Les plaisirs d'Isatis

Une saga de AnaisKokeshi - 5 épisode(s)

Épisode suivant >

4 minutes de lecture

Épisode 1 : Isatis - Ma première éjaculation

J'avais atterri à Toronto deux semaines auparavant, pour commencer ma première année de Master en Architecture. Étudiante de 22 ans, j'avais laissé mon copain du moment en France pour 9 mois d'échange avec une université Canadienne. Je ne croyais pas tellement à notre histoire, presque certaine qu'elle serait sans lendemain après mon départ. Et même si Gaspard était un gars sympa, il n'était qu'un divertissement pour moi.

Ce matin, réveillée par la lumière du jour, je senti une chaleur dans le bas ventre. Cela faisait déjà quinze jours que je n'avais pas fait l'amour, et j'avais envie de me faire plaisir. Je devais faire attention à ne pas me faire entendre, maintenant que j'habite en colocation avec trois autres étudiants. Je décidais alors de me lever pour me préparer un café. Par chance, tout le monde était déjà parti travailler. 

Seulement vêtue de mon string de la veille, j'enfilais un t-shirt laissé sur le sol un peu plus tôt. Les soirées internationales avaient débuté et j'étais rentrée à quarte heures du matin après avoir dansé avec des amies au Pub le plus branché du centre ville. Heureusement, je n'avais pas cours avant 14:30, ce qui me laissait un peu de temps pour me préparer.

En descendant à la cuisine, je vis une pomme bien rouge dans le panier à fruits. J'adore utiliser toute sorte d'objets lorsque je me masturbe, je trouve cela vraiment excitant de découvrir de nouvelles sensations en se caressant. Le fruit interdit dans une main et mon café fumant dans l'autre, je remontais quarte par quatre les escaliers pour arriver jusqu'à ma chambre, quand je vis la porte de la salle de bain entrebâillée. Une brosse à dents électrique trônait près du lavabo. Elle devait être sûrement à l'étudiant qui était arrivé hier tard dans la nuit, et je ne pu m'empêcher de saisir l'objet. Lorsque j'appuyais sur le bouton, je sentis les vibrations entre mes doigts, et imaginais alors l'effet que cet outil pouvait me prodiguer. 

Après avoir vérifié une énième fois que personne n'était présent dans la coloc, j'emportais l'objet dans ma chambre. L'idée d'utiliser cette brosse à dents m'excitait déjà et je décidais d'enlever directement mon string. Assise sur mon lit, les jambes écartées, je commençais à caresser mon mont de Vénus, tout en titillant mon téton droit. Mes tétons étaient déjà tout durs et je sentais que mes lèvres se gorgeaient. Soigneusement, j'appliquais de la salive sur mon index pour caresser mes lèvres gonflées de plaisir. Décidément, les 9 mois risquent d'être très longs sans Gaspard... à force d'excitation, mes lèvres s'écartèrent et laissèrent apparaître mon clitoris.Du bout des doigts, je le saisis et le pinçait doucement. Je commençais vraiment à mouiller, mais je décidais de ne pas me doigter pour le moment. Je saisis alors la pomme qui était sur la table de nuit, et commençait à la faire rouler entre mes jambes. La peau lisse du fruit caressait doucement mes petites lèvres, et j'appuyais alors plus fort pour presser le fruit contre mon clitoris gonflé. Je laissais échapper un soupir tout en faisant des vas et viens avec mon bassin. Après quelques minutes, je décidais de poser la pomme, devenue blanche et luisante de cyprine, pour aller plus loin.

Après avoir posé la pomme recouverte de cyprine sur la table de nuit, je ne pu m'empêcher d'empoigner la brosse à dents électrique qui devait sûrement appartenir à mon colocataire.

Je commençais alors par m'amuser à toucher mes tétons avec le dos de la brosse à dents. Les vibrations faisaient littéralement bander mes tétons, et je sentis une chaleur encore plus intense entre mes jambes. Lentement, je m'amusais à les masser, autour du téton d'abord, puis dessus, puis je passais à l'étape supérieure en les pinçant violemment. Mes tétons meurtris pointaient outrageusement, et redemandaient des caresses. J'enfonçai donc mon téton gauche dans la brosse tournoyante tout en descendant le long de mes hanches. Je mouillais beaucoup, et mon clitoris réclamait des caresses... je décidais alors de tester cette petite machine sur mon clitoris afin de découvrir de nouvelles sensations.

À vrai dire, je n'avais jamais eu l'occasion de tester un vibromasseur, hélas trop cher pour une étudiante... le dos de la brosse à dents de mon colocataire encore inconnu dansait autour de mon clitoris, s'attardait sur mes petites lèvres, et osait s'aventurer à l'entrée de mon vagin. Les vibrassions augmentaient mon plaisir, et je sentais de la cyprine couler entre mes fesses. La mouille entre mon sillon me donna alors l'envie de me caresser l'anus. Je pensais alors au pauvre colocataire, mais l'envie était trop forte ! L'outil s'aventurait alors autour de mon trou, et les vibrations me dilatèrent assez pour que je passe mon index. Lentement, je caressais l'entrée de mon petit trou encore vierge pour y insérer le bout du doigt, tout en continuant d'utiliser la brosse à dents autour de celui ci. 

Mon jus m'avait permis d'entrer facilement, et me donnais envie d'essayer de nouvelles choses. Je n'avais encore jamais testé la sodomie, mais j'aimais beaucoup m'insérer quelques doigts pendant que je me masturbais.

S'en était trop, il fallait que je m'occupe de mon clitoris ! J'appuyais alors doucement sur ma petite boule de chair avec le dos de l'objet électrique. Waouh, je n'allais pas tarder à jouir grâce à cet outil ! Je mis mon pouce à l'entrée de mon vagin pour constater que je mouillais abondamment.. si seulement j'avais un gode ...

D'un coup, je décidais de tourner la brosse à dents du côté poils, et commençais à caresser mon clitoris. Prise de spasmes, j'arrêtais pour recommencer aussitôt. Quelques secondes plus tard, je senti comme une envie d'uriner, accompagnée d'une énorme bouffée de chaleur, je ne pu m'empêcher de lâcher prise pour jouir en criant. Quelle fut ma surprise quand je remarquais les jets d'un liquide transparent asperger mes draps !

Encore sous le choc, je pu constater qu'une flaque importante recouvrait maintenant mon protège matelas, je cru d'abord que c'était de l'urine, mais après avoir senti le liquide, je me rendais compte que j'avais joui pour la première fois comme une femme fontaine. Mon vagin était rempli de cyprine, qui coulait maintenant le long de mes cuisses. Je n'avais qu'une seule envie, recommencer pour accentuer ce plaisir qui m'étais jusque là inconnu.

Après m’être fait jouir, j’enfilais en vitesse une culotte, un short et un t-shirt pour partir à l’université. Le ciel était bleu et je pouvais alors profiter de mon trajet en vélo pour découvrir le paysage canadien. Les écureuils jouaient dans les rues et les parcs, et je restais toujours impressionnée par leur curiosité. La journée se passa normalement, j’enchaînais deux cours d’histoire de l'architecture.

Une fois mes cours terminés, je décidais de rentrer directement à la maison pour rencontrer notre nouveau colocataire arrivé la veille. En vérité, j’étais curieuse de savoir à qui j’avais emprunté la brosse à dents électrique...

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche