Poèmes

Une saga de Mysterious - 113 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

4 minutes de lecture

Épisode 65 : Blanche

*O maîtresse de la justice

Et de la liberté,

Tu es toute en beauté

Mais tu n'es plus à ta place.

Tu serais mieux dans un château.


*Tu portes une tiare

Et une belle robe blanche,

Tu portes parfois le rouge

Mais c'est rare:

Sur toi, c'est toujours beau.


*Des déesses comme toi,

On n'en croise pas tous les jours,

Je pense à toi comme à l'amour,

Je voudrais le crier sur tous les toits.

Je veux devenir ton admirateur secret.


*Tu souris la plupart du temps,

Tu as les dents blanches

Et les joues parfois rouges

Mais ça ne dure jamais longtemps.

Mon amour est ce que j'ai de plus sacré.


*Je voudrais te rencontrer

Et t'inviter à te promener quelque part

Et pourquoi pas ce soir?

Je voudrais que ce rêve devienne réalité.

Tu es si belle.


*On t'a déjà invitée à sortir,

Chère Blanche,

Tu es rentrée chez toi, les yeux rouges,

Depuis, tu ne veux plus parler de ce que tu peux ressentir.

Je serai près de toi à ton réveil.


*Tu n'es pas une chipie,

Tu es juste une femme en quête de confiance,

Tu es maîtresse du silence

Mais tout ça est fini.

Je te veux rien que pour moi.


*Tes cheveux sont bruns et brillants

Et ta voix est douce,

Tu dois te faire violence

Pour mener en déroute tes prétendants.

Je ne suis rien qu'à toi.


*Quand tu étais petite,

Tu rêvais que tu portais une longue robe blanche

Et que la cape de ton prince charmant était rouge,

Mais voilà... Les années passent vite.

Tu dois revoir tes plans.


*Petite fille,

Le parc de jeux était ton royaume

Et le petit prince charmant ôtait son heaume

Pour se révéler et t'enlever à travers la ville.

C'était si époustouflant.


*Jeune adolescente,

Ton corps a changé

Et s'est métamorphosé,

Tu n'en étais pas moins séduisante.

Dieu que tu étais un délice.


*Tu faisais des rêves la nuit,

Tu t'es même réveillée,

Déstabilisée,

Amoureuse de lui ou de lui.

C'était ça, l'adolescence.


*Les apparences sont parfois trompeuses,

Tu crois être sûre de tes sentiments

Et voilà qu'il te ment

Alors que tu étais amoureuse.

Tu ne feras plus la même erreur.


*Leurs regards indiscrets sont déplacés

Mais les compliments te touchent,

Tu aimerais qu'ils aiment Blanche

Juste pour ce qu'elle est.

C'est ce qui te comblerait le plus de bonheur.


*Blanche est encore jeune,

Elle fait tout ce qu'il faut,

Elle a tout ce qu'il y a de plus beau

Mais il y a toujours quelque chose qui la chagrine.

Je voudrais bien qu'elle m'accorde cinq minutes.


*Je t'ai bousculée sans en faire d'exprès,

Je ne le voulais pas

Et puis...Tu t'es blottie contre moi,

C'était la dernière chose à laquelle je m'attendais.

Tu as précipité ma chute.


*Tu m'as pris par la main

Et tu as mis un doigt sur ma bouche,

O Blanche,

J'ignorais quel était le chemin.

Je t'ai laissée m'enlever.


*Tu étais majestueuse,

Surtout quand tu ignorais mes questions,

J'ignorais tout, même ton nom,

Tu étais joyeuse.

Je suis heureux rien que d'y penser.


*Tu m'as seulement demandé

De te faire confiance,

Je continuais de faire le silence

Mais j'avais matière à appréhender.

Tu t'es arrêtée devant une tour.


*Tu as sorti un trousseau de clés

De ta poche

Et moi, je ne voyais rien à part ta robe blanche,

Tu m'as pris par la main, et nous sommes entrés.

Nous sommes entrés dans ton havre d'amour.


*Il existe bien un paradis

A l'échelle humaine,

C'est là où tu vis

Avec quelqu'un qui t'aime et que tu aimes.

Pourquoi suis-je l'élu?


*Je suis élu en ta demeure,

Tu es la maîtresse des lieux,

Je peux lire ton bonheur

Rien qu'en te dévorant des yeux.

Mes chances pour m'évader n'existent plus.


*Tu pourrais être Mademoiselle Tout-Le-Monde

Quand on te croise dans la rue,

Les amours vagabondent

Mais ta beauté ne passe pas inaperçue.

Pourquoi moi alors?


*C'est très joli chez toi,

Je suis au garde à vous,

Je n'ose pas faire un pas

Sans que je sache si c'est vrai ou si c'est flou.

A la moindre erreur, tu me mettras dehors.


*C'est un petit nid douillet

Où tu recherches le calme,

Les hommes n'y viennent jamais,

Sauf ceux que tu aimes.

J'aimerais que tu me répondes.


*Tu jettes les clés dans une coupe,

Tu me demandes de prendre mes aises,

Tu as le vent en poupe,

Tiens! Tu as mis de la musique pour remplir l'espace.

Ta voix est la seule que je veux entendre.


*Tu poses ta tiare en lieu sûr

Mais tu as gardé ta robe blanche,

Ton air détaché est une armure

En attendant que tu prennes ta revanche.

Ne me dis pas que tu es seulement en train de jouer


*Parce que je suis ébloui,

Mes espoir d'en sortir indemne sont anéantis,

Je paierai pour les autres

Même si ce n'est pas de ma faute.

Pitié...


*Tu me fais visiter les lieux,

Tout est d'un blanc immaculé,

J'en prends plein les yeux,

Je te jure que c'est vrai.

Tu es condamnée à y vivre seule.


*Tu ne t'encombres pas de souvenirs,

Aucune photo,

Seul compte l'avenir

Et tu auras le dernier mot.

Dis-moi comment j'ai pu te taper dans l’œil.


*Tu ne parles jamais

De ceux que tu as connu avant,

Je ne l'ai pas fait d'exprès

De te bousculer quelques heures auparavant.

Sais-tu que tu peux me parler?


*Sais-tu que les preux chevaliers blancs

Ne sont pas si galants,

Une fois le heaume ôté de leur tête,

Monstres tués, rien ne les arrête.

Écoute ton cœur car il pourrait te guider.


*Une fois que tu ne portes plus ta tiare,

Tu deviens une autre personne,

C'est bizarre...

Comment peux-tu être deux différentes femmes?

C'est toi que je veux.


*Laisse-moi m'approcher...

Je sais que ce n'est pas facile,

Laisse-moi t'embrasser...

Tu es si belle.


Écrire à Mysterious
Tags

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche