L'écrivain

Une saga de Plume_de_desir - 2 épisode(s)

< Épisode précédent

3 minutes de lecture

Épisode 2 : Une tournure inattendue

Thomas pris Camille par la main elle se laissa faire et il l'emmena àl 'étage. Il avait reservé un chambre pour la nuit. Dans l'ascenseur, leurs mains se firent plus pressantes, sa main à lui pancourant les courbes deCamille jusqu'à son entrejambe. Il ouvrit la porte de la chambre. Il s'assit sur le lit, Camille face à lui... 

Il la regarda dans les yeux et lui demanda de se déshabiller...Elle ota sensuellement le pantalon mais garda le reste... 

- Je veux que tu m'enleves le reste, lui dit elle...

Il l'a déhabilla, et en otant ce haut moulant il vit apparaitre deux magnifiques seins bien galbés aux tétons déjà tendus...Il commenca à les lécher...mais Camille l'arrêta... Elle commenca à lui enlever ce costume qur meure...Il se retrouva quasi nu devant elle. Il ne lui restait plus que son boxer gris, dont le coton moulant ne pouvait cacher son érection.

Camille le regardait avec intensité.

 Allonge toi sur le lit à plat ventre, lui dit elle

Il fit un pas en avant jusqu’au point qu’elle lui avait indiqué, et se coucha. Les yeux noirs de Camille suivirent la contraction de ses abdominaux pendant qu’il s'allongait.

- Tu ne dois pas bouger, lui ordonna t elle

 D’accord, répéta-t-il, en la sentant s’agenouiller entre ses cuisses écartées.

uelque chose de doux lui effleura la plante du pied et il sursauta.

– Ne bouge pas ! gronda Camille

Il n'avait pas prévu cela ! Il était plutôt le dominateur d'habitude mais Camille avait pris en main ce jeu érotique. Très vite, il se rendit compte qu’il s’agissait de ses doigts. Cette exploration commença à ses pieds, puis remonta très lentement le long de ses jambes. Camille encercla ses muscles de ses mains comme pour en éprouver la force, puis enfouit le nez dans le pli de son genou et le mordilla. Il faillit bondir en sentant ses dents, deo nuveau quand elle lui fit plusieurs suçons sur la face intérieure de la cuisse.

Une fois apprivoisée l’étrangeté de la situation, il découvrit qu’il y avait sur son corps beaucoup plus de zones érogènes qu’il ne le croyait.

Les baisers de Camille lui procuraient un plaisir inédit, et son sexe était si dur que la pression du matelas en devenait douloureuse. Quand elle arriva à ses fesses, il sentit un frisson le parcourir...

 C’est bien, murmura-t-elle. Tu es parfait, Thomas Toutes les parties de ton corps sont délicieuses.

Taquine, elle fit mine de lui croquer les fesses, puis apaisa la morsure par des caresses. Elle lui écarta les genoux, puis l’obligea à décoller les hanches du matelas pour pouvoir glisser la main entre ses jambes et encercler des doigts la base de son sexe, qui tressaillit douloureusement. 

– Je vais jouir très vite si tu continues, la prévint-il, haletant.

amille le massa lentement, mais d’une poigne ferme.

– Si je ne jouis pas, toi non plus, décréta-t-elle.

l serra les dents. Cette règle-là serait encore plus compliquée à respecter que la précédente. Il se sentait vibrer comme une corde trop tendue sous sa main habile. Elle dut deviner qu’il atteignait les limites de sa résistance, car elle le relâcha, et se concentra sur une autre partie de son corps.

Elle s’allongea sur lui, et il se rendit compte qu’elle était nue. Sa peau douce et tiède se pressa contre son dos. Elle se mit à lui embrasser la nuque. Puis ses doigts lui massèrent le cuir chevelu, jouant avec ses cheveux. Elle lui palpa les biceps avec des murmures appréciateurs,mordilla le renflement de ses épaules, et lécha le voile de sueur qui couvrait sa peau sous l’effort que lui coûtait sa maîtrise. Ensuite seulement, elle descendit par une ligne de baisers le long de sa colonne vertébrale.

Toujours lovée contre son dos, le visage entre ses omoplates, Camille ramena la main sur son sexe et serra. Il gémit. Sa main caressait son sexe, des va-et-vient d’une lenteur de torture. Elle haletait dans son dos,moulée à lui comme si les contours de leurs corps se soudaient à la perfection. Il était intensément conscient de son souffle chaud, de sa bouche humide sur chaque centimètre de sa peau. Une morsure subite sous son épaule se propagea dans ses nerfs comme une décharge électrique.

– Vas-y, crut-il entendre dans son dos.

Avec ou sans autorisation, ses barrières s’effondrèrent sous la montée de l’orgasme. Cette tension fébrile explosa. Camille le garda serré entre ses cuisses et ses bras, la bouche collée à son dos, absorbant les secousses irrépressibles de sa jouissance.

Au bout d’un très long moment, Thomas parvint enfin à reprendre son souffle et à calmer les battements de son cœur. Il voulut se tourner pour enlacer Camille. Elle relâcha alors son étreinte lentement.

– Ne bouge pas, lui rappela-t-elle à voix basse.

Elle se leva sans répondre. Après quelque minutes, Thomas tourna la tête, malgré l’interdiction.

– Ça va être difficile de te rendre la pareille, si tu ne me laisses même pas remuer un doigt, plaisanta-t-il.

Mais il ne vit que son dos, Camille venait de sortir de la chambre...le laissant seule avec ses pensées...

Décidemment cette histoire prenait une tournure inattendue...

Écrire à Plume_de_desir

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche