2 minutes de lecture

Plaisirs solitaires avec vous...

Mon pied s’étire doucement. Quelques orteils qui tâtent la couette, qui découvrent ce matin…

Des mots effleurent ma conscience et réveillent mes sens…

Votre photo s’imprime dans mon bassin, mémoire affective du corps, trésor de l’imaginaire…

Vous voilà gravé en moi, mordue par votre encre virtuelle.

Je repousse langoureusement la couette et offre mon corps à la caresse de l’air vivifiant. Il s’étire, il ondule, il s’ouvre et s’épanoui, tel une invitation à la luxure et au plaisir.

Ma main se perd dans la rosée, dans cette eau …forte et douce

Oh.. cette audace.

Mes doigts me bercent, la chaleur m’envahit et commence à se parceller dans l’immensité de mes cellules

Un soupir sors, il m’implore de libérer mon corps

Les cuisses ouvertes comme les pages d’un livre, mon plaisir s’inscrit dans votre désir.

Le flot de nos mots m’inonde encore un peu plus, une image de nos corps enlacés, et je me trouble, et je tremble.

Dans une vague de spasmes et de soubresauts, mon bassin se cambre, ma tête s’abandonne, je gémis mon plaisir de nous, je vous dédie mon envie de vous.

Mes mains ébouriffent mes cheveux, je les ramène devant les yeux, mon visage dans les mains, mon souffle en pagaille, je ris, je souris .

Il est plus que temps de filer sous la douche...

Débarrassée de cette dentelle, ma nudité s’expose à une nuée de gouttes chaudes.

Bien décidée à rattraper ce léger retard, cette journée va être particulière, je m’active, shampouine avec vigueur mes cheveux roux, rince, applique l’après shampoing, quelques minutes d’attente…

Mon esprit s’évade, il s’engouffre dans un autre espace-temps et vous rejoint… Vous êtes si présent ce matin.

Insolentes, mes pensées me happent

Insatiable, mon désir me tourmente

Insatisfait, mon corps réclame

Il se dépose et se laisse porter, les mains à plat et la joue contre ce mur dur et froid.

Je vous imagine contre mon dos, votre corps souple et chaud contrasterait si bien avec ce carrelage.

Je ferme les yeux, je vous vois, les yeux rivés sur ma croupe qui s’offre à vous sans décence.

Votre hampe dressée qui s’enfoncerait contre ma chair, mes seins se dressent de désir, mes mains les rejoignent.

Du bout des doigts je triture, je malaxe, je pince et j’effleure ces deux boutons de chair.

Vos mains empoigneraient mes hanches, mon doigt s’enfonce dans mon sillon.

Il reprends la douce pression, il me fait vibrer, il me prodigue les meilleurs soins, je soupire et gémis.

Vous me grifferiez le dos et me mordilleriez la nuque, j‘enfonce mon majeur dans la chaleur brûlante de mon corps.

L’annulaire le rejoins et m’arrache un râle de plaisir, ils dansent en moi, mon souffle devient anarchique.

Vos mains écarteraient mes chairs de manière brusque, le gel d’abord glacé se transforme rapidement sous l’effet de mes mains en une mousse voluptueuse et immaculée.

J‘épouse les contours de mon corps, je parcours mes courbes avec ma main libre en visualisant la  vôtre.

Les effluves de coquelicot pénètrent en moi et emportent un sens de plus.

L’eau ruisselle et dévale mes vallées, l’impression que chaque gouttelette est une caresse que vous me prodiguez.

Un pied campé sur le bord de porcelaine, Mr pommeau bien en main, je m’offre l’assaut final, puissant et imparable, le jet m’arrache un moment de jouissance intense.

Essoufflée et tremblante, c’est assise sur le bord de cette fabuleuse baignoire que j‘essuie avec bienveillance ce corps qui sera à vous dans un jour de moins .. et oui, le temps passe…

Oups, je suis en retard, j‘enfile ma petite robe noire et je file.. 

Écrire à Fleurdepom

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche