.  Elle n'était pas mouillée.  Pas comme ça.  Plus comme ça.

Plus depuis la nuit elle s'était retrouvée nue dans une alcôve, les jambes écartées et les lèvres ouvertes, offertes à une dizaine de types qui se masturbaient dans l'ombre.  Il était là lui aussi, sa queue raidie en main, se branlant doucement. Il était debout, arc bouté et la langue léchant généreusement les petits seins en poire d'une fille brune au chignon strict qui était apparue une dizaine de minutes avant.  Elle ne l'avait pas vue au dîner de début de soirée.  Elle entendait les râles de ces hommes qui jouissaient dans le noir.  Elle sentait même leur semence couler sur ses orteils.

Il avait voulu remettre le feu dans leur vie sexuelle éteinte.  L'emmener dans ces dîners échangistes où il l'offrait à d'autres et s'offrait d'autres qu'elle.  Au début, ça l'avait excitée.  Elle pouvait s'envoyer en l'air avec des inconnus triés sur le volet, regarder des couples si polis et distingués à table mais qui quelques heures plus tard hurlaient de plaisir dans ces alcôves, se pénétraient avec fougue, des femmes qui léchaient d'autres femmes, des hommes suçant d'autres hommes.  Mais cette nuit-là, quelque chose se bloqua en elle.

Ils avaient alors cessé.

Aujourd'hui, c'était la nouvelle aventure.

Les thermes. "L'Eau Dorée".

D'autres sensations.  Il l'avait promis.


A SUIVRE




Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche