3 minutes de lecture

Première rencontre

Mon cher Xavier,

Ce matin, j’ai parcouru nos échanges de mail depuis que nous nous connaissons. Il remonte à trois ans, tout juste, le jour où j’ai poussé la porte de ton site pour la première fois. Tu proposais à tes lecteurs de te fournir cinq mots et une tonalité, en échange tu leur écrivais un petit texte. Bien sûr, j’ai choisi le thème de l’érotisme. Après quelques courts échanges écrits, j’ai reçu ton scénario, précieux cadeau. Cette histoire j’aurai pu en être l’actrice. Comment avais-tu pu me cerner avec autant de justesse ? Oh et puis elle a provoqué de doux élancements de chaleur dans mon bas ventre…

Si j’ai repris le cheminement de nos échanges c’est que depuis quelques temps, une envie m’habite. Dis-moi, nous avons été de véritables cochons dans nos échanges… et c’est tellement plaisant ! Il faut dire que j’avais donné le ton rapidement. En te proposant de lire mon blog où je consigne mes aventures libertines, je nous conduisais sur un terrain particulièrement licencieux. J’ai relu avec plaisir tes commentaires exaltés à chacun de mes récits, les émotions qu’ils font montés en toi et que tu me livres sans pudeur ni retenue !

Et tu n’es pas en reste non plus. Quelle douce excitation à chaque fois que tu m’envoies une photo de toi, nu ! Tu connais mon faible pour tes photos en extérieur. J’ai revu avec tellement de bonheur celle où un compagnon de jeu prend ton sexe en bouche. Je m’imagine à sa place et… oh quelle délectation !

Tu t’interroges, j'en suis sûre: quelle toquade m’anime soudainement ? Te souviens-tu quand nous avions débuté ces échanges sur une rencontre imaginaire ? Oui d’ailleurs il faudra que nous reprenions cela. Peut-être que cette première rencontre pourrait se faire… en vrai ? Non pas pour faire connaissance, nous avons eu tout le loisir de le faire au cours de ces mois, il n’y aurait aucune découverte. Non pas pour baiser, ce serait tomber dans la faciliter, tu ne crois pas ? Je pensais à quelque chose de plus sensuel, voluptueux et j’en suis certaine, mon idée te plaira. Tu vois, mon entrejambe présente déjà un taux d’humidité dangereusement élevé pourtant je n'en suis qu'aux prémices.

Que penserais-tu de faire une séance photo, ensemble, et jouer au couple d’amoureux sous l’œil d’un photographe ? Nous le brieferions auparavant car nous aurons décidé tous les deux de ce que nous souhaitons faire. J’envisageai des photos disons, suggestives sans être vulgaires, dans des positions où l’on se frôle, se touche. Tu vois ce que cela peut augurer ? Si tu savais comme j’ai hâte… j’imagine déjà ce que cette séance peut avoir d’insolite et de troublant.

Laisse-moi te conter comment je l’envisage. Je nous imagine galvanisés par la découverte de l’autre, en chair et en os. Je crois que cela va me faire tout drôle de te voir habillé ! Passée l’émotion de la rencontre, nous nous dirigeons vers le lieu de shooting. Je me disais que nous pourrions attendre le printemps et poser en extérieur. Peut-être dans ma région… sur la plage, dans les dunes de sable fin ou dans les forêts de pin. Je connais des endroits isolés parfait pour accueillir cette intimité. Mais tu le sais déjà grâce à ces photos de moi, très coquines que je t’avais envoyées en prenant ces lieux comme terrain de jeu. En se rapprochant de l'endroit, nos dialogues se font moins fournis puis nous finissons par nous taire, entourés par le silence. Il faut dire que l’exercice nous intimide un peu. Pendant que le photographe prépare son appareil, nous nous déshabillons. Je regarde ton corps long et fin que je connais déjà mais c’est tellement plus exaltant de le contempler en réalité. Je repense à cette fois où je t’avais complimenté sur tes fesses. Je ne m’étais pas trompée !

Nous débutons la séance dans les pins. Nos pieds nus font craqués l’épais tapis d’épines de pins sèches au sol. La lumière est belle, les rayons du soleil percent à travers les branches au dessus de nos têtes. Une légère brise me fait frissonner, à moins que ce ne soit cette effervescence qui parcourt mon corps à cause de la proximité du tien. Les premières pauses sont un peu sages. Nous nous laissons guider par le photographe, évitant de nous regarder. Je sens cet échauffement familier et indubitable qui monte en moi un peu plus à chaque frôlement. Petit à petit, nos corps se rapprochent, les frôlements deviennent caresses. Mes seins pointent de désir, avides de sensations plus intenses et ma fente, fiévreuse, suinte. Bien que tu ne bandes pas ton sexe s’est tout de même gonflé, signe que toi aussi tu es troublé. Enhardis, nous nous dirigeons en terrain découvert, dans les dunes. Peut-être apercevrons-nous un ou deux promeneurs, comme on peut en rencontrer parfois. J’espère qu’ils devineront notre activité de débauchés. J’aimerai qu’ils se cachent un peu et nous observent de loin. J’adore cette idée, elle affole encore plus mes sens. Nous faisons quelques clichés dans le sable réchauffé par le soleil. L’excitation aidant, la complicité est plus facile désormais. Nos corps sont plus proches que jamais. J’aimerai toucher ton sexe mais résisterai-je à l’envie de le prendre ensuite dans ma bouche, en moi…

J’attends ta réponse avec tellement d’impatience! Tu me diras comment tu envisages cette séance… parce que je suis persuadée que cette idée te plait et que tu l’accepteras d’emblée. Dis-moi vite !

Je t’embrasse,

Chronik

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche