4 minutes de lecture

Plage tropicale

Alors je te donne des baisers d’amour sur la nuque

Jouant avec tes cheveux qui sentent bon le soleil

Ta peau frissonne

Et je navigue ainsi de droite à gauche et inversement.

Délicatement d’un doigt, je fais tomber les bretelles de ton haut

Et continue ma course labiale sur tes épaules d’orées.

Descente le long de tes bras

Remontées vers le cou.

D’un côté puis de l’autre, pas de jalousie.

Je parcours tout le haut du dos humant l’odeur d’été de ta peau

Une fois la conquête du dos réaliser

Notre empereur visait déjà d’autres contrées

Passant en avant je dépose les mêmes baisers sur le devant de ton cou et de tes épaules

Remonte vers tes oreilles que je croque doucement

Au passage je laisse ma barbe de quelques jours irriter légèrement ta peau

Puisque je suis dans le secteur, je te donne un profond baiser me mélangeant à Toi, te goûtant

Je descends direct sur le haut de ta poitrine juste entre tes deux seins

Ta peau est chaude, et l’entrée de cette majestueuse vallée et toute mouillée

Libre de ses bretelles ton haut ne résiste pas à la descente sur ta taille

Découvrant tes deux belles collines

Surplombées de deux pics dressé

Je les dévore

Jouant avec tes pointes

Pétrissant fermement tes seins

Tu renverses ta tête en arrière avec des soupirs bruyants

Laissant ma langue plonger dans cette vallée délicieuse je descends fait le tour d’un sein puis passe à l’autre

Je décris des 8 autour de ta poitrine

Je te prends les mains et les lèvent au-dessus de ta tête

Tout ton buste est ouvert pour moi

Je remonte près de tes aisselles et me délecte de ton odeur

Un mélange délicieux de journée passée sous la chaleur du soleil

J’en prends des grandes respirations

Et laisse ma langue te goûter encore

Un mélange de toi, de crème solaire au Monoï, ta transpiration, l’eau de la piscine, des reliquats de ton parfum. Un délice

Je resterai longtemps sur ce site que j’affectionne particulièrement, mais d’autres contrées lointaines m’attendent

Ton joli haut fleuri a rejoint son short coordonné.

Et tout deux, en un rien de temps se retrouve à tes chevilles.

Tu restes ainsi sans te dégager, les pieds légèrement entravés.

Ton corps est là devant moi

Je me délecte à le regarder

Nous sommes sur une plage, alors en bordure de la forêt tropicale en Malaisie. Une plage privée, cachée ou le sable blanc et chaud est rien que pour nous.

Ta peau perle tant tu as chaud

Ta toison fine brille

Elle m’invite

J’y dépose mes lèvres je la parcours

Humer avec délice un autre de tes parfums

Mon nez joue dans tes poils

Ma langue goûte le sel de ta toison

Mes dents te donnent un supplice et mordillant ton pubis

Tire sur les petits pois

Un doux mélange

L’odeur de ton sexe est invitante.

Les phéromones de tes aisselles et maintenant celle de ton pubis m’électrise

J’ai aussi très chaud

Je fouille avec mon visage les fins fond de ta toison et naturellement tombe sur ta vallée salée

Vertigineuse descente

Une source chaude en son centre

Un bonheur.

Tu écoutes le bruit des vagues pendant que je te donne tous ces plaisirs

ça te transporte

Te relevant une jambe pour mieux t’offrir, j’y engouffre mon visage en entier

Tu me trempes

Un délice

j’ai envie de toi très très fort.

Ma langue joue avec tes lèvres, ton clitoris, mélange de salive et de ta fontaine

Tu me sens en toi, autour de toi et contre toi.

Je sors un peu la tête et te lance un grand sourire de mon visage mouillé de Toi.

Tu es surprise de l’état dans lequel tu m’as mis

Et je replonge, enfonçant ma langue profondément dans ton sexe

Appréciant les stries de ton vagin

La tuméfaction de ton clito

La douceur de tes lèvres

Et j’y retourne toujours plus profondément

Ma délicieuse dégustation de Toi passe par toute ta vallée

Tes soupirs dont devenus des lamentations plaisantes

Me dégageant légèrement

Je te retourne et reprend ma conquête par-derrière

Empoigne tes fesses fermement et les masses puissamment avec mes doigts

Je les compresse, les écarte

À chaque fois j’y fourre mon visage

Et lèche cette fente tout aussi trempée

Encore une autre odeur de Toi, un autre goût. Quel festin !

Je joue avec la pointe de ma langue sur ton petit bouton étoilé

Tu contractes tes deux fesses m’enfermant par la même

Je bataille avec Toi

Tu les ressers, je les écarte.

Et replonge ma langue dans ton petit cul.

Je suis en toi, tu es à moi.

Je t’indique de mes mains de te pencher en avant.

Là, ta croupe m’est ouverte.

Je me redresse.

Et tout naturellement plante ma hampe dressée dans ta vallée »

Tu dégoulines de plaisir et ma bite n’a pas besoin d’aide pour trouver son chemin

Et nos corps entament une danse sensuelle.

Moi allant à ta rencontre puissamment.

Toi reculant ton bassin violemment contre moi.

Et ainsi nous fusionnons.

L’humidité ambiante donne des sons étrange à nos mouvements, des clapotis, rivalisant avec les vagues tout près.

Je te maintiens d’une main sur la hanche et de l’autre saisi tes cheveux.

Je noue mes doigts dedans.

Mon autre main lâche ta hanche, saisi mon sexe rougi et très doucement lui fait prendre un autre chemin.

Tu respires fort et je me cale sur ton rythme pour faire progresser ma pénétration.

La chaleur, l’humidité et notre longue préparation fait que tu es assez détendu pour m’accepter.

Et me voilà après quelques ondulations de ton bassin, tout entier en Toi

Dans cet antre chaud et étroit.

Je reprends ma prise sur ta hanche et pulse avec Toi.

Rapidement je te donne de grands cous, puissants et violents.

Tes gémissements légers du début font place à des cris aigus.

Un dialecte connu de nous seul, m’intimant d’accélérer.

Ma prise dans ta chevelure devient à limite entre plaisir et douleur dont la drogue de nos ébats repousse le seuil.

Et dans un accord tacite mutuel, j’accélère et te pénètre violemment.

Notre course folle nous emporte tout deux en symbioses vers l’orgasme.

Je me contracte sous les convulsions de mon extase.

Et me repend en Toi avec délice et joie.

Je ressens autour de ma bite les contractions caractéristiques de ton orgasme

Je tente de continuer ma danse de bassin mais rapidement la nature reprend ses droits.

Me mettant à genoux derrière Toi, je laisse notre amour s’écouler.

Comme tu aimes ce moment, je te laisse l’apprécier

Je joue délicatement avec mon pouce à étaler notre amour partout sur tes fesses

Je dépose un dernier baiser sur ton petit bouton tout gluant et inspire avec délice le parfum de notre union. On s’allonge sur le sable blanc et chaud.

Des milliers de grains de sable collent à nos peaux humides et nous enveloppent comme une couverture naturelle douce et chaude

On s’endort ainsi, statues de sable !

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche