7 minutes de lecture

Moiteur Tropicale

Encore cette année, je me retrouve seule avec les gosses pour les vacances. Il n'a pas pu synchroniser ses congés avec les miens et il me rejoint seulement dans une semaine. Je n'ai pas voulu l'attendre et je suis partie sans lui. Je trouvais complètement stupide l'idée de partir si loin pour seulement dix jours. Presque neuf heures d'avion pour rejoindre la Guadeloupe et un billet d'avion à près de mille euros par personne, je vais amortir mon voyage.

L'endroit est charmant mais les journées sont longues avec les enfants. Chaque jour, j'attends les siestes et mes soirées tranquilles avec impatience. L'hôtel n'est pas plein, l'été n'est pas la meilleure période dans les caraïbes et il pleut beaucoup. Malgré tout, l'eau et la température restent à vingt-huit degrés en permanence.

Les enfants se sont vite fait des amis, par contre, je peine à discuter avec leurs parents. Lui, est inintéressant et elle, un peu soumise. Pourtant, elle a ce petit air coquin qui ne me déplait pas. Je l'ai déjà surprise à regarder mon décolleté à plusieurs reprises. J'ai remarqué aussi, qu'elle venait systématiquement sans lui à la piscine en fin de soirée, pour la dernière heure d'ouverture et le matin très tôt. L'heure où nos enfants dorment encore. On a ce rythme en commun et au fil des jours nous nous sommes rapprochées. Je commence à l'apprécier et je crois que c'est réciproque. Nous avons notre petit rituel de nage le matin et le soir. La piscine est immense et à ces heures là nous sommes toujours seules. Les lève tot sont rares en vacances et les amateurs de soleil s'en vont vers 18h30 quand le soleil se couche. La même chose à la plage, personne. Du coup, nous nous confions sur nos vies, nous parlons de tout et c'est plutôt agréable. Malgré tout, Christelle continue de me regarder d'une drôle de façon, je ne sais pas si comme toutes les femmes elle se compare, ou si vraiment, je lui donne envie. Elle me perturbe de plus en plus et j'ai du désir pour elle. Depuis deux nuits, je me réveille l'entrejambe trempée de ce voyage en terre inconnue, je m'aventure sur son corps doré, j'escalade ses jolis petits seins et ses courbes féminines. Ce matin, je me suis même masturbée sous la douche après notre sport quotidien. Elle avait décidé de nager nue vu qu'il n' y avait personne. De mon côté, je n'ai pas osé , ce qui ne m'a pas empêchée de la mater sous toutes les coutures. Dans l'eau, nos corps se sont même frolés et je la soupçonne de l'avoir fait exprès. Ce contact m'a électrisé et sous la douche m'a permise de jouir intensément.

J'ai hâte de la revoir ce soir. Cette fille réveille ma libido endormie depuis quelque temps et je retrouve mes fantasmes lesbiens de mes jeunes années, restés inassouvis.

Il est 21h, j'attends dans l'eau elle ne devrait pas tarder. La piscine n'est éclairée que par quelques projecteurs bleus immergés mais le rendu est fantastique, on se croirait dans un lagon. Désert, comme toujours. Les enfants m'ont épuisée aujourd'hui, toujours à se chamailler pour un oui ou pour un non. Meme si l'arrivée de mon mari va être un soulagement de ce côté là, je n'ai pas hâte de le retrouver. Je ne suis pas sûre qu'il me laisse aller nager avec Christelle chaque jour ainsi et je sais que ça va me manquer.

C'est bizarre, elle ne vient pas. Je suis déçue. Je retourne à l'appartement. Sous la porte je trouve un mot:

Karen, retrouve moi au studio numero 23, Michel et les enfants sont partis au marché nocturne. Je ne me sentais pas bien pour venir nager ce soir. Viens boire un verre. Christelle.

Je me change vite fait en silence pour ne pas réveiller les petits, mets ma petite robe blanche, enfile mes tongs et me poudre légèrement avec une petite touche de rouge à lèvre corail qui réhausse mon bronzage.

Je frappe à la porte. Christelle m'ouvre. Elle porte elle aussi une robe mais beaucoup plus sexy que la mienne. Ajourée par endroits elle laisse deviner ses formes. Elle ne porte pas de soutient-gorge et ses seins en poire pointent à travers le tissu. Ses cheveux sont ondulés et encore humides de la douche. Elle est tout simplement craquante et j'ai chaud tout à coup.

-Désolé je t'ai fait faux bon mais je n'ai pas passé une très bonne journée et en plus de ça je me suis engueulée avec Michel. Je n'avais pas envie de retourner à la piscine, mais envie de te voir. Tu veux un ti -punch ?

-Avec plaisir mais je suis très sensible à l'alcool donc il faudra que tu me ramènes si jamais.

-Tu plaisantes, ton appart est à une minute à pied !

-Biensûr que je plaisante ! Mais l'idée de m'ennivrer un peu avec toi me plait bien.

-Ah oui et pourquoi ?

-Parce que c'est plus facile !

-Facile pourquoi ?

-Pour me laisser aller.

Bien que Christelle comprenne où je veux en venir, elle ne continue pas mon petit jeu. Elle nous sert à boire et se tait.

Je déambule dans la pièce, je suis nerveuse, je ne sais pas trop quoi dire. Il est clair que nous pensons toutes les deux à la même chose mais aucune de nous va vers l'autre. Je bous de l'intérieur.

-Christelle, pourquoi suis-je là ce soir ?

-Ca me plaisait de me retrouver un peu avec toi en d'autres circonstances, et puis je sais que Patrick ton mari arrive dans deux jours et nos rencontres vont me manquer.

- On pourra toujours se croiser, ce n'est pas un tyran !

-Oui mais j'ai envie de proximité, viens...

Elle me tend la main, je pose mon verre. Elle me dévisage de la tête aux pieds, son regard est insistant et me transperce. Elle m'excite terriblement. Nos mains se rejoignent. Elle touche mes cheveux, caresse ma joue et approche sa bouche. On s'embrasse. Nos langues commencent alors un balai érotique qui me fait frissoner l'échine.

Sa sensualité me bouleverse et le désir que j'éprouve pour elle depuis quelques jours me transcende. Je pose mes mains sur ses hanches. Je palpe chaque centimètre de sa peau. Je la caresse, je veux la posséder. Nos bisous de filles se transforment en baisers fougueux de femmes en chaleur.

Je la renverse sur le lit, remonte sa robe sur ses hanches. Ses cuisses sont galbées, lisses et bronzées. Je la couvre de baisers, je remonte de ses chevilles vers son entrejambe. Je lèche sa peau, découvre son parfum de fleurs. Elle ondule quand j'approche de son sexe. Plus c'est long, meilleur c'est ! Je la fais languir. J'hume son odeur à travers le fin tissu de son tanga. Elle est humide et sent divinement bon. Je passe mon doigt sur son pubis, sur sa fente, toujours sans enlever sa lingerie. Je découvre ses reliefs, et je la rends completement folle. Elle s'agite, me supplie. Je passe mon doigt entre ses lèvres et sa dentelle. Elle est trempée. Son parfum me trouble, je ne tiens plus. Je retire entièrement son tanga et pose ma bouche sur ses nymphes. Elle est exquise. Je noie ma langue dans son nectar tiède. Je lape chaque recoin de son sexe en ébullition. Christelle gémit mon nom. Je prends soin d'éviter encore son clitoris que je vois gonfler à vue d'oeil. Son pubis légèrement poilu retient ses effluves qui m'ennivrent et me font ruisseler. Elle m'innonde la bouche de plus en plus, et je sens son périnée qui se contracte sous mes coups de langues experts. J'introduis alors doucement un doigt en elle, puis deux, et rejoins avec ma bouche son bourgeon de plaisir. Sa jouissance est presque immédiate. Elle se cambre, gémit plus fort et s'aggrippe à mes cheveux pour pousser un dernier cri strident. J'ai l'impression de posséder tous les pouvoirs, je me sens forte, toute puissante de lui avoir provoqué cet orgasme tant désiré. Je l'embrasse. Elle est encore plus belle après cette émotion vive. On ne se parle pas, nous continuons de nous embrasser encore et encore. Elle caresse mes seins qui pointent au contact de ses mains. Elles sont douces et stimulantes. Elle pince mes tétons, les mordillent et me fais basculer à plat ventre. Je me cambre pour lui offrir la vision indécente de mes fesses. A son tour, elle s'aventure sur mon corps, parcourt ma fente luisante et se frotte le pubis contre moi. Nos moiteurs se mélangent, quel délice ! Elle s'empare de mon sein gauche, le malaxe doucement puis pénètre enfin mes chairs. Je suis à bout, halletante. Elle embrasse alors mon sexe avec le plat de sa langue et s'engouffre encore plus loin avec ses doigts. Elle les dirige vers le bas en les recourbant légèrement. Elle masse de façon experte la zone du point G. Christelle n'en est pas à sa première expérience féminine. Je dégouline sous ses savantes caresses et jouis telle une hystérique pendant qu'elle me fesse allégrement. Mon orgasme est long, intense, si longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir.

Allongées l'une contre l'autre, dans la moiteur de la nuit tropicale, nous ne parlons pas.

Nos mains se joignent et nos respirations se synchronisent. Nous reprenons notre souffle, nous nous embrassons une dernière fois puis je l'abandonne avant que sa famille revienne.

J'ai le sourire aux lèvres, des étoiles plein les yeux. Elle m'a rendue belle, elle m'a fait reprendre confiance en moi. Je n'oublierai jamais cette nuit.

Patrick arriva deux jours plus tard, je n'ai que peu revu Christelle. Son mari a certainement compris ... moi, je garderai le secret de cette escapade infidèle en terre inconnue.