4 minutes de lecture

Épisode 2 : L'inexorable attraction

Cependant, étant réincarnationniste depuis plus de 20 ans, j’ai ressenti plusieurs fois dans mes convictions existentielles des lieux que j’avais déjà visités ou des personnes que j’avais déjà aimées ! Mais jamais avec une telle intensité, un tel magnétisme déstabilisant. Cependant je suis un homme très fidèle et immédiatement je pense à ma Sarah qui depuis cinq ans m’a toujours laissé accomplir mes désirs de changement professionnel et en plus m’a fait découvrir la Castille, région espagnole fabuleuse qui a illuminé mon esprit conquérant d’une multitude de réminiscences épanouissantes.

Mon âme sensible et spirituelle lui est donc très reconnaissante et je ne peux m’être laissé subjuguer de la sorte sans un grand tourment intérieur. Cependant nul n’échappe à son destin et la rencontre de deux êtres fait partie de la grande loi de causalité universelle. Il est impossible d’aller à l’encontre de notre devenir impérieux et chacun en conscience possède un libre arbitre pour assumer son rôle social et ses passions sentimentales.

Mais là, en étant presque en admiration extatique, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris : « Que me veut cette divine amazone ? Que faut-il que je fasse concrètement pour lui complaire ? Elle veut le contrôle de mon existence mais je pense que c’est déjà le cas malgré que je sois marié !

Perdu dans milles réflexions, ma reine de beauté revient. Elle s’assoit délicatement pour me refixer aussitôt droit dans les yeux et me dit sans le moindre gène :

« - Je veux quelqu’un de loyal qui illumine mon existence alors dites- moi si ma proposition pas entièrement décente vous excite ? »

Rouge de confusion, je suis dans l’incapacité d’émettre le moindre son comme si ma bouche était anesthésiée. Mon irrésistible tentatrice me propose alors :

« - Alors je vous laisse exactement une minute pour vous décider de franchir le pas de votre nouvelle espérance de vie à mon service. »

Puis, reprenant son souffle avec une brillance féérique dans ses yeux, elle enchaine :

« - Vous avez une minute pour devenir mon serviteur attitré ou bien nous reprendrons la route comme si je ne vous avais rien proposé et nous nous reverrons jamais plus. A la vie à la mort, votre destin se joue maintenant. Vous avez votre entier libre arbitre mais comme je suis une passionnée, je suis trop impatiente et je vous accorde un minimum pour faire le bon choix. »

Continuant majestueusement sa péroraison et prenant un air plus solennel, elle poursuit :

« - Je vous laisse maintenant 30 secondes pour enlever une de mes bottes et embrasser mon pied ! Cet acte authentique vous ouvrira les portes de ma vie et le début de notre complice collaboration. »

Alors en cet instant prépondérant qui détermine inexorablement mon sort au cours de mes prochains mois d’existence dans ce siècle de bienveillantes incitations à la débauche, je pense au symbole de la vibration de la corde de la harpe qui, en retentissant, fait réapparaitre dans notre organisme physique nos torts moraux passés.

Et présentement je sais pertinemment, vu l’intensité de l’émotion occasionnée, que la réparation sera longue et douloureuse. Mais je le répète nul n’échappe à son destin et nous sommes tous victimes dans nos vies de passages obligés qui nous imposent d’explorer d’autres horizons. Et là, prisonnier de mes sens en fusion, j’allais devoir composer avec mes tribulations passées de dépravées pour assumer le rôle de mon incontrôlable sentiment de dévotion.

Ne tenant plus, la surexcitation de mes sens m’étreignant impitoyablement, je me précipite sur la botte de sa jambe droite. Ma future dominatrice m’interrompt et me dit :

« - Non, mon bel ange, sors du véhicule et vient de mon côté, cela sera plus facile pour que tu me démontres ta bonne volonté. »

Par chance l’aire du « gite aux loups » est encore désert, et en plus un léger brouillard embrume cet endroit stigmatisant le côté mystérieux à cette insolite confrontation. Saoulé de désirs, je viens comme un automate ouvrir la portière de mon irrésistible prédatrice. Aussitôt, elle met ses deux pieds sur le goudron tout en restant assise sur son siège conducteur. Puis elle me dit avec une douceur détonante :

« - Mets-toi à genoux mon ange de dévotion. Je te veux tout à moi à mon service, je te veux dans la vénération absolue. »

Je prends immédiatement la pose demandée et elle me caresse la joue tendrement en signe de contentement. Moi totalement subjugué par l’aura dévastateur de ma suprême tentatrice, agenouillé devant une gamine qui pourrait être ma fille, je suis à la lettre les moindres objections de sa volonté agissante.

Elle me dit en continuant ses affectueuses caresses :

« - Je suis trop fier de tous ses efforts que tu fais pour moi et qu’en si peu de temps tu t’es plié à mes désirs les plus ardents. Je veux que tu deviennes l’élu de mon cœur sans partage. Alors prouve-moi ta nouvelle orientation sans tarder et enlève ma botte droite pour embrasser mon pied avec la frénésie d‘un avare qui trouve une nouvelle richesse. »

Tremblant d’émotion, j’enlève la botte de mon ordonnatrice et commence à embrasser son pied enveloppé dans un collant couleur chair avec une ferveur inusitée. L’odeur de transpiration rend ma dévotion encore plus délirante et le parfum nacrée de ces superbes pieds fini de me faire entrer dans un état second.

Ma Reine de beauté satisfaite de ma prestation reprend ses compliments :

« - Vous êtes trop attentionné, j’aime trop cela. Alors je vous baptise mon loulou dans le secret de ce lieu du Gîte aux loups. A jamais tu valoriseras ma beauté et tu contribueras à l’épanouissement de mon esprit dominant. Pour Toi, je serais ta « Reine de beauté » et tu t’adresseras désormais à moi toujours avec cette élogieuse épitaphe. »

Sur ce, elle me demande de stopper mon enivrement labial et de remettre sa botte en place. Je m’exécute sans coup férir et revient prendre place dans l’habitacle de la voiture à côté d’elle.

Écrire à Servitorine

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche