2 minutes de lecture

Premier rendez-vous estival

21h00, une terrasse de café en plein centre ville. C'est l'été, la journée a été chaude, la fraîcheur peine a se trouver une place dans l'air citadin malgré les places ombragées qui pullulent. Je t'attends.

Je t'attends et, pour tenter d'évacuer ma fébrilité, mon anxiété, je me remémore ces derniers mois.

Un simple échange sur un forum, pour adultes avertis, un simple « bonjour » pour commencer, un petit message noyé dans la masse des échanges quotidiens. Une prise de connaissance. Puis, quelques tentatives pour prendre part aux conversations, essayer de me faire une place sans m'imposer. D'échanges sporadiques en conversations un peu plus soutenues, nous avons un peu plus fait connaissance. Ta liberté affichée m'a tout de suite fascinée, cette facilité que tu avais de parler de sexe et d'autre choses. Au milieu de tout ce monde, tu étais comme un poisson dans l'eau.

Timide, un brin maladroit, j'ai tenté une approche que tu as gentiment contournée. « Nous ne nous connaisssons pas encore assez » avait tu alors écrit. Je me suis mis en retrait, désarconné, un peu boudeur puis je suis revenu, plus patient. Les échanges ont repris, j'ai appris la diplomatie, à mieux te connaître, me livrant aussi... et enfin retenter ma chance.

« Un simple café » ai-je proposé,

« tu es sûr ? » a-tu répondu.

« trop intimidé par toi pour tenter quoi que ce soit » ai-je voulu te rassurer.

« Je me demande bien pourquoi. Je souris là ».

J'ai hésité avant de répondre, mais autant être franc...

« Moins expérimenté que toi, moins de partenaires»

« Le nombre de partenaire ne fait pas l'expérience » m'a tu écris.

Le rendez-vous fût pris, le jour était venu. Nous savions physiquement à quoi nous attendre, restait à savoir si, en face à face, nous aurions autant d'aisance que sur un forum de discussion. Surtout moi.

Chemise en lin blanche, short beige, baskets et rasé de près. J'espérais ne pas te décevoir. Pas d'envie autre que de te plaire, sans aller plus loin sauf si... là encore je me mets à rêver... sauf si tu le souhaites. Ce sera à toi de prendre l'initiative, je sais pas avance que je n'oserais pas. Mais ce manque d'assurance marquera-t-il le glas de ce premier rendez-vous ? Je pianote nerveusement sur la table. Non loin de moi, une femme de mon âge, la quarantaine, me jette quelques coups d’œil. Je lui souris pour me détendre, elle me réponds de même. Elle est seule, je suis seul encore... Peut être que je lui plait... peut être que je peux plaire à quelqu'un tout compte fait. Cette petite parenthèse me redonne confiance en moi. Je me redresse, je suis prêt.

Tu te fais attendre, qu'importe. Je suis prêt. Je passe ma main dans mes cheveux, soupire, souris... Je t'attends. J'esquisse un geste vers le serveur pour commander un verre... et me fige brusquement.

Tu es là. Tu t'avances dans l'allée, entre les tables, vers moi. Gracieuse et élégante dans ta robe d'été, cheveux détachés, sourire mutin. Je t'attendais.

Tu es là.

Écrire à Terremer

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche