L'Eau Dorée

Une saga de Sinjilo - 4 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

3 minutes de lecture

Épisode 2 : L'Eau Rouge.

Le soleil tentait de faire entrer ses rayons dans la chambre en imprimant des rais de lumière sur le plafond blanc.  Comme presque chaque fois à son réveil, il collait son érection matinale contre sa hanche.  Ses petits grognements signalaient qu'il était près à recevoir sa gâterie du matin, une fellation ou une branlette rapide.  Quand il avait "libéré ses énergies" il se levait en baillant et partait en se grattant les fesses vers la douche ou vers un bain.  C'était immuable.  Depuis que leur vie sexuelle s'était pimentée, elle se pliait à ce petit exercice presque chaque matin.  Parfois ça allait plus loin.  Mais c'était devenu rare.

Elle restait alors pantelante, perdue dans sa rêverie érotique.  Bien sûr, elle ne pensait pas à lui.  Mais aux autres.  Comme à ce type aperçu au restaurant des thermes la veille au soir, mangeant seul mais la bouffant du regard.  Elle s'était contentée de lui sourire et d'écarter un peu le haut de son peignoir, histoire de  lui montrer l'aube de sa nouvelle poitrine.  Il s'était levé, cachant mal son érection derrière la ceinture serrée du peignoir brun qui dessinait un corps prometteur.  Il avait disparu vers le local des soins, allant sans doute se faire masser.

Donc, ce matin, elle introduisit deux doigts préalablement humidifiés de salive entre ses jambes écartées.  Elle jouit rapidement en contractant son ventre encore mouillé de la semence du type qui sifflotait sous la douche.  Mais ses pensées allaient vers une silhouette au peignoir brun.

Après un copieux petit déjeuner, ils se promenèrent dans le parc.  L'endroit favorisait la rêverie et le repos.  Des hommes ventripotents en short  la déshabillait du regard quand elle passait.  Elle devinait les yeux plissés la fixant derrière les lunettes aux verres sombres.  Comme toujours.

Lui, il parlait de sa société, d'aller vérifier sur le parking si son coupé était toujours là.  Elle ne l'écoutait pas. 

-Je vais nous offrir "L'Eau Rouge"... Dis, tu m'écoutes?

Elle détacha son regard d'un couple de femmes mûres qui semblaient se tenir par la main.  Il se planta devant elle.  Elle s'excusa.

-Je suis distraite, pardon.  Tu as vu ce parc, c'est magnifique!

-Oui, bon, c'est un peu normal vu le prix du séjour.  Je disais que j'allais nous offrir "L'Eau Rouge".

Il avait ce sourire en coin qu'elle connaissait bien.  Fier de lui, les mains dans les poches de son pantalon blanc.  Ce même sourire lorsqu'il lui avait annoncé qu'ils allaient participer à un diner spécial, presque un an auparavant.  Elle était alors assise sur le bord de la baignoire, palpant sa nouvelle poitrine devant le miroir.  Il se touchait le sexe dressé vers la droite au travers de sa serviette de bain en lui expliquant qu'ils allaient manger "Au Manoir".  Elle devait porter les plus beaux vêtements et les sous-vêtements les plus sexy de son dressing.  Ces mêmes vêtements roulés en boule qu'elle fixa intensivement  alors qu'il la pénétrait par derrière dans une alcôve du "Manoir", bien plus tard dans la soirée.

Lorsqu’il la fit se retourner pour jouir sur son menton et sa poitrine, elle aperçu alors une grand ombre rougeâtre dans le reflet d'un miroir.  Un homme était assis dans un sofa, se masturbant calmement en la regardant.  Elle fut hypnotisée par le mouvement lent de cette main qui montait et descendait sur un sexe veiné et trapu.  le corps dessiné dans l'ombre semblait ne pas frémir.  Le rayon de lumière écarlate qui tombait d'un vieux spot poussiéreux détaillait bien la scène.  Juste cette main et cette queue.   Elle ressentit un frisson dans le bas ventre, ne se préoccupant pas du liquide chaud et odorant qui lui coulait sous le menton.  Non.  C'était ce regard, cette main qui bougeait lentement sur ce membre différent de celui qu'elle ne touchait alors quasiment plus.  Après s'être rapidement essuyée, elle décida de se coucher sur le dos, les jambes écartées pour que ce type puisse bien la voir de l'intérieur.  Elle se caressa simplement le bout des seins avec des doigts légers comme des plumes.  Elle garda cette posture quelques minutes.  Le léger frémissement de cette main, le liquide qui brilla sur celle-ci lui indiqua qu'elle avait fait son effet.  L'homme se leva et fut happé par l'obscurité.

C'était sa première expérience de baiser devant d'autres.  C'était excitant.  Elle avait aimé ce regard fixé sur son nouveau corps, le pouvoir de faire jouir un inconnu.  L'autre, son mari, c'était habituel.  Il pensait que c'était lui qui l'excitait, la prenant brutalement comme il ne l'avait jamais fait, imaginant que leur vie sexuelle venait de rebondir grâce à ce choix de dîner.

Ce soir-là, elle éprouva beaucoup de plaisir. Et ce fut aussi le début de ce qu'elle pensa être sa décadence.

-"L'Eau Rouge"? c'est quoi? comme les dîners du "Manoir"?

Il leva les yeux au ciel.

-Non, tu ne veux plus de ça... C'est mieux encore.  Je demande le forfait tout à l'heure et on commence demain.  Je ne veux plus te faire souffrir comme avant.  Je ne veux que notre bonheur.  On va nager?

Il l'enlaça et l'embrassa profondément .

Et ses mains se baladèrent, comme d'habitude.


A SUIVRE. 



Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche