Les confessions de ...

Une saga de Vivien - 1 épisode(s)

2 minutes de lecture

Épisode 1 : Les confessions de Florence

Bonjour, je m’appelle Florence, j’ai 22 ans et je travaille dans un salon d’esthétique à Rouen. Je mène une vie tranquille, sans histoire, bref très banale si ce n’est qu’il y a quelques mois j’ai découvert que j’avais une attirance pour les hommes matures, voir très matures, enfin les vieux quoi.

Tout a commencé lorsque j’ai commencé à travailler dans ce salon d’esthétique. Un vieux monsieur s'est présenté dans notre institut pour une épilation intégrale. Mes collègues sont plutôt fleurs bleues à la recherche du prince charmant et n’étaient pas franchement enthousiastes pour s’occuper de ce vieux bonhomme. Comme j’étais la petite nouvelle c’est donc moi qui ai dû m’occuper de lui. Pour mes collègues c’était mon bizutage et elles pouffaient de rire quand elles m’ont vu suivre l’homme pour sa séance d’épilation. « Attention Florence, fait la bien lisse » me dirent-elles en riant. Je haussais les épaules.


L’homme entra dans la cabine, se déshabilla et s’allonge sur la table de soins. J’appliquais consciencieusement les bandelettes de cire chaude entre ses jambes et une fois refroidies je les enlevais d’un geste sec. Nous les femmes nous savons comme c’est douloureux de s’épiler le pubis et ça m’amusait de le voir tressaillir à chaque fois que j’enlevais une bande. Je remarquais aussi que sa chose qui au début reposait paresseusement sur son ventre avait un peu durci. L’homme était très gêné. Je lui souris et lui dis que c’était normal. Quand j’eus fini avec son entre-jambes, il me fallut m’occuper des parties les plus sensibles. Pour les hommes qui ont déjà eu une épilation intégrale, vous savez comment ça se passe. Il faut tendre la peau des testicules en posant la main à plat sur la verge et en tirant légèrement vers le haut. Pour le pauvre ça apparemment été trop d’émotion et au moment où j’arrachais la dernière bandelette, je le sentis venir sous ma main. Il bafouilla un million d’excuses mais je restais professionnelle et continuais à sourire en le rassurant, en disant que ça pouvait arriver, que ce n’était pas grave. Je le nettoyais avec une lingette et finissais la séance d’épilation en appliquant une lotion apaisante mais sans trop insister pour ne pas provoquer une deuxième catastrophe.

Cet homme m’a beaucoup attendri. Je pense souvent à lui. Je le revois là devant moi d’un âge certain mais sans aucun poil, comme s'il était imberbe. Je trouve ça troublant un pénis âgé et des testicules flasques mais tous lisses. J’ai appris qu’il s’appelait Henri et qu’il vivait en maison de retraite depuis la mort de sa femme. Alors je m’imagine travaillant comme aide-soignante et m’occupant de sa toilette intime comme quand je lui appliquais sa lotion après épilation. Je m’imagine décalottant son gland pour le nettoyer consciencieusement. Et puis quand il est tout propre, je pose mes lèvres sur son sexe pour le remercier d’avoir été sage. Mon dieu, je m’aperçois que pendant que mon esprit s’enflamme dans cette histoire délirante, mes doigts parcourent ma chatte mouillée d’excitation. Suis-je devenue folle….

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche