4 minutes de lecture

Épisode 8 : Douche coquine

Elle avait voulu que ce soit différent, aujourd’hui. Bien sûr, elle adorait qu’il se masturbe pour elle et devant elle. Elle ne voyait que rarement son visage. Alors, elle lui demanda de le montrer. Pas que ses yeux rieurs. Sa langue plutôt Elle se souvenait de leurs premiers baisers : l’exigence très douce de sa bouche, ses lèvres à peine humides. Et puis, après ses joues à lui entre ses cuisses à elle. Les baisers qu’il déposait entre ses jambes. Toute la tendresse dont il était capable.

- Je voudrais voir ton sourire. Je voudrais que tes lèvres aient l’air si proches de moi par écran interposé que j’aurais le sentiment qu’elles sont prêtes à toucher les miennes, tu vois ?

Lentement, il approcha son visage de l’écran de son smartphone. Il le touchait presque : c’était comme si elle pouvait distinguer la longueur de ses cils, les pores de la peau de ses joues, la couleur particulière de ses prunelles et la pulpe de ses lèvres. Elle eut un frisson.

- Comme ça ?

- Oh, oui…. Souris un peu…

Elle regardait sa bouche s’étirer. Elle avait envie que cette bouche divine s’occupe d’elle…

- Les gros plans te plaisent ?

- Plutôt les plans rapprochés…

- À ton tour, à présent, t’es d’accord ?

- Tu voudrais que je te montre quoi ?

Ce fut à son tour de soupirer… Il n’y avait pas songé avant qu’ils se connectent… Ses seins ? non, il aurait fallu qu’ils soient l’un comme l’autre maîtres de leurs mouvements, ce qui n’était pas le cas à ce moment-là. Ses cuisses ? pareil…Par contre, ce à quoi il pensait, c’était plus coquin et moins risqué…

- Tu vas pas trouver ça bizarre ?

- Avec toi, tu m’attends à tout… et je suis d’accord pour à peu près tout. Mais tu le sais, non ?

- Alors, je voudrais que tu prennes ta tablette et que tu ailles dans ta salle de bain. C’est possible pour toi, ça ?

- Hmmmm… et ensuite ?

- Tu te déshabilles et tu prends une douche…

- Mais je ne pourrais rien te montrer…Comment veux-tu que je m’y prenne pour…

- Je ne veux rien voir. Je veux entendre…

- Oh !

- Caresse-toi et explique-moi ce que tu fais.

- Et si tu peux entendre mon plaisir…

- Ça me fera bander, exactement…Quoi que c’est déjà occupé à monter, là…Je suis sur ma terrasse avec un coussin contre… enfin, tu vois. Il fallait bien que j’essaie de cacher ce que j’ai entre les jambes parce que…

Elle voyait très bien. Cela la flattait qu’il semble aussi excité d’être en ligne avec elle. Mais bon, pour le moment, il ne s’était pas encore passé grand-chose.

Mine de rien, elle prit la tablette et gagna la pièce d’eau. Déshabillage rapide. Elle se retrouva nue comme un ver. C’était étrange au final, cette histoire… Elle mit le volume du micro à fond. Il fallait que son partenaire l’entende s’ébattre sous l’eau. Elle ouvrit le robinet, ne laissant pas davantage qu’un filet d’eau couler sur ses cheveux. C’était un peu chaud mais elle aimait cette température.

- J’entends l’eau…Tu me dis ce que tu fais ?

Dans un murmure, il entendait

- J’aime quand c’est chaud… Mes doigts…

Il attendait…qu’elle continue. Puis, n’y tenant plus :

- Tu te caresses ?

- Hmm hmm.

- Où ça, dis-moi…

- J’ai la main entre les cuisses…

- Oh… Laquelle ?

- La gauche. Elle est devant…

- Devant ? Près de ta chatte ?

- oui, juste « devant ».Je préfère passer la droite entre mes jambes, par derrière…

- Et tu fais quoi, avec la droite ?

- Je m’assure que je mouille bien…

- Et ?...

- Et ?...

- C’est le cas ?

- Oh ouiiiii.

- Tu vas faire quoi, maintenant ?

- Je vais… entrer…

- Dans ta chatte ?

- Oui…

- Et puis, tu vas agiter ton doigt dedans ?

- Voilà…Autant en profiter, tant que je suis bien mouillée…

- T’as raison, j’avoue…

- Et toi, tu fais quoi ?

- Je t’écoute et ça m’excite. Et là, j’ai ma queue bien raide en main…

- Inutile de continuer, je vois bien d’ici ce que ça peut donner…

- Tu aimes ?

- Oui… j’aime…Mais je ne vais plus pouvoir rester longtemps…

Elle parvint rapidement à l’orgasme. Ses souvenirs concernant ses premiers ébats avec l’homme l’y aidèrent fameusement. Elle se rappela la langue de son amant entre ses cuisses. Elle se rappela ses mots, les longs frissons qui le parcouraient quand elle l’avait pris en bouche. Sa tête qu’il avait rejetée en arrière en lui disant que c’était trop bon et qu’elle était belle quand elle le suçait. Elle se rappela ses doigts dans ses cheveux, leur trouble après l’orgasme : il y avait cette alchimie entre eux, ce besoin identique de sexe doux et fou en même temps. Il y avait leurs corps qui s’étaient compris et chéris comme s’ils se connaissaient intimement depuis des années…toute une vie, presque. Elle se dit que c’était sans doute pour cela qu’elle cultivait ces désirs pour lui et que lui faisait pareil de son côté. L’autre leur manquait : son corps, sa peau, sa chaleur et tout ce que cela comportait. Était-ce cela, l’amour ?

Il avait commencé à soupirer. Elle s’était perdue dans ses pensées mais à présent, elle était tout ouïe : tandis qu’elle se caressait sous l’eau sans prononcer un mot, elle entendait monter son plaisir à lui. Son partenaire gémissait. Il était incapable à présent de dire quoi que ce soit. Elle aimait ces silences. Cela lui rappelait ceux qui suivent la dernière chanson d’un concert : le public est tellement pris dans la musique qu’il n’applaudit pas immédiatement quand c’est fini… Cela l’émut à un point tel qu’elle sentit les larmes monter et qu’elle ne put retenir ses sanglots.

- Tu me manques…. Tu me manques tellement…

Elle sortit de la douche en pleurant toujours. Elle n’avait pas envie qu’il se rende compte de son désarroi. Elle prit une grande serviette éponge, empoigna sa tablette, en épongea l’écran et se montrant à présent, elle entendit l’homme jouir… et ensuite

- C’est toujours aussi bien avec toi… Toi aussi, tu me manques, tu sais. Quand on se retrouvera, ce sera…

Y avait-il un mot assez fort pour exprimer la grande vague de désir et de plaisir qu’ils étaient sûrs d’éprouver quand ils se verraient ?



Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche