Poèmes

Une saga de Mysterious - 109 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

2 minutes de lecture

Épisode 64 : Au bar des Amours mortes...

*Tu m'as délaissé, abandonné, quitté,

Je me retrouve seul, sans ton amour...

Tu étais chaque jour ma fierté,

A chaque lever du jour,

Je me réveillais tout en douceur,

Mes yeux ne voyant que toi en premier,

Tu posais ta main, comptais chaque battement de mon coeur

Puis enfin déposais sur mes lèvres un baiser;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*J'avais pour habitude de te composer des poèmes,

De t'inviter à boire un verre;

Pour déclarer mon amour à celle que j'aime,

Je ne voulais que ton amour, pas la guerre,

Tu étais la première à passer ta commande

Et je m’exécutais ensuite,

D'accord: tu m'as quitté, mais je me demande,

Me demande si je t'ai bien séduite...

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Mes souvenirs sont pourtant intacts:

J'étais à tes genoux, et j'ouvrais mon cahier

De poèmes, je lisais mes poèmes de toi avec tact,

Poèmes te parlant d'amour, d'honneur, de fierté,

Les larmes prenaient leur source de tes yeux

Et pour te calmer, ton verre de jus d'orange

Rétablissait tout contact amoureux,

Je lisais mes vers d'amour, et fixais tes yeux d'ange;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Je te propose un voyage à travers le temps

Pour que toi et moi, nous côtoyons les hommes

Et les femmes, ainsi que tous les amants,

Tout amour provient de la foudre, d'une flamme,

Corinne apprend l'Art d'aimer par son Ovide,

Verlaine veut reconquérir Mathilde,

Viens! Buvons les paroles des Alcools d'Apollinaire,

Jeanne use de son charme sur Baudelaire;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Je prends place à l'intérieur du bar,

Mes yeux ne voient que des beautés, seules,

Bien que je ne sois plus trop bavard,

Le cœur est encore et toujours en deuil,

Je me contente de commander

Une bière, un whisky, une vodka, un verre de vin,

Quoi qu'il en soit, quelque chose pour me décoincer

Pour que mes yeux se fixent dans les siens;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Je ne suis pas le seul à essayer de trouver

La porte de sortie du célibat;

Mon ami Pétrarque a perdu Laure jeune: il l'aimait

Comme Eluard et Gala, ou Aragon et Elsa,

Je n'ai pas connu Dante et sa Béatrice,

Ni Ronsard et ses Hélène, Cassandre ou Marie,

Je me souviendrai toujours de la cicatrice:

Restes de l'amour de ma mère: une femme de ma vie;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Toutes les femmes, malchanceuses en amour,

Se dirigent vers les poètes maudits

Et se joignent à des êtres sourds

Car l'amour a détruit leurs vies,

Nous autres, poètes tourmentés,

Nous distillons nos doutes dans l'alcool,

L'espoir d'être; un jour exaucés;

Rend notre imagination encore plus folle;

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Orphée accorde sa lyre et console Eurydice,

Achille est guéri par l'amour de Briséis;

Je ne suis pas des amours de ce siècle,

Loins sont de moi Hector et Andromaque,

Mes différents verres d'alcool diminuent à vue d’œil;

Les racines de Tristan entrelacent celles d'Iseult,

Le sang de Roméo coagule avec celui de Juliette,

Est-ce désespoir, jalousie ou orgueil?

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Roméo et Juliette n'ont rien à envier,

Rien à envier à Pyrame et Thisbé,

Seuls le fer, le sang et la mort sont communs;

J'apprécie cet assortiment des parfums,

Parfums que les femmes ont déposé à leurs coussins;

Mon imaginaire amoureux devient fou

Et engage le dialogue avec ma soupirante:

Peut-être une nouvelle idylle en attente...

Sans hésiter, j'avance et ouvre la porte

Pour m'asseoir au bar des Amours mortes.


*Elle se lève de sa chaise,

S'approche de moi, et effleure mes lèvres,

A mon tour, je l'embrasse...

C'est comme dans l'un de mes rêves...

Je me sens l'égal de Pygmalion,

Découvrant les miracles, les facultés

De l'amour naissant, de la séduction;

Je te découvre, toi, ma muse, ma Galatée...

Chérie, donne-moi ta main et accompagne mon pas:

Le bar des Amours mortes n'est plus qu'un lointain trépas.

Écrire à Mysterious
Tags

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche