5 minutes de lecture

phantasme virtuel

Tandis qu'elle lisait les messages enflammés de ses admirateurs, #elle sentait les mots s'entrechoquer dans son esprit. L'excitation palpable de ses admirateurs lui faisait penser au souffle court de son mari dans son cou quand elle frottait ses fesses sur son entrejambe. Elle sentait le désir envahir son sexe et la douceur humide commençait à couler sur ses lèvres.
La situation devenait intenable. Coincée dans cette réunion interminable, elle commençait à se tortiller sur son fauteuil envahie par le désir d'écarter les cuisses et de glisser un doigt sur son sexe pour vérifier que la chaleur qu'elle ressentait dans son string était bien réelle.

Afin de patienter elle serrait et desserrait ses cuisses pour tenter d'apaiser son clitoris. N'y tenant plus, elle prétexta un appel urgent et couru se réfugier aux toilettes pour tente de libérer son esprit de cette impatiente envie de jouir. Elle releva sa jupe et plaqua ses fesses brulantes contre le carrelage pour calmer son feu intérieur. En vain. Elle écarta alors doucement la fine dentelle de sous vétement pour glisser un doigt entre ses cuisses. Son sexe dégoulinant littéralement et son clitoris gonflé semblait sortir de lui même d'entre ses lèvres, réclamant la caresse de ses doigts.

N'y tenant plus elle humecta ses doigts contre sa langue avide et redescendit la main sous sa jupe. Elle jouait avec son clitoris le faisant tourner sus lui même, en appuyant un peu plus fort dessus et sans s'en rendre compte elle se mit à gémir de plaisir. Tout son corps réclamait de jouir. Le bout de ses seins devenaient devenait de plus en plus dur jusqu'à en être douloureux. Elle libéra alors sa poitrine et commença à se malaxer et à pincer ses tétons tout en glissant deux doigts dans son vagin. Ils rentraient avec une facilité déconcertante et tandis qu'elle les faisaient aller et venir son bassin commençait à tanguer comme lorsqu'elle se faisait pénétrer par son mari.

Elle s'imagina alors se donner du plaisir entouré de tous ses admirateurs du web. Ils étaient nus, le sexe dressé, les yeux luisant et la bouche sèche de désir.
Elle voyait la verge de son mari tendue vers elle sous le regard de tous ses hommes. Elle commençait à la prendre dans sa main, pratiquant des mouvements de va et vient jusqu'à ce que le gland brillant lui donne envie d'autre chose.
Elle sentait le désir monter chez lui et récoltat un peu de son méat qui coulait pour le porter à ses lèvres. Elle approcha alors sa bouche de son sexe et commença à le frotter doucement sur sa joue et ses lèvres, soufflait doucement dessus jusqu'à ce qu'il ne tienne plus. "Suce moi", réussit-il à articuler.

Elle aimait jouer avec lui, et elle fit glisser sa langue tout doucement autour de son gland qui était prêt a exploser, puis sa langue se fit pointue et titilla le trou qui semblait battre la mesure asphyxié de désir. Enfin, elle l'a mit dans bouche, d'un coup, voracement, comme il aimait. Il adorait quand #Elle devenait chienne dans leurs ébats, elle qui semblait si BCBG d'habitude. Elle faisait glisser sa pine entre ses lèvres, doucement, puis rapidement, par à coups, elle avait l'impression de le baiser avec sa bouche. Son sexe qui grossissait encore sous cette action l'étouffait presque. Elle le regarda alors dans les yeux pour voir son visage se tordre de palisir, l'air de dire "alors tu m'aimes quand je suis une salope".
Puis elle repris conscience de ses admirateurs et tandis qu'elle continuait à pomper elle les vit en cercle autour d'elle en train se masturber vigoureusement

Tous ces sexes, petits, grands, gros tendus de plaisir juste pour elle. Elle se sentait toute maitresse et capable de donner envie à tous ces hommes. Cela l'excitait énormément. Elle ralentit le rythme de sa succion afin de prolonger le plaisir de les voir se maturber, elle aurait voulu que cela dure des heures. Comprenant son désir,  son mari écarta son sexe de sa bouche et commença à la coucher sur la table du salon.

Lui aussi aimait jouer avec elle, et il adorait par dessus tout l'entendre gémir et jouir. Il lui écarta alors les jambes et glissa sa tête entre ses cuisses moites de son désir. Elle avait littéralement trempé son entrecuisse. Il glissat sa langue le long de son sexe, tout doucement, presque au ralenti afin qu'elle n'en puisse plus et lui soupire dans un râle "bouffe moi la chatte".
Il jouait de son clitoris avec sa langue tantot en lapant par petit à coups, tantot en le mordillant doucement ou en l'écrasant entre ses lèvres. Les grandes lèvres de son sexe étaient gonflées et rouge et semblait l'inviter à aller plus loin. Il descendit un peu et plaqua sa bouche contre son sexe, l'a pénétrant avec sa langue tandis qu'il s'efforçait de la branler avec le bout de son nez. Ses doigts n'étaient pas en reste et récoltaient la dégoulinante cyprine pour humecter et dilater son anus

#Elle n'était plus qu'un objet de plaisir se tortillant, gémissant sans retenu. Elle avait très envie de prendre les sexes de ses admirateurs autour d'elle dans sa bouche et dans ses mains mais les règles qu'#Elle et #Lui étaient strictes. Elle se focalisa alors sur son propre plaisir. Elle adorait quand son mari s'occupait d'elle ainsi, la léchant, la palpant, la pénétrant par tous ses orifices. Stimulée ainsi, son désir montait de plus en plus et ses gémissements se transformait en cris de plaisir indiquant que sa jouissance était proche.

Celle-ci l'a cloua net sur la table dans un grand cri. Elle se tordit de plaisir en maintenant la tête de son mari plaqué contre son sexe. Soudain, vigoureusement, il l'a retourna face contre la table. Il allait la prendre en levrette comme elle aimait,  #Elle se sentait de plus en plus sa chienne, ivre de désir.
Il l'a pénétra d'un coup, elle sentit son sexe tout au fond d'elle et senti ses couilles se frotter contre ses lèvres. Elle aimait quand il l'a prenait ainsi sauvagement après lui avoir donné du plaisir avec ses caresses. Il commençait de puissants aller retour, de violent coups de boutoir qui faisaient avancer la table, la rapprochant de ses admirateurs. Certains n'en pouvaient plus et se masturbaient comme des fous. #Elle voyait régulièrement des giclés de sperme voler autour d'elle. Certaines plus puissantes que d'autres lui tombait sur la peau dans le creux de ses reins, ça l'a rendait folle de plaisir et elle sentait le second orgasme monter rapidement.
Son mari la péntrait de plus en plus rapidement. Il s'arreta d'un coup et sorti sa verge de son sexe pour l'appliquer contre son anus. Elle compris la manœuvre et afin de faciliter la pénétration elle écarta elle même ses fesses. Le gland força un peu, mais humecté par sa mouille qui faisait office de lubrifiant il pénétra en un "plop". Le plus dur étant fait, il fit rentrer tout son sexe dans l'orifice étroit et commença doucement donner des coups de reins. Au bout de quelques aller retour, le va et vient se fit plus facilement et il accéléra le mouvement jusqu'à retrouver le rythme violent qu'il avait dans sa chatte. Le plaisir, mélé à cette douleur, se conjugait avec celui des amants virtuels qui n'en finissait pas de l'arroser de leur plaisir. Dès qu'un avait terminé, un autre prenait sa place.
Elle qui avait l'impression, tout à l'heure, de maitriser la situation se lachait maintenant complétement hurlant son plaisir, sodomisée par son mari et inondée du foutre de ses folowers. Celui-ci se retira d'un coup et repris la pénétration plus bas dans sa chatte qui commençait à se sentir abandonnée. Elle le plaisir remonta d'un coup.
#Elle jouit encore et encore...


Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche